Mode lecture icon print Imprimer

Genève : Le peuple a-t-il encore son mot à dire ?

icone auteur icone calendrier 21 mai 2004 icone PDF DP 

Thématiques

L’ampleur du mouvement de grève de la fonction publique genevoise exprime plus que la défense des salaires et de son statut. Elle traduit un mécontentement réel face à des conditions de travail plus difficiles, en particulier dans l’enseignement primaire, le secteur de la santé et au sein de la police.
Peut-on pour autant parler de démantèlement de l’Etat social – selon le dictionnaire «abattre», «démolir», «raser» – et de «fin de l’Etat» ? Cet abus de langage doit beaucoup à l’arrogance et – osons le mot – l’imbécillité de l’Entente bourgeoise, qui stigmatise sans nuance l’inefficacité de l’administration et exige un rétablissement brutal de l’équilibre budgétaire, sans pour autant oser désigner les économies prioritaires. En somme l’Entente a brandi le chiffon rouge et le Cartel intersyndical du personnel de l’Etat s’est précipité tête baissée.
Personne ne peut de bonne foi nier la nécessité de réformer l’administration genevoise : de nombreuses études, et nos expériences personnelles, confirment cette nécessité. Mais cette réforme ne passe pas d’abord par l’introduction du salaire au mérite, comme le suggère un projet de loi de l’Entente, un mode de rémunération qui a depuis longtemps montré ses limites. A l’inverse le rejet légitime du salaire au mérite ne justifie pas le veto mis par le Cartel à toute discussion sur le statut du personnel. Pas plus que ses exigences maximalistes de retrait du plan financier quadriennal, du projet de réforme de l’administration, du projet de frein à l’endettement émanant du Conseil d’Etat et du projet de loi sur le personnel déposé par la droite. A quoi il faut ajouter la revendication d’un budget maintenant les mécanismes salariaux, augmentant les subventions et prévoyant 200 nouveaux postes.

Inculture politique
Mais au-delà du contenu de ces revendications, c’est la méthode qui devrait retenir notre attention. Si les fonctionnaires sont légitimés à défendre leurs conditions de travail et leurs salaires, rien ne les autorise à exiger le retrait de projets du gouvernement ou de députés. Le Grand Conseil et le Conseil d’Etat sont élus par le peuple ; tous deux disposent du droit d’initiative législative et le parlement est le lieu pour débattre de ces projets et les adopter le cas échéant. Si le Cartel s’estime lésé, il peut recourir au référendum ; s’il croit nécessaire d’accroître les moyens financiers de l’Etat, il dispose de l’initiative populaire. On rétorquera qu’il s’agit là d’un point de vue trop formel. Si elles ne sont pas suffisantes à faire vivre la démocratie, les formes en sont une condition indispensable. Comme d’ailleurs le respect des fonctions et des personnes, quelle que soit l’intensité des désaccords – lors des manifestations, on a entendu des propos indignes d’une organisation syndicale. A l’évidence, le Cartel ignore le souverain et cherche à isoler un Conseil d’Etat affaibli auquel il pense pouvoir arracher des concessions.
Ces dernières années, l’UDC a donné l’exemple d’une inculture politique qui mêle déconsidération des adversaires et des institutions et confond démocratie et démagogie. Il serait regrettable et dangereux que la gauche et les organisations de la fonction publique suivent cet exemple.
A gauche comme à droite, des voix se feront-elles entendre pour ouvrir une négociation sur le redressement des finances publiques et la réforme de l’Etat dont Genève a un urgent besoin ?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2608
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2608 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.