Mode lecture icon print Imprimer

PSS – Europe : La stratégie ambiguë des socialistes

icone auteur icone calendrier 5 novembre 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Le Parti socialiste suisse reste la formation
politique la plus européenne. Il l’a confirmé lors de son récent
congrès à Naters : la voie bilatérale n’a plus d’avenir ; le Conseil
fédéral doit ouvrir rapidement des négociations d’adhésion.
Emporté
par son élan, le PSS veut faire de la prochaine votation sur l’accord
de Schengen-Dublin un test de l’ouverture européenne de notre pays.
Peter Bodenmann n’a pas hésité à proclamer que «nous ne votons pas sur
Schengen mais sur l’Europe». Cet enthousiasme fait le jeu des
isolationnistes et de l’UDC, pour qui cet accord n’est qu’un marchepied
vers l’adhésion. Le faux pas du Conseil fédéral, déposant la demande
d’adhésion de la Suisse juste avant la votation sur l’Espace économique
européen, devrait pourtant servir de leçon. Pour gagner la votation
référendaire l’an prochain, l’évocation de l’idéal européen ne suffira
pas ; il faudra convaincre le peuple des avantages concrets de l’espace
Schengen/Dublin.

Les risques du référendum
L’enthousiasme
européen de la gauche se conjugue mal avec les menaces syndicales de
référendum contre l’extension de la libre circulation des personnes aux
nouveaux membres de l’Union. Le PSS n’a pas clairement pris ses
distances à l’égard d’un éventuel référendum qui, si l’accord était
rejeté, mettrait en péril l’ensemble des accords bilatéraux et
aggraverait l’isolement de la Suisse. Un résultat négatif qui
n’attristerait pas la droite nationaliste.
Enfin, si les socialistes
revendiquent l’ouverture rapide de négociations en vue d’une adhésion à
l’Union européenne, ils exigent du Conseil fédéral qu’il préserve le
pays des méfaits du libéralisme, en particulier dans le dossier des
services publics. Le PSS est certes légitimé à défendre son programme.
Mais il ne peut oublier que nous sommes demandeurs d’une Europe qui
n’est pas prête à négocier le marché unique et ses règles. C’est une
fois l’adhésion acquise que la gauche helvétique, avec la gauche
européenne, dans le cadre des institutions européennes, devra batailler
pour qu’aboutissent ses revendications. Mais elle ne peut faire de
l’acceptation de ses desiderata un préalable à son appui à une
adhésion, sous peine de desservir la cause même de l’adhésion. Le PSS
rappelle, probablement à juste de titre, qu’il n’y aura pas d’adhésion
possible sans l’appui de la gauche. Sans l’appui de la droite non plus.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2632
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2632 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.