Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Genève: démocratie par mails et par fautes

Les transports publics provisoirement sauvés par maladresse

Photo swissroll,info
Photo Un swissroll (licence CC)

Les citoyens genevois vont devoir voter à nouveau sur un sujet sur lequel le peuple ne se prononce nulle part ailleurs: le détail des prix des titres de transport du réseau urbain. En effet, les 20 positions du tarif des TPG figurent dans le texte de l’initiative lancée par l’Association de défense et de détente de tous les retraités (Avivo). Cette initiative prévoit que la compétence de fixer les tarifs passe du Conseil d’Etat au Grand Conseil – ce qui ouvre la voie du référendum pour chaque modification.

Or, le scrutin sur cette initiative, approuvée par 55,8% des votants le 3 mars dernier, la Cour de justice vient de l’invalider pour «viol de la procédure électorale et vices graves» dans l’information des citoyens. En cause «la multiplication d’erreurs informatiques» perpétrées par les services de l’Etat, qui ont systématiquement repris et traité une première version du texte, transmise puis corrigée par voie de courriels successifs émanant des initiants. Ces derniers, sans doute éperdus de confiance en l’administration, n’ont pas pris le soin de vérifier la suite donnée à leurs messages, négligeant ainsi de prendre une précaution pourtant élémentaire à l’ère de la volatilité électronique et de la lecture ultra rapide.

Président du comité d’initiative, Christian Grobet enrage de se voir ainsi frustré, au moins provisoirement, d’une victoire qui l’a lui-même surpris. Car l’éternel revenant de la politique genevoise vient de réaliser un nouveau coup à sa manière, étatiste et conservatrice. Président de l’Asloca, élu au parlement puis au gouvernement de la République et canton, il a érigé au rang constitutionnel toutes les dispositions législatives relatives au logement, soumises comme telles au référendum obligatoire. Président de l’Avivo et à ce titre membre de la Constituante, il a fait de la cause des «retraités et futurs retraités» non seulement l’objet de son combat personnel durant la dernière décennie, mais aussi l’occasion de construire de ses propres mains un second lobby, tout aussi populaire que le premier: dans le canton de Genève, les locataires représentent encore plus de 80% des résidents et les aînés déjà plus d’un sixième de la population, tendance à la hausse comme partout.

La campagne qui précédera le second scrutin, dont la date reste à fixer, s’annonce plus difficile pour les partisans de l’initiative. Cette fois, ils affronteront une résistance explicite et argumentée. Car le vote protestataire du 3 mars ne disait pas seulement «Stop aux hausses des tarifs des transports publics genevois», mais exprimait aussi un certain ras-le-bol des usagers suite à la réorganisation du réseau des TPG. Il déclenchait en outre des effets collatéraux que l’intérêt général commande d’éliminer à la faveur du second vote. Si ce dernier donnait un résultat négatif, il supprimerait la hausse de 55% du prix des abonnements pour les «juniors» de 18 à 24 ans. Par ailleurs, il annulerait le divorce de fait des TPG d’avec la communauté tarifaire unissant les entreprises de transports publics de la région franco-valdo-genevoise.

Ainsi, le second scrutin offre la chance de corriger non seulement les fameuses erreurs informatiques qui ont conduit à l’invalidation du premier, mais aussi les graves fautes de raisonnement des initiants.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/23144
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/23144 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    line.bielmann

    Ce qui prouve encore une fois la justesse du ressenti de nombreux Suisses se méfiant comme de la peste à l’égard du vote électronique et de nombreuses autres facilités vantées et ce uniquement à  but commercial sans plus! L’informatique? Une esbroufe cache écran pour de nombreuses arnaques consistant à faire couler l’économie réelle et, surtout quand on voit les nombreux bugs de ces jours derniers, faire disparaître des courriels, envolés aux 4 vents et qui permettront d’attendre réponses à ceux n’ayant pas encore compris qu’il vaut mieux écrire et poster que faire confiance à une machine. Le risque zéro n’existe nulle part, parole d’Einstein!

  • Eet c’est particulièrement grave à Genève, en matière de vote par Internet (également issu de la Chancellerie d’Etat!), où le produit surpromu avec l’aide de l’aveuglement de la Chancellerie fédérale, continue à être utilisé en osant parler de «succès»!  Alors que ses défauts (notamment recomptabilité neutre impossible, absence réelle de secret du vote vis-à-vis de l’«administration», absence de garanties que le vote émis est bien celui qui est dépouillé) ont été soulignés par des experts suisses et internationaux… (références à disposition)

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP