Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

OGM: en Suisse, un moratoire qui n’en finit pas de durer

Trente ans après la première plante transgénique… Second volet d’une mise en perspective du débat

Photo Jérôme
Photo Jérôme (licence CC)

En Suisse, le chemin de la régulation du génie génétique agricole a été tracé de manière visionnaire il y a 20 ans (voir la première partie de ce bilan, DP 1997). La révision de la loi sur les denrées alimentaires, entrée en vigueur en juillet 1994, soumet les produits issus du génie génétique à autorisation et à déclaration.

La réputation sulfureuse (d’où autorisation) et l’exigence de traçabilité (déclaration) délimitent encore aujourd’hui le débat autour des organismes génétiquement modifiés (OGM), au moment où la Suisse sort doucement de la torpeur du moratoire décidé par le peuple en novembre 2005. Le moratoire, prolongé deux fois, échoit à la fin de 2017.

Ces prolongations devaient permettre de tenir compte des résultats d’un programme national de recherche – le PNR 59 – sur les chances et les risques des plantes transgéniques, lancé en 2006 et achevé en juin 2012; la version française du rapport final, librement accessible, a été publiée en avril 2013.

Le Fonds national de la recherche scientifique donne la substance du rapport final ainsi«Génie génétique vert en Suisse: les risques sont faibles, le potentiel n’est pas exploité.» On voulait une base scientifique pour interdire la culture des plantes transgéniques, mais le PNR ne la fournit pas. En même temps, jamais opinions scientifique et publique n’ont autant divergé qu’aujourd’hui: le sondage européen Eurobaromètre montre que seul un gros quart des Européens (27% en moyenne, avec 44% en Grande-Bretagne, 20% en Suisse, 7% en Turquie) accueille favorablement les denrées alimentaires génétiquement modifiées.

Des organisations au départ sceptiques – l’Union suisse des paysans par exemple – ont pris acte que le PNR 59 n’a pas constaté d’impact négatif des OGM sur l’environnement. A l’inverse, la Commission fédérale d’éthique pour la biotechnologie dans le domaine non humain (CENH) – qui s’est d’ailleurs exprimée avant la publication des résultats finaux du PNR –, pense que nous sommes toujours confrontés à une «situation d’incomplétude des connaissances».

Vers une coexistence des cultures?

La coexistence entre cultures traditionnelles et OGM requiert certes des mesures techniques, analysées dans le PNR. Mais elle exige surtout des décisions démocratiques (par exemple, des processus d’accord entre voisins). Les coûts de coexistence peuvent être chiffrés. Ils dépendent notamment de la pureté voulue du produit final: en cas de tolérance zéro pour la contamination par les produits OGM, les distances de sécurité entre champs OGM et non-OGM devraient être de 500 mètres; en cas d’application de la norme européenne (0.9% de contamination), les distances sont divisées par dix au moins. Le projet d’ordonnance sur la coexistence reprend les distances proposées dans le PNR, mais multipliées par deux.

Le PNR, à partir d’exploitations zurichoises, a élaboré des scénarios d’évaluation des coûts supplémentaires de coexistence pour les agriculteurs qui recourraient aux OGM. Ces coûts passent de 93 francs par hectare et par an dans un cas de régulation souple à 900 francs dans un scénario de réglementation extrême!

Le bénéfice additionnel des plantes transgéniques, considéré par rapport au revenu total d’une exploitation ne dépasse pas la somme versée aux agriculteurs dans le cadre des paiements directs. A moins que les paiements directs soient adaptés de manière à inclure les plantes transgéniques, cette culture ne sera pas économiquement intéressante. C’est pourquoi la Commission des jeunes agriculteurs refuse en principe l’autorisation des cultures transgéniques. Et d’ajouter que «seules doivent être autorisées les variétés d’OGM pour lesquelles le rapport coût / utilité est positif et que les consommatrices et consommateurs acceptent».

Le dernier mot reviendrait donc au consommateur – ou pour le dire de manière moins élégante, au marché. Ce renforcement du mode de régulation marchand est bien analysé dans l’ouvrage d’Alain Bovet La Démocratie et ses gènes«Lorsque le pain le meilleur marché était le pain au maïs génétiquement modifié, c’était aussi le plus vendu», disait déjà le rapport intermédiaire du PNR, sur la base d’expérimentations réelles.

Pour la recherche scientifique, il y aura probablement une conclusion heureuse à ce long moratoire. Durant le PNR, pour chaque franc dépensé pour les projets de recherche en plein champ (à Pully et à Reckenholz), 1,26 franc supplémentaire a été déboursé pour la protection des essais, la sécurité biologique et la procédure d’autorisation. Les essais en champ sont cruciaux parce que, le PNR l’a montré, certains effets (le rendement notamment) ne sont pas visibles en laboratoire. Ce qui a motivé le Parlement à décider la création d’un site de recherche protégé sur les plantes transgéniques, unique en Europe, financé à hauteur de 750’000 francs par an pour sauvegarder la recherche et développer des compétences pour le futur monitorage d’éventuelles cultures transgéniques.

Voir aussi DP 1339-1940, numéro spécial d’avril 1998: Le Génie génétique (36 pages).

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/23607
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/23607 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    Richard Lecoultre

    D’où vient la méfiance des Suisses envers les OGM ? Des manipulations génétiques ou bien des sociétés qui en profitent ? Les Suisses veulent-ils se soumettre aux exigences économiques de Syngenta ou Monsanto dont les prouesses aux Etats-Unis et ailleurs sont bien connues. Les Suisses veulent-ils que leurs paysans soient traînés en justice, comme aux E-U,  parce que les graines de Monsanto sont tombées dans leurs champs ? Veulent-ils que des paysans suisses se suicident parce qu’ils ne peuvent plus payer leurs dettes à leur semencier, comme en Inde ? 

  • 2
    Pascal Cretton

    La diffusion des organismes génétiquement modifiés obéit aux mêmes règles que la diffusion de la pollution, soit à la thermodynamique. Donc il y aura diffusion, de la même manière que les déchets nucléaires de Fukushima, les microdéchets de plastiques, les produits chimiques non réductibles par les organismes biologiques etc. diffusent dans le monde entier. De la même manière qu’un gaz mis en contact avec un autre à travers une enveloppe poreuse diffuse dans l’autre. De la même manière que deux corps de température différentes se mettent à la même température. Un lycéen un peu réveillé est capable de dire cela.
    De fait, pour polluer, que ce soit avec des OGMs ou quoi que ce soit d’autre, les lois fondamentales disent qu’il suffit juste de produire de la pollution. Et de trouver des idiots utiles pour croire que si on en produit un petit peu elle ne va pas diffuser, alors que les lois fondamentales disent exactement le contraire. Ergo, si on ne veut pas polluer ou ne pas infliger ou subir de pollution, il ne faut faut pas produire de pollution. C’est simple, à nouveau, un lycéen peut le comprendre. Ce qui ne veut pas dire qu’il va le dire. Surtout s’il cherche un emploi pour alimenter son train de vie moyen à 3 planètes d’empreinte écologique et en trouve un où on le paie pour penser ou dire le contraire. « Finalement, on se cherche tous un job » dit James Bond au Méchant dans le dernier opus. Dans les films dits populaires, il arrive que la vérité déserte la bouche des enfants pour sortir de celle des barbouzes.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP