Mode lecture icon print Imprimer

Coûts de la santé: Les Diafoirus à l’œuvre

icone auteur icone calendrier 25 janvier 2002 icone PDF DP 

Thématiques

La hausse continue des primes d’assurance maladie suscite une grogne légitime que certaines formations politiques cherchent à exploiter. Mais gare à l’arnaque ! Nombre de propositions qui prétendent alléger le sort des assurés ne sont pourtant que tromperie sur la marchandise.
Au premier rang des illusionnistes, l’UDC, qui ne pouvait plus longtemps laisser en friche un terrain si propice, annonce le lancement d’une initiative populaire.
« Des primes de 20 à 30 % moins cher » , prônent ces docteurs-miracle. La recette est simple. Désormais, l’assurance de base comprend une assurance obligatoire pour un catalogue de prestations réduit au strict minimum, des prestations qui ne sont plus délivrées que par le filtre du médecin de famille. Celui qui veut bénéficier des autres prestations de l’assurance de base doit souscrire une assurance facultative. Et qui désire profiter d’un confort supplémentaire et choisir son établissement hospitalier contracte comme aujourd’hui une assurance complémentaire. On l’a compris, la réduction des primes passe par une sévère cure d’amaigrissement des soins auxquels auront droit les assurés les plus modestes. Sous le noble prétexte de responsabiliser les patients, l’UDC préconise en réalité une médecine de classe : à chacun selon ses moyens. Quant au strict minimum garanti par l’assurance obligatoire, l’UDC se garde bien d’en préciser le contenu. Car ce dossier, au stade de la concrétisation, pourrait bien exploser à la face de l’UDC, comme il y a quelques années une certaine proposition de privatiser l’AVS, rapidement abandonnée à la suite de l’émotion suscitée dans l’opinion. Pour l’heure l’UDC, prudente, se contente de procéder à une large consultation populaire par le biais de l’Internet. Comme quoi le modernisme technologique peut se conjuguer avec les projets les plus réactionnaires.

A Genève, une assurance cantonale ?

L’Alliance de gauche genevoise, fidèle à sa tradition étatiste, cherche le salut dans une caisse maladie publique. Elle vient de déposer une initiative populaire réclamant la création d’une assurance cantonale dont les primes seront légalement inférieures de
10 % à la moyenne des primes proposées à Genève. L’idée est généreuse, mais ne verra jamais le jour. En effet, pour survivre financièrement, cette caisse devrait être soutenue par l’Etat. Or la loi fédérale exige que les primes soient fixées en fonction des dépenses et ne tolère pas l’apport de ressources autres que les cotisations des assurés. Et même si un soutien financier du canton était possible, il ne garantirait pas pour autant une politique de caractère social. En effet, l’assuré étant libre de choisir sa caisse, les primes d’un établissement cantonal subventionné profiteraient également aux personnes financièrement favorisées.

Irrecevable

Mentionnons encore l’idée popiste qui court dans le Pays de Vaud d’une caisse cantonale détenant le monopole de l’assurance maladie. Un tel projet est bien sûr contraire au droit fédéral et l’initiative populaire qui le véhicule ne peut qu’être déclarée irrecevable.
Le financement solidaire de l’assurance maladie exige que les coûts de la santé soient supportés par chacun en fonction de ses moyens. Ni une assurance au rabais, ni les projets cantonaux de caisse publique ne constituent des solutions sérieuses. Par contre, les effets pervers de la concurrence entre les caisses (chasse aux bons risques, dépenses publicitaires notamment) justifie que soit mise en débat l’idée d’une caisse fédérale unique, à l’image de la Caisse nationale d’assurance. jd

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2435
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2435 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.