Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Un scandale bancaire chasse l’autre

Après les manipulations du Libor, celles du marché des devises

Photo Images Money
Photo Images Money (licence CC)

Nous ne sommes pas encore vraiment sortis du scandale du Libor, dont nous avons parlé à plusieurs reprises dans ces colonnes (DP 1991), qu’une nouvelle affaire pointe son nez. Il s’agit cette fois de manipulations relatives aux opérations sur devises.

La Commission de la concurrence (Comco) et l’Autorité de surveillance des marchés financiers (Finma) ont diffusé le 4 octobre un communiqué, quasi identique et d’une extrême brièveté,  indiquant qu’elles avaient eu connaissance de possibles ententes et manipulations sur le marché des devises et qu’elles menaient des investigations. L’affaire a été révélée par le site Inside Paradeplatz qui annonçait le licenciement par UBS de deux cadres supérieurs dans le département du trafic de devises, l’un aux Etats-Unis et l’autre en Suisse.

Les affaires d’achats et de ventes de monnaies étrangères sont considérables. Elles tournent autour des 5’000 milliards de francs chaque jour et concernent les vingt et une principales monnaies dans le monde, dont évidemment le franc suisse. Les variations des cours de change, même les plus infimes, entre les principales places financières donnent lieu, tout au long de chaque journée, à d’incessants achats et ventes. Par exemple, un ordre de vente ou d’achat d’un milliard de francs qui joue sur une différence de cours d’une petite fraction de pour mille permet de réaliser des gains de plusieurs centaines de milliers de francs.

Le fixing de 16 heures

Les placements en devises intéressent un très grand nombre de sociétés et d’institutions. En particulier, les banques, les assurances, les fonds de placement, les assurances, les caisses de pension, les grandes sociétés internationales.

Des dizaines de milliers de personnes scrutent tous les jours l’évolution des marchés et selon les variations des cours passent des ordres d’achat ou de vente, de manière à préserver la valeur de leurs capitaux et même, si possible, à l’augmenter.

Les banques n’interviennent pas seulement sur le marché des devises pour exécuter les ordres de leurs clients, mais aussi pour leur propre compte, c’est-à-dire avec des capitaux qui leur appartiennent. Trois quarts des opérations quotidiennes sont effectués par une dizaine de banques. Les quatre plus importantes réalisent la moitié de ce marché – Deutsche Bank, Citigroup, Barclays et UBS.

Tout au long de la journée, la société VW Reuters fournit chaque demi-heure un cours indicatif pour chacune des monnaies et, à 16h (heure de Londres), un cours de clôture (fixing) qui sert à tous les intervenants pour déterminer la valeur de leurs avoirs. Les achats ou ventes opérés dans les dernières minutes avant 16h peuvent ainsi devenir cruciaux pour influencer à la hausse ou à la baisse le fixing, et déterminer ainsi les gains ou les pertes réalisés dans la journée.

Si l’on ajoute que le marché des devises ne fait pas l’objet d’une réglementation nationale ou internationale, on comprendra aisément que la tentation est grande pour les banques d’agir, si possible de manière concertée, pour que le cours de 16h corresponde à leur propre intérêt, et pas forcément à celui de leurs clients.

Interventions concertées

Il y a quelques mois, la société américaine Bloomberg, principal fournisseur de données financières dans le monde, a relevé une intensité particulièrement élevée de transactions dans les minutes qui précédaient le fixing. D’où l’idée que ces interventions étaient concertées et qu’elles avaient pour but d’influencer le niveau de clôture du cours des devises.

Ces comportements ne seraient apparemment pas nouveaux. Ils auraient rapporté des milliards de francs aux banques actives sur le marché des devises et de substantiels bonus aux opérateurs. Les dirigeants d’UBS auraient fait savoir qu’ils n’admettaient plus de telles pratiques. Mais comment y mettre fin tant que subsisteront des systèmes de rémunération où la part du variable (les bonus) dépend, souvent dans une proportion importante, des gains obtenus dans les différents départements?

Et puis, on entend déjà venir les jérémiades des milieux bancaires qui vont, une nouvelle fois, se plaindre d’un flot envahissant de nouvelles réglementations destinées à rétablir un peu d’ordre et de transparence, sinon d’honnêteté, dans un milieu où la cupidité de certains induit des dérives à répétition. Regrettable peut-être, mais inévitable. Et la profession n’aura à s’en prendre qu’à elle-même.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/24399
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/24399 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    francoise buffat

    Oui, j’ai apprécié votre article et suis, comme vous, horrifiée par la cupidité que vous dénoncez. N’ont-ils donc rien appris? Et allons-nous continuer à leur offrir notre garantie?

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP