Mode lecture icon print Imprimer

Architecture : La salle de classe fait de la résistance

icone auteur icone calendrier 14 janvier 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Le dernier bulletin de la Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) propose une réflexion sur les bâtiments scolaires. En adoptant une perspective historique et prospective, ce numéro interroge le rapport entre ces infrastructures et les pratiques d’enseignement, avec comme conviction que l’architecture scolaire doit s’adapter à la pédagogie et non l’inverse. L’expérience des «écoles ouvertes», prônant les grands espaces communs et indivisés, a montré que les réformes ne peuvent être induites directement par l’architecture, les usages étant souvent fort éloignés de ceux prescrits par les architectes. Il est d’ailleurs étonnant de voir à quel point les salles de classe sont résistantes aux nouvelles pédagogies et aux innovations architecturales. Pièces rectangulaires avec une rangée de fenêtres sur leur côté le plus long, les classes ne brillent pas par leur diversité. La promotion d’une éducation reproduisant la vie quotidienne des enfants et une ambiance familiale ne l’a pas ébranlée. Dans cet espace, le maître (désormais le plus souvent une maîtresse) siège face à ses élèves. Les angles sont certes devenus des coins de lecture ou de repos, les pupitres sont immuablement alignés face au tableau noir, un autre élément emblématique.
Pourtant, toutes les contributions préconisent des espaces flexibles et modulables, rejoignant les interrogations actuelles de nombreux architectes pour qui prévoir l’emplacement de la prise TV devient un casse-tête chinois, car l’usage qui sera fait d’une pièce, salon ou chambre à coucher, est imprévisible. Dès lors, comment expliquer la pérennité de la salle de classe ? Le bulletin de la CIIP amène deux éléments de réponse. Si la classe, illustration du rapport hiérarchique entre le «savant» et l’«apprenant» survit à toutes les réformes, c’est sans doute parce qu’elle est plus modulable qu’on veut bien le dire. Elle convient, malgré toutes les critiques, aux utilisations variées qu’en fait chaque enseignant. Mais c’est surtout parce qu’il est confortable de penser que le professeur détient le savoir et transmet des connaissances utiles à ses élèves. La pérennité de la salle de classe rassure, car elle symbolise la maîtrise de la transmission des connaissances nécessaires à la vie des futurs citoyens, alors même que nous n’avons plus de certitude sur ce qu’il faut transmettre. Les vœux pieux n’y changeront rien. L’école change, mais la salle de classe a encore de beaux jours devant elle. cf

«Architecture scolaire»,
Politiques de l’éducation et innovations,
Bulletin de la CIIP, n° 15, décembre, 2004.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/3330
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/3330 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.