Mode lecture icon print Imprimer

Un escabeau pour la caisse unique

La curieuse tactique des caisses maladie pour contrer l’initiative

Photo 401(K) 2013 Photo 401(K) 2013 (licence CC)
icone auteur icone calendrier 15 décembre 2013 icone PDF DP 

Thématiques

Sans surprise, le Parlement a rejeté sèchement l’initiative pour une caisse maladie unique. Le Conseil fédéral avait envisagé de lui opposer un contre-projet. En bref, une réassurance pour les cas coûteux devait contribuer à restaurer une concurrence loyale, les caisses s’adonnant sans vergogne à la sélection des risques; et ces dernières, pour améliorer la transparence de leur fonctionnement, auraient dû séparer juridiquement leurs activités d’assurance obligatoire et d’assurance complémentaire.

Mais les sociétés d’assurance n’aiment ni la concurrence loyale ni la transparence. Pas moins de cinq motions acceptées par les Chambres ont intimé l’ordre au gouvernement de renoncer à ce contre-projet et d’accélérer la procédure, de manière à ce que l’initiative pour une caisse unique soit présentée rapidement au peuple. Parmi les motionnaires, on retrouve les porte-parole habituels des assurances: les démocrates-chrétiens Ruth Humbel (AG) et Urs Schwaller (FR), membres du Groupe de réflexion santé du Groupe Mutuel ainsi que le libéral-radical tessinois Ignazio Cassis, président de Curafutura, une faîtière dissidente de santésuisse.

La gouvernance des caisses maladie laisse à désirer: faillite, insolvabilité, rémunérations princières des dirigeants, hausse des primes sans rapport avec l’évolution des coûts dont a résulté depuis 1996 un trop-perçu de 1,7 milliard au détriment des assurés de neuf cantons.

Pour mettre un peu d’ordre et de transparence dans un secteur qui connaît de fortes concentrations et une concurrence à couteaux tirés, le Conseil fédéral a présenté un projet de loi de surveillance de l’assurance-maladie sociale. Dorénavant les caisses devront publier leur système de rémunération; l’Office fédéral des assurances sociales (Ofas) aura compétence pour imposer des baisses de primes, alors qu’aujourd’hui il peut seulement exiger des hausses lorsqu’il estime que les coûts ne sont pas couverts. Et il pourra ordonner la restitution du trop-perçu.

Le Conseil des Etats a accepté le projet qu’en revanche, au Conseil national, les assureurs ont réussi à bloquer. Une fois de plus, Ruth Humbel et Ignazio Cassis sont montés au front pour relayer le mécontentement de la branche.

Mais le mécontentement risque fort de gagner aussi les rangs des assurés-citoyens et de les inciter à appuyer l’initiative pour une caisse unique. Certains parlementaires bourgeois l’ont souligné sans réussir à convaincre leurs collègues.

Le combat va maintenant porter sur la date de la votation. Le calendrier pour 2014 a retenu les 28 septembre et 30 novembre. A la première date, les primes pour 2015 ne seront pas encore connues. C’est donc celle que préféreraient les adversaires de l’initiative. Un mois plus tard par contre, les nouvelles primes auront été fixées. Le Conseil fédéral tranchera. Mais, d’ici là, le lobbying se fera intense dans les couloirs du Palais fédéral.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/24948
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/24948 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Le problème principal se trouve être le haut niveau de « corruption » de la part des compagnies d’assurances maladies sur la majorité des élus et des membres des commissions de la santé.
    Pour avoir vécu la destruction d’ACCORDA caisse maladie, je n’ai plus aucune illusion concernant nos élus, l’arrivée de Couchepin au Conseil Fédéral, lui-même ancien secrétaire général du Groupe Mutuel à sonné le glas de cette compagnie qui avait des produits et des conditions générales innovantes dans les complémentaires.
    Bien qu’une autre compagnie était prête à reprendre la caisse avec ses mêmes produits et avantages, ACCORDA fut transférée à une compagnie plus puissante au niveau politique.
    Un audit de l’OFAS avait pourtant été effectué avec un résultat des plus positif pour Accorda, mais le changement de conseiller fédéral fut fatal à la compagnie.
    Donc, pour ma part, je n’ai plus aucune illusion concernant notre système « Démocratique »
     
     

1 Rétrolien

  1. […] La lutte autour de la caisse maladie unique. […]

    Cité par Revue de web – S02E49 | Fred H - 23 décembre 2013 à 8 h 23 min

Les commentaires sont fermés.