Mode lecture icon print Imprimer

Presse écrite : Les journaux à la peine

icone auteur icone calendrier 7 janvier 2005 icone PDF DP 

Thématiques

En dix ans, la presse quotidienne et hebdomadaire de caractère général s’est appauvrie de trente-deux titres. Disparitions et fusions continueront très probablement à caractériser le marché de la communication écrite. Et la situation financière des titres survivants n’est pas brillante.
La conjoncture économique morose explique-t-elle seule cette évolution ? On sait que les journaux vivent essentiellement de la publicité et accessoirement de la contribution de leurs lecteurs et abonnés. Un retour de la croissance économique devrait améliorer le volume des annonces. Pour Otfried Jarren, professeur en science des médias à l’Université de Zurich, cette approche est un peu courte. Elle néglige un phénomène structurel plus fondamental : les journaux, en tant qu’acteurs intermédiaires de la société, perdent de l’importance et de nouveaux intermédiaires font leur apparition sur la scène médiatique.
Les journaux, tout comme les partis politiques, les Eglises, les organisations syndicales et patronales constituent l’infrastructure sociale de la société. Ces acteurs intermédiaires permettent l’échange entre le système politique et les citoyens. Or ces intermédiaires sont en crise : effectifs à la baisse, affaiblissement de leur ancrage dans la société et, en conséquence, difficulté à communiquer leur message à un public plus volatil. Cette crise se lit notamment dans la croissance des ressources consacrées à la communication – chargés d’information, campagnes promotionnelles.

Des lecteurs infidèles
Les journaux sont également touchés par cette crise. Comme les électeurs qui ne s’identifient plus à un parti, les lecteurs sont de moins en moins attachés à un titre particulier, le nombre des abonnés est en baisse. Le journal doit représenter pour eux une «valeur d’usage», ce qui implique de la part de l’entreprise de presse un effort constant pour attirer l’attention des lecteurs (titres-choc, scoops, etc.).
Cette valeur d’usage, les consommateurs la trouvent dans d’autres médias – radio, TV, Internet – qui concurrencent sévèrement la presse écrite et drainent une part non négligeable de la manne publicitaire. L’Internet en particulier favorise l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché de l’information. La technologie du réseau permet de se libérer des contraintes du canal de l’imprimé. Cette possibilité de générer et de diffuser soi-même de l’information exerce déjà une pression sur le contenu de certaines émissions de radio et de TV, alors que la presse reste encore – mais pour combien de temps ? – relativement épargnée.
Des entreprises de presse cherchent d’autres sources de revenus. La Berner Zeitung met aux enchères ses espaces publicitaires par le biais de l’Internet. En Allemagne les journaux se lancent dans l’édition de livres et de disques. Mais cette diversification ne dispensera pas la presse écrite d’une réflexion sur la manière d’assurer sa mission d’information indispensable à la vie démocratique. jd

Otfried Jarren, «Unter Riesen auf brüchigem Boden», NZZ, 18 et 19 septembre 2004.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2642
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2642 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.