Mode lecture icon print Imprimer

Démocratie directe : A trop tirer sur la corde ?.

icone auteur icone calendrier 21 mai 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Les radicaux, créateurs de la Suisse moderne, comprennent assez vite le tarif : alors même qu’ils occupent les sept sièges du Conseil fédéral et détiennent la majorité au parlement dès 1848, ils ne peuvent imposer sans autre leur politique.
Le référendum obligatoire d’abord, puis le référendum facultatif dès 1874 freinent sérieusement leurs ambitions réformatrices et centralisatrices. Dans le dernier quart du xixe siècle, les conservateurs font désavouer par le peuple plusieurs projets législatifs importants. La votation, obligatoire ou facultative, plane comme une menace. Pour éviter l’échec populaire, les décideurs perdent progressivement de leur arrogance pour s’ouvrir aux solutions de compromis, qui n’est pas vertu helvétique mais tout simplement nécessité. Se développe alors la pratique de la consultation préparlementaire qui va prendre toute son ampleur après 1945. Parallèlement le radicalisme dominant fait une petite place au gouvernement à l’ennemi conservateur (1891), puis deux places (1919), jusqu’à la célèbre formule magique (1959) qui permet d’associer les principales forces politiques à l’exercice du pouvoir.
Le référendum, parce qu’il ramène au statu quo en cas de verdict populaire négatif, est une arme plus propice aux conservateurs qu’à la gauche. Il faut des projets clairement réactionnaires pour que cette dernière y recourt ; ou alors la crainte qu’une réforme minimale bloque pour longtemps un progrès plus substantiel.
Or depuis le milieu des années huitante, le nombre des référendums de gauche a augmenté. Ce phénomène indique que la droite, majoritaire au parlement, tend à négliger la recherche de compromis, remettant même en cause les solutions proposées par le Conseil fédéral. Mais jusqu’à récemment, la gauche a peiné à convaincre une majorité populaire de la suivre dans son refus. La situation est probablement en train de changer. Pour avoir ficelé des projets trop peu équilibrés, la droite parlementaire a essuyé des échecs populaires cinglants : en février de cette année, le contre-projet Avanti et le nouveau bail à loyer, ce dimanche le paquet fiscal et la 11e révision de l’AVS.
Les partis du centre droit, sensibles aux sirènes de l’UDC, comprendront-ils que la politique franchement bourgeoise revendiquée par les populistes n’est pas compatible, dans certains domaines, avec la logique du système politique suisse ?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2606
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2606 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.