Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Travail et intégration : Le revenu selon l’origine

Le marché suisse du travail se caractérise par des
différences de rémunération non négligeables entre la main-d’œuvre
indigène et immigrée. Alors que le salaire médian des Suisses
atteignait, en 2000, 5 525 francs, il s’élevait à 3 573 francs pour les
saisonniers, 4’376 francs pour les permis annuels, 4 715 francs pour
les permis C et 5 069 francs pour les frontaliers.
Ces inégalités
salariales traduisent certes des différences de caractéristiques
personnelles et en particulier le fait que les immigrés sont
généralement moins bien formés que les Suisses. Mais ces disparités
éducatives n’expliquent pas tout puisque nos recherches ont démontré
que les travailleurs étrangers subissent, toutes choses égales par
ailleurs, une pénalité salariale par rapport à la main-d’œuvre suisse
(cf. encadré ci-contre). Elle atteint plus de 13% pour les permis
saisonniers. Elle existe aussi par rapport aux autres types de permis,
même si elle atteint un minimum pour les travailleurs étrangers
détenteurs d’un permis C (3,6%). Il est intéressant de relever qu’au
delà du statut sur le marché suisse du travail, l’origine géographique
des travailleurs semble exercer un rôle non négligeable.

Les diplômes des étrangers comptent peu en Suisse
Ces
différences de salaire inexpliquées sont évidemment préoccupantes.
Elles pourraient être le signal d’une discrimination sur le marché
suisse du travail à l’encontre des travailleurs étrangers qui s’appuie
sur le type de permis et/ou sur l’origine géographique. En poussant
plus loin nos investigations, nous avons pu constater que, pour tous
les immigrants, quel que soit leur pays d’origine, l’éducation acquise
à l’étranger est moins bien valorisée que celle obtenue en Suisse. Cela
signifie donc que les diplômes obtenus à l’étranger ne sont pas
reconnus ou imparfaitement pris en considération sur le marché suisse
du travail, ce qui constitue une explication à la discrimination
évoquée auparavant. Cette non reconnaissance des diplômes par les
employeurs pénalise les immigrés et ceci quel que soit le nombre
d’années passées dans notre pays.

Les hommes ne circulent pas comme des marchandises
Nous
avons également constaté que le rendement de la formation acquise avant
l’immigration est deux fois plus faible pour la main-d’œuvre en
provenance des pays d’immigration traditionnels que pour les autres
travailleurs étrangers. Ces disparités peuvent refléter des différences
dans la qualité et la compatibilité des formations acquises par rapport
au marché du travail helvétique. Cela démontre en tous les cas que le
capital humain n’est pas parfaitement transférable d’un pays à l’autre
et que la distance culturelle constitue un obstacle à la reconnaissance
des titres acquis dans le pays d’origine.
De ce point de vue, notre
étude a mis en évidence que, pour tous les groupes d’immigrés, la
formation acquise en Suisse est mieux valorisée que l’éducation suivie
dans le pays d’origine. Ce résultat démontre que la politique
d’intégration de la population étrangère devrait se concentrer en
priorité sur la formation des immigrants délivrée en Suisse, en
particulier pour les immigrants de pays «traditionnels», mais aussi sur
leur formation continue.

Les deuxièmes générations sont moins bien formées
Notre
recherche s’est finalement intéressée à la situation de la deuxième
génération d’étrangers qui a bénéficié d’une formation complète en
Suisse. Cette population ne souffre certes pas du problème de
reconnaissance des titres que ses parents ont connu au moment de leur
arrivée dans notre pays. Pourtant, il existe toujours des différences
salariales importantes entre la population suisse d’origine et les
étrangers de la deuxième génération. Ces disparités proviennent
uniquement des caractéristiques des personnes qui composent ce deuxième
groupe alors que le marché du travail n’instaure aucune discrimination
à leur encontre. Ainsi, le niveau de formation de la deuxième
génération d’étrangers reste aujourd’hui encore inférieur à celui de la
population suisse, facteur qui explique à lui seul 15,3% de la
différence totale de salaire observée entre ces deux groupes. Ce
résultat démontre que la deuxième génération d’étrangers, grâce à la
formation acquise en Suisse, est mieux intégrée sur le marché du
travail, même si son niveau de formation, déterminé en partie par le
niveau d’éducation des parents, demeure aujourd’hui encore inférieur à
celui des Suisses d’origine.

Yves Flückiger, Université de Genève

Les recherches sur les inégalités salariales font partie du programme national (PNR39) consacré aux migrations et aux relations interculturelles.
Ce
programme explore les processus migratoires, leurs conséquences
économiques, politiques et sociales ainsi que les moyens politiques
nécessaires pour leur gestion et leur contrôle au niveau national et
international.
Il constitue des instruments destinés aux organes
compétents en matière de migrations. Les instances fédérales se
chargent pour l’essentiel du développement de la politique menée à
l’égard des étrangers et de la politique d’asile, les cantons et les
communes, ainsi que les organisations et les praticiens privés,
s’occupent surtout des questions d’intégration et de mise en
application des mesures officielles. Le PNR doit contribuer également
au débat public sur la présence des étrangers en Suisse.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/3400
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/3400 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP