Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Budgets publics : Les méfaits d’une action à l’aveugle

Les débats budgétaires, au niveau fédéral comme dans les cantons, donnent une piètre image de la politique. Le triste spectacle auquel nous assistons relève du traficotage de bazar, de l’épicerie comptable, non de l’exercice politique. Car l’objectif légitime de réaliser des économies occulte totalement la question centrale des priorités collectives et des moyens financiers nécessaires à leur réalisation.
Le camp bourgeois, dans le rôle du Père la Rigueur – mais de quelle couleur politique était donc la majorité laxiste qui a laissé filer ainsi les dépenses publiques ? – sabre allégrement dans les dépenses. La gauche, en défenderesse de la veuve et de l’orphelin, défend pied à pied ces mêmes dépenses, comme si chaque franc retranché représentait un affaiblissement et de la puissance publique et de la solidarité sociale. On exagère à peine. L’un comme l’autre ont en commun de travailler à l’aveugle.
Obnubilée par les économies à réaliser, la droite manie la paire de ciseaux jusqu’à ce que le compte soit bon. Parfois elle pousse l’effort jusqu’à théoriser et parle de la symétrie des sacrifices pour justifier des coupes linéaires qui masquent mal le caractère arbitraire de l’exercice.
Derrière chaque réduction de dépenses – à l’exception de quelques secteurs qu’elle ne porte pas dans son cœur comme la défense notamment – la gauche voit poindre le dépérissement de l’Etat et l’abandon des plus démunis. Comme si les montants défendus équivalaient automatiquement à des prestations indispensables ou simplement utiles.

Une affaire de sous
Les deux camps partagent la même vision étriquée de l’action publique qui se résumerait à un ensemble de lignes budgétaires. Jamais la dépense n’est mise en relation avec une tâche et des objectifs à atteindre. La bataille n’est qu’affaire de sous. Tailler dans les subventions ou au contraire les maintenir ; réduire les effectifs du personnel ou les accroître ; alléger les frais de fonctionnement ou pas : le combat est frontal, mais jamais les adversaires ne se posent la question des effets des économies et des dépenses.
A la décharge des édiles – exécutifs comme parlements – il faut reconnaître que le budget est devenu un monstre de complexité et de détails. Il ne reflète pas l’activité de l’Etat, ne dit rien ou presque des prestations fournies et ne permet plus d’orienter l’action publique. Triste sort pour une institution qui historiquement fut à la base de la revendication démocratique, contre le pouvoir absolu du monarque.
L’inventaire des tâches publiques, l’analyse de leurs coûts et de leurs effets constituent le préalable indispensable à la recherche d’économies. C’est à cette condition seulement qu’il est possible de faire des choix éclairés, donc démocratiques, de dégager des priorités, de décider s’il faut maintenir ou diminuer les moyens financiers, ou engager des moyens supplémentaires.
Le budget doit refléter cette approche. Non plus énumération des charges et des produits ventilés en d’innombrables catégories et sous-catégories, mais présentation par prestations délivrées.
Ce nouveau budget, déjà adopté ou en voie de l’être dans de nombreux pays, n’exprime pas une simple adaptation comptable. Il traduit un nouveau mode de gestion, une conduite de l’action publique qui investit les administrations d’une responsabilité et d’une autonomie d’action. Contre une enveloppe budgétaire attribuée à telle tâche, le législateur attend des résultats. S’il réduit l’enveloppe, il doit redéfinir la tâche. Ce nouveau mode de gestion, que les cantons romands peinent à introduire, doit conduire à une plus grande efficacité dans l’utilisation des ressources disponibles. Au contraire du bricolage comptable auquel se livrent les autorités, il permet un débat politique sur de véritables options, choisies en connaissance de cause.

Une information très complète sur la
modernisation budgétaire et la gestion
publique en France est disponible sur le site
www.moderfie.minefi.gouv.fr

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2617
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2617 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP