Mode lecture icon print Imprimer

Vie urbaine : Les habitudes tuent la convivialité

Depuis janvier 2001, une nouvelle législation facilite l’introduction des «zones de rencontre» en Suisse. Contrairement à leurs ancêtres, les zones résidentielles, dont elles héritent du panneau rectangulaire bleu, elles peuvent se situer aussi bien dans les quartiers d’habitation que dans les quartiers commerçants, là où il y a relativement beaucoup de trafic.
Limitées à 20 km/h, ces zones n’admettent aucun passage pour piétons puisqu’ils sont partout prioritaires et cherchent à réduire au maximum les autres signalisations routières. Ë l’inverse du principe de séparation des flux qui a façonné nos villes en créant un espace pour la voiture, la chaussée, un espace pour le piéton, le trottoir, et un autre pour le vélo, la piste cyclable, sans oublier les transports publics et les places de parking, la zone de rencontre vise la cohabitation (pacifique) de l’ensemble des usagers sur une même aire de circulation.

Le réflexe «piéton»
Créer des espaces de vie urbains, attractifs et conviviaux sans interdire l’accès aux voitures est un objectif louable et ambitieux trop souvent réduit à modérer le trafic tout en assurant fluidité et sécurité. Le résultat relève plus souvent du parcours de combattant que d’un lieu partagé harmonieusement par tous. Là où les photos montrent des piétons cheminant décontractés au milieu des voitures, des vélos et des trottinettes – dans un chaos bon enfant – la réalité dévoile des usagers confus par la perte des repères classiques et qui gardent leur réflexe «piétons en bordure de route». Le conducteur concentré à éviter et contourner les chicanes érigées pour le faire ralentir peine à respecter la priorité des piétons. Ceux-ci, désécurisés par le comportement peu assuré des automobilistes, rasent les murs et rêvent de passages cloutés.
Certes, il faut du temps jusqu’à ce que les nouvelles règle soient apprivoisées et respectées, mais réfléchir l’aménagement en partant de l’ensemble des usagers, humains mobiles d’une manière ou d’une autre, nécessite encore un tremblement de terre chez la plupart des concepteurs qui croient que la cohabitation ne pose aucun problème pour autant que les conducteurs respectent la limitation de vitesse et que chacun fasse attention à l’autre. Encore faut-il créer les conditions propices à de tels comportements ! cf

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/3335
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/3335 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.