Mode lecture icon print Imprimer

Edito : Force de loi

icone auteur icone calendrier 28 janvier 2005 icone PDF DP 

Thématiques

L’introduction d’une taxe sur le CO2 voit apparemment s’affronter deux camps bien tranchés. Opposants, les milieux économiques et les partis bourgeois ; partisans, la gauche et les Verts, les organisations écologistes et d’entraide, les consommateurs. Un conflit des plus classiques, direz-vous, entre défenseurs pragmatiques de l’économie et idéalistes soucieux du long terme.
En réalité la ligne de partage est moins nette. Dans l’industrie et le commerce, des voix divergentes se font entendre en faveur de la taxe. Parmi elles, la chimie et les pharmaceutiques, Coop, Migros et plus d’une centaine d’entreprises qui ont pris au sérieux la loi sur le CO2.
En effet, une seule raison suffit à justifier l’introduction de cette taxe : la loi sur le CO2.
Adoptée en 2000 par le Parlement, cette loi vise à réduire de 10% d’ici à 2010 les émissions de CO2 par rapport à leur niveau de 1990, en application du protocole de Kyoto. L’économie et les partis bourgeois ont imposé une solution souple : d’abord des mesures librement consenties par les responsables des émissions et, si ces mesures s’avèrent insuffisantes, une taxe que le Conseil fédéral a l’obligation d’introduire. Les entreprises et les secteurs d’activité qui, en accord avec la Confédération, se seront engagés à limiter leurs émissions, n’auront pas à payer la taxe.
Fortes de cette assurance, des branches économiques et des entreprises ont consenti des investissements importants pour réduire leur consommation énergétique. D’autres ont négligé cet effort. Et c’est ces dernières que veulent maintenant récompenser les partis bourgeois et les grandes organisations de l’économie en s’opposant à l’introduction de la taxe.
Si le Conseil fédéral renonce à cette taxe, il se rendra complice d’une double tromperie. En changeant en cours de route les règles du jeu, il pénalisera les acteurs économiques qui ont appuyé jusqu’à présent sa politique. De plus, il discréditera son discours sur les bienfaits de la concurrence – le refus de la taxe équivaut à une distorsion de la concurrence. Quant aux partis bourgeois et aux organisations économiques, ils oublient qu’en 2000 ils ont fait échouer les taxes énergétiques au prétexte de la future taxe sur le CO2. jd

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2648
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2648 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.