Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

«Swissness»: une implacable épreuve de force

Encore un échec pour economiesuisse qui ne fait décidément plus la pluie et le beau temps

Photo Worapol Sittiphaet

Triomphe paysan et sévère défaite d’economiesuisse. Le Conseil national a accepté massivement la loi sur la protection des marques dans la version proposée par le gouvernement, pratiquement inchangée.

Une sérieuse divergence subsiste avec le Conseil des Etats sur l’octroi du label suisse aux produits industriels. Mais l’affaire est entendue. On ne revient pas sur une décision prise à une majorité des deux tiers du Conseil national.

Les débats ont été serrés et l’effort des lobbies intense. L’enjeu est de taille. La valeur du label suisse peut représenter jusqu’à 20% du prix de vente d’un produit. Or l’utilisation de ce précieux outil de marketing n’est pas clairement réglée par l’actuelle loi sur les marques. Il fallait donc rectifier le tir, tenter d’unifier la définition de l’origine d’un produit. Et trancher entre les intérêts divergents des divers secteurs de l’économie, entre le monde agricole et celui de l’industrie.

Victoire paysanne

Deux questions se posent pour définir la provenance d’un produit: où est-il fabriqué et d’où vient la matière première? Pour les denrées agricoles, l’origine de la matière première est déterminante. La transformation est d’importance secondaire et se fait en général à proximité de la production. Dans le secteur agricole, la provenance suisse se définit par 80% de matière première indigène. Avec une exception: le chocolat, le café et autres ananas, impossibles à produire au pays, n’entrent pas dans le calcul des 80%.

Les paysans se sont accommodés de la formule. Ils auraient cependant applaudi à un taux de 100%. L’industrie alimentaire est montée aux barricades en dénonçant une réglementation trop rigide. Pour elle, la fabrication en Suisse avec de bonnes recettes du pays mérite le label national, même avec une partie de matière première étrangère dépassant les 20% admis. Elle a gagné une première manche. En première lecture, le Conseil national a accepté d’abaisser à 60% l’origine suisse pour les produits agricoles hautement transformés. L’Union suisse des paysans a menacé de lancer un référendum contre ce sacrilège.

Saisi à son tour du projet, le Conseil des Etats a entendu la révolte paysanne. Il a demandé à l’administration s’il était judicieux de distinguer les produits faiblement et hautement transformés. Après une réponse négative, il a donné raison aux paysans et choisi les 80% pour tous les produits agricoles.

Sans grand débat, le Conseil national a confirmé cette décision. Aucun paysan n’a eu besoin de venir à la tribune pour défendre la production suisse. Et pour confirmer le K.-O. du lobby de l’industrie alimentaire, le Conseil national s’est permis de voter un 100% helvétique pour le lait et les produits laitiers.

Sale temps pour economiesuisse

Cette première défaite des milieux économiques s’est confirmée pour la définition du label suisse accordé aux produits industriels. La réglementation ne peut pas être la même que pour l’agriculture. Une machine est suisse parce qu’elle est fabriquée au pays, peu importe d’où vient l’acier ou la quelconque matière qui la compose. Par ailleurs, le processus de fabrication est souvent très complexe. En raison de la division internationale du travail, divers composants d’une machine peuvent venir des quatre coins de la planète.

Le Conseil fédéral a donc proposé, pour octroyer le label suisse, de fixer à 60% l’origine indigène d’un produit industriel. C’est trop pour economiesuisse et l’Union suisse des arts et métiers qui entendent baisser l’exigence à 50%. Le lobby économique est parvenu à convaincre le Conseil des Etats.

C’était un casus belli pour la Fédération horlogère pour qui un Swiss Made plus exigeant est primordial. En guise de rétorsion, elle a donc décidé de quitter la faîtière économique. Cette révolte horlogère a été entendue cinq sur cinq par le Conseil national. A une surprenante majorité de 124 voix contre 67, il a tranché pour 60%.

L’échec est cinglant pour economiesuisse. Elle est rarement perdante au Parlement. Elle vient d’enregistrer, avec l’initiative Minder, une très lourde défaite devant le peuple. Si le déclin de l’influence du plus puissant lobby helvétique se confirme, attendons-nous à de sérieuses turbulences dans la politique migratoire de la Suisse et de nos relations avec l’Europe. Les traditionnels millions de l’économie pourraient ne pas suffire pour convaincre le peuple suisse de rejeter l’initiative de l’UDC sur l’immigration de masse et d’accepter l’extension à la Croatie de la libre circulation des personnes.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/23026
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/23026 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP