Mode lecture icon print Imprimer

Riche diversité et pauvre paysage

Les premiers résultats du recensement 2000 étonnent, confirment et inquiètent. Ils engagent aussi à la réflexion et à l’action politiques.
Etonnement d’abord. Ainsi ce pays qu’on disait vieillissant, sans dynamisme, mangeant son capital, pour certains quasiment en voie de disparition, connaît l’une des plus vigoureuses croissances démographiques d’Europe occidentale.
Confirmation ensuite. Cette cure de jouvence, c’est aux étrangers que nous la devons. Grâce à celles et ceux qui s’installent en Suisse mais aussi qui y procréent. Le phénomène n’est pas nouveau ; il y a longtemps que nous puisons à l’extérieur les forces physiques et intellectuelles qui nous manquent. Par contre la provenance des immigrés se diversifie, ce que traduit l’évolution des langues parlées et des confessions professées. Cette diversification appelle une politique d’intégration plus marquée qui ne peut que déboucher sur un droit à la naturalisation. Elle implique aussi que soient affirmés plus clairement encore le caractère laïque de l’Etat et les valeurs communes qui transcendent les croyances religieuses ; la liberté de pratiquer sa religion ne peut empiéter sur les droits humains.
Inquiétude enfin. La croissance démographique touche d’abord les zones périurbaines et les villes des Préalpes. Le voyageur traversant la Suisse peut observer l’impact de cette croissance sur l’organisation du territoire. Le réseau polycentrique de villes, objectif proclamé de l’aménagement, a fait place à l’extension continue des agglomérations. Parce que le résident helvétique est avide d’espace Ð 112 m2 par habitant ! Ð, l’habitat et ses dessertes, à raison de 11 hectares par jour, colonisent progressivement et en priorité le Plateau, la Suisse centrale, la région zurichoise et l’arc lémanique.
C’est un aménagement du territoire anarchique qui a pris en charge le dynamisme démographique de la dernière décennie. En cause, un cadre législatif fédéral trop peu contraignant qui permet aux cantons et aux communes, en concurrence pour attirer de nouveaux contribuables, d’étendre inconsidérément leurs zones à bâtir. La zone agricole elle-même n’échappe pas à ce mitage, puisque près de 10 000 dérogations à l’interdiction de construire y sont accordées chaque année. A l’horizon se profile une interminable banlieue, de Genève à Romanshorn.
Le recensement 2000 montre une Suisse riche de la diversité de ses habitants, de leurs langues, de leurs cultures et de leurs religions. Par contre cette Suisse, visuellement, s’appauvrit. Si l’on veut sauvegarder également la diversité de ses paysages, il est grand temps d’attribuer à la Confédération les compétences indispensables à une gestion cohérente du territoire. JD

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2437
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2437 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.