Mode lecture icon print Imprimer

Edito : Les dictatures du mépris

icone auteur icone calendrier 27 mai 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Le temps des dictatures touche-t-il à sa fin ? A voir les Mugabe, Karimov, Castro et autre Kim Jong-il toujours en selle, on pourrait en douter. Pourtant au cours des trois dernières décennies, et plus particulièrement depuis la chute du Mur de Berlin en 1989, la liste des despotes s’est considérablement raccourcie.
Peut-on espérer que le genre humain se libère enfin de son attirance fatale pour les personnages qui lui promettent grandeur et protection en échange de sa liberté ? Les hommes et les femmes du xxie siècle comprendront-ils que ce rêve finit toujours dans le sang et les larmes ?
Un meilleur niveau de formation, les technologies de la communication et le réseau d’interdépendances dans lequel les Etats sont imbriqués rendent peu probable la confiscation de l’information par un chef, même charismatique, et l’émergence de régimes fondés sur la terreur. Pourtant le politologue américain Ian Buruma n’exclut pas le retour de dictatures molles. Car, observe-t-il, le besoin d’admirer et de chercher protection auprès d’une figure paternelle, la fascination qu’exerce le spectacle du pouvoir et le désir de se fondre dans un grand sentiment collectif existent toujours.
Dans les démocraties contemporaines, ces besoins trouvent en partie satisfaction dans le culte des vedettes sportives ou de variétés, dans la fréquentation des stades. Le spectacle est fourni à haute dose par l’industrie du divertissement et la presse de boulevard, parfois même par les cérémonies officielles.
Les démocraties sont en danger quand une personne parvient à monopoliser les moyens de satisfaire ces besoins. Pour Buruma, le dictateur du futur contrôlera plusieurs chaînes de télévision et clubs sportifs. Il s’exprimera comme un prédicateur fondamentaliste et mettra en garde contre toutes sortes d’ennemis et de dangers. La situation qui prévaut aujourd’hui en Italie et en Thaïlande, deux pays dirigés par des hommes disposant d’un empire médiatique, préfigure ce que pourraient être ces dictatures molles : mépris de la démocratie et de ses compromis laborieux, déconsidération systématique de l’appareil judiciaire et des formations d’opposition.
La Suisse, qui aime à se considérer comme le berceau de la démocratie, n’est pas à l’abri du danger. Les succès d’une formation politique et de son leader, construits sur l’alimentation constante des peurs et la désignation d’ennemis, résonnent comme un signal d’alerte. jd

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2678
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2678 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.