Mode lecture icon print Imprimer

Orthographe allemande : Une réforme qui s’écrit faux

icone auteur icone calendrier 17 septembre 2004 icone PDF DP 

Thématiques

A près quelques années d’apparente indifférence, le débat autour de la réforme de l’orthographe allemande remplit à nouveau les colonnes des journaux germaniques. Un an avant sa mise en œuvre définitive, le retour aux anciennes règles de deux grandes maisons d’édition, Springer et Spiegel, a déclenché une tempête que même la presse romande a relayée. Pourtant les changements sont connus depuis 1996. Cette période de test devait permettre d’ajuster les nouvelles règles et donner le temps aux maîtres d’école de les intégrer dans leur enseignement. En août 2005, seules l’école et l’administration publique seront légalement tenues d’appliquer l’orthographe réformée ; les maisons d’édition comme les particuliers pourront, quant à eux, continuer à utiliser l’orthographe qui leur sied. Rien n’y fait, les opposants reprennent espoir, bien que seul un vote à l’unanimité des 16 MinisterprŠsident puisse faire avorter le projet !
Vu de Suisse et malgré les articles sulfureux, cela fait beaucoup de bruit pour rien. Ici, les standards fixés dans le Duden (équivalent germanique du Larousse) ont depuis toujours été sujet à des adaptations et à des écarts. Un pur germanophone découvre dans notre presse de nombreuses tournures surprenantes. Le fameux § n’y existe pas -da§ s’est toujours écrit dass- et personne ne s’offusque de l’adaptation des nouvelles règles «sauce maison» que s’est autorisée la Neue Zürcher Zeitung.
Le débat helvétique est clos et l’éclat estival de la presse allemande fait surtout craindre un échec de la réforme. Il faut dire que la Suisse alémanique a été championne dans son application. En Allemagne, bon nombre d’élèves apprennent encore l’ancienne orthographe, alors que la nouvelle est enseignée depuis des années à tous les petits Alémaniques.

Ecrit et oral
Doit-on rire de cet empressement à suivre les consignes ou admirer la sérénité et le pragmatisme avec lesquels les modifications ont été intégrées ?
La montée en force du Schwyzerdütsch et son utilisation courante dans les SMS et les courriels expliquent en partie l’indifférence helvétique. Pour le commun des mortels, il faut, sans fausse honte, reconnaître que l’allemand est une langue étrangère réduite dans la vie quotidienne à l’écrit. Ce n’est pas pour rien que l’allemand est nommé Schriftdütsch par opposition au Dialekt parlé. A l’oral le Schriftdütsch nécessite un réel effort qui se traduit par un sentiment de lourdeur et de pédantisme. Même la plus plate des discussions sur la météo y prend une connotation affectée et formelle. La problématique du rapport entre Schwyzerdütsch et allemand est une source intarissable de discussions qui suscite autrement plus de passion qu’une réforme de l’orthographe.
Si l’aversion bien réelle d’une majorité d’Alémaniques envers l’allemand a été favorable à l’introduction rapide et sans heurts de la nouvelle orthographe, l’annulation de la réforme risque fort de faire ressurgir les discours anti-allemands qui avaient été absents jusqu’à présent. L’obéissance aux desiderata et convulsions internes de la grande sœur du nord a ses limites .

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/3324
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/3324 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.