Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Banque cantonale vaudoise : Au service des actionnaires

Pour recapitaliser la BCV en difficulté, l’Etat de Vaud a souscrit la quasi totalité
des bons de participation émis en 2003. L’amélioration de sa santé financière
pousse maintenant la banque à racheter les bons détenus par le canton.
Or, selon le parti socialiste vaudois, le prix de la transaction pénalise l’Etat. En
revanche, la vente des bons rapporterait deux cents millions de francs aux actionnaires
privés de la BCV. Après le refus de la Commission des finances
de commander une expertise neutre, le groupe socialiste au Grand Conseil
a demandé une étude à Max Boemle, professeur honoraire à la faculté de HEC de l’Université de Lausanne, spécialiste des banques cantonales, et à Rudolf Volkart,
professeur et directeur du Swiss Banking Institute de l’Université de Zurich.

Voici quelques extraits.

(…) Pour la fixation des conditions de rachat, le capital-participation est considéré sur le plan matériel non plus comme des fonds propres, mais comme un prêt de l’Etat. Cela revient d’une part à s’écarter des caractéristiques juridiques précises fixées lors de l’émission, lesquelles sont d’ailleurs confirmées en page 9 de l’«Exposé des motifs», et d’autre part à nier la nature économique de ce capital (fonds propres de base au sens de l’art. 11 a de l’Ordonnance sur les banques).
( ?) La différence entre le prix de rachat de 95,70 francs pour l’an 2005 et le droit de conversion en actions, d’une valeur boursière de 260 francs immédiatement réalisable par les porteurs minoritaires, est frappante.
( ?)
Les difficultés pratiques liées à une conversion de l’ensemble du capital ne signifient cependant pas qu’il faille nécessairement renoncer à l’entier du droit de la conversion. Une conversion partielle combinée avec un plan de rachat est en effet sensée sous l’angle de l’économie d’entreprise.
Si l’Etat n’utilise pas son droit de conversion, lequel représente une valeur non négligeable sur la base du cours actuel de bourse, il abandonne à 100% un gain lié au capital-participation, tandis qu’il ne participe en tant qu’actionnaire qu’à 67% des avantages réalisés par la banque suite au rachat des bons de participation ( ?) Le marché boursier a déjà tenu clairement compte de la plus-value résultant du rachat proposé. Le cours des actions est en effet en hausse de 60% depuis le 1er octobre 2004, tandis que l’indice boursier du secteur bancaire ne progresse que de 19,6% durant la même période.
Il n’est donc pas dans l’intérêt économique de l’Etat de renoncer complètement à exercer son droit de conversion du capital-participation ( ?). Il y aurait au moins de bonnesraisons de profiter de la situation actuellement porteuse du marché pour convertir une première tranche de capital-participation ( ?). Les nouvelles actions peuvent être vendues à de nouveaux investisseurs ou ( ?) rachetées par la banque en vue d’une réduction du capital-actions. (…) . La vente des actions résultant d’une opération de conversion partielle devrait avoir priorité sur un rachat par la BCV elle-même, car elle offre l’avantage ne pas amoindrir la base de fonds propres de la BCV.
Lors d’une tranche ultérieure de conversion partielle, l’Etat aurait de surcroît la possibilité d’émettre un emprunt échangeable (exchangeable bond) à taux d’intérêt très bas ; il s’agit d’obligations qui peuvent être échangées en actions à des conditions avantageuses pour l’émetteur (en imitant le canton de Lucerne, qui a lancé un emprunt échangeable 2004-2008 aux taux de 1 %, remboursable en actions de la Banque cantonale de Lucerne).

Le texte complet est disponible sous
www.roger-nordmann.ch

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/3016
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/3016 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP