Mode lecture icon print Imprimer

Assurance maladie : Erreur de diagnostic

icone auteur icone calendrier 7 février 2003 icone PDF DP 

Thématiques

L’UDC fait dans le boniment du marchand à la sauvette, brillant mais menteur. Elle promet une réduction de 20 % des primes grâce à son initiative populaire. Pascal Couchepin, nouveau responsable de la santé, reste plus prudent : «Je me donne quatre à cinq ans pour freiner la hausse des coûts de la santé». C’est pourquoi il se réjouit des récentes décisions de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil des Etats (CSSS).
La CSSS remet l’ouvrage sur le métier après le rejet par le Conseil national de la révision de la Loi sur l’assurance maladie : l’UDC et une partie des radicaux avaient délibérément chargé le bateau pour mieux le faire couler. Elle reprend l’idée de supprimer l’obligation faite aux assurances de rembourser toutes les prestations des fournisseurs de soins reconnus. Nouveauté : les assureurs devront contracter avec un minimum d’entre eux, nombre fixé par les cantons en fonction de leurs besoins. Cette solution combine un élément de concurrence – les assurances choisissent les prestataires – avec une planification quasi soviétique. Les médecins en place bénéficieraient d’un délai transitoire de quatre à six ans avant de subir la loi des assurances, mais pas les nouveaux praticiens. On voit mal comment une pareille chimère pourrait survivre puisque l’inadéquation entre l’offre et le besoin est programmée.
De plus, la CSSS tente de désamorcer l’initiative socialiste, en votation en mai prochain, en introduisant un plafonnement des primes en fonction du revenu.
Tenter de résoudre le problème des coûts de la santé en limitant le nombre des prestataires autorisés ou en mettant ces derniers en concurrence, c’est faire l’impasse sur le cœur du problème, à savoir la qualité et la nécessité des diagnostics et thérapies disponibles. De nombreuses études montrent de manière convaincante que trop d’actes médicaux et de médicaments ne produisent pas les effets prétendus. Un seul exemple. La thérapie hormonale contre les effets de la ménopause, prescrite pour abaisser le taux de cholestérol et augmenter la densité osseuse, provoquerait en réalité plus d’infarctus et accroîtrait le risque de cancers du sein et d’embolies. L’interventionnisme médical et les pseudo-nouveautés pharmaceutiques coûtent cher. Tout un champ d’investigation est à développer pour mieux encadrer les pratiques de soins.
Par ailleurs la LAMal, en favorisant la médecine de groupe et les réseaux de soins (DP 1534 et 1535) et en autorisant des primes plus basses, contribuerait significativement à la maîtrise des coûts.

Documentation détaillée sur les médicaments et les thérapies sur le site de la fondation Cochrane: www.cochrane.org

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2525
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2525 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.