Mode lecture icon print Imprimer

L’impasse de l’austérité

Chômage en hausse, croissance en berne: le «blues» des électorats

Les derniers chiffres du chômage publiés par Eurostat, l’Institut européen des statistiques,  sont terrifiants: 26 millions de personnes dans l’Union européenne dont 19 millions dans la zone euro; 27% en Grèce, 26% en Espagne, 18% au Portugal, 14% en Irlande, 12% en Italie, 11% en France. Le taux de chômage des jeunes (moins de 25 ans) tourne autour de 25%, soit plus du double de la moyenne de l’UE – avec des taux supérieurs à 50% en Grèce et en Espagne, et de près de 40% en Italie et au Portugal.

On a malheureusement toutes les raisons de craindre que la tendance n’est pas prête de s’inverser. La doctrine européenne dominante reste celle de la rigueur budgétaire. Les gouvernements se sont en effet engagés à réduire leurs dépenses et leur endettement. Mais la question se pose de savoir si ces engagements financiers pourront encore être tenus longtemps au plan politique.

L’électorat grec a dû être convoqué deux fois pour élire un gouvernement qui accepte de continuer de couper dans les dépenses, sans pour autant parvenir à faire entrer de nouvelles recettes. L’électorat français a élu un président le printemps dernier qui parlait autant de relance que de rigueur. L’électorat italien a choisi des députés qui, pour les trois quarts, ne soutiennent pas une politique d’austérité. Si des élections avaient lieu maintenant en Espagne, au Portugal, en Grande-Bretagne, il est très probable que des majorités antiaustérité sortiraient des urnes. Même en Allemagne, en dépit de sa popularité personnelle, il n’est pas certain que la chancelière Angela Merkel soit confirmée cet automne.

La mauvaise humeur des populations paraît ainsi se généraliser. Il y a probablement deux raisons principales à cette évolution. L’une est liée à un sentiment d’inégalité de traitement. Beaucoup de gens sont choqués de voir que les grandes banques, qui portent une lourde responsabilité dans le déclenchement de la crise actuelle, ont presque toutes été sauvées, que pratiquement aucun banquier n’a été poursuivi et encore moins condamné, mais que le vulgum pecus est laissé à son sort, abandonné. Les «indignés» de partout ont de nombreux motifs de l’être. Pourquoi, en effet, les gouvernements ne soutiennent-ils pas les emplois comme ils ont soutenu les banques? L’autre raison est la perception qu’il est évident que plus les gouvernements coupent dans les dépenses et augmentent les prélèvements obligatoires, plus la situation économique se dégrade, des emplois disparaissent et le chômage augmente.

«C’est irresponsable»

Le cas de la Grèce est assurément particulier. Dans ce pays, durant de nombreuses années, tout le monde a triché avec les impôts, les assurances sociales et les dépenses publiques.

Mais on ne peut pas en dire autant de l’Espagne ni de l’Irlande. Avant la crise, leurs comptes publics étaient excédentaires et la proportion de la dette publique par rapport au produit intérieur brut était inférieure au plafond de 60% figurant dans le traité de Maastricht. Les comptes sont devenus déficitaires et la dette a gonflé à la suite des aides massives fournies aux banques pour éviter leur implosion. Et ce sont maintenant les populations de ces deux pays qui doivent se serrer la ceinture, enregistrant des baisses substantielles de leur niveau de vie.

Le schéma est un peu le même au Royaume-Uni et en France. L’explosion de la dette publique résulte aussi pour une bonne part des soutiens apportés aux banques, et les politiques de rigueur qui en découlent sont maintenant supportées par les ménages. L’Italie doit une bonne part de ses malheurs à la politique velléitaire du «cavaliere bunga bunga» qui a beaucoup promis, mais peu tenu. Berlusconi n’a pas entrepris les réformes nécessaires pour améliorer la compétitivité de l’économie qui est en quasi-stagnation depuis la création de l’euro il y a une dizaine d’années.

Par contrecoup, le projet européen lui-même s’en trouve discrédité. Interrogé par Le Monde à la suite des élections italiennes et du succès du Mouvement 5 étoiles, Dominique Reynié, directeur de la Fondation pour l’innovation politique, relevait que «les dirigeants politiques refusent à l’Europe les attributs d’une puissance publique qui serait complémentaire de celle des Etats. Le budget adopté récemment en est un exemple. Cela aurait dû être un budget d’investissement et de croissance pour signifier aux Européens que l’UE avait pris la mesure de la gravité de la situation. C’est le contraire qui a été décidé […]. C’est irresponsable.»

La doctrine dominante de la frugalité, de la rigueur, pour tout dire de l’austérité, produit désormais des effets pervers. Ce ne sont plus seulement certains pays qui sont à la peine, c’est l’ensemble de l’Union qui s’est mise à stagner, voire qui s’installe dans la récession. A l’automne 2012, on évoquait une reprise progressive des activités économiques au sein de l’Union européenne à partir de la deuxième moitié de cette année. Quelques mois plus tard, la reprise escomptée est reportée à 2014.

Il n’y a là rien de vraiment surprenant. On ne sort pas d’une crise financière sévère, comme celle qui a commencé en 2007, en pratiquant des politiques d’austérité. Ce que le FMI a fini par admettre l’automne dernier dans ses Perspectives de l’économie mondiale (p. 44) en reconnaissant que l’impact des politiques d’austérité sur la croissance avait été sous-estimé.

Confiance? Non, méfiance!

La même observation vaut pour la Grande-Bretagne. Ce pays n’est pourtant pas dans la zone euro. Il peut laisser sa monnaie se dévaluer pour relancer ses exportations – sans succès jusqu’à présent. La politique de coupes dans les dépenses instaurée par le gouvernement conservateur devait rétablir l’équilibre des comptes publics d’abord en 2015, puis en 2016. Maintenant, ce serait plutôt 2018. Au point que même The Economist, qui pourtant soutient la politique suivie, écrit dans son édition de la semaine dernière que la croissance devrait devenir la priorité du ministre des finances et de la banque centrale («refocus on growth»).

L’argumentation des tenants des politiques d’austérité tenait en un mot: confiance. En réduisant les déficits des finances publiques, on rassurerait les marchés financiers. Les investisseurs reprendraient confiance de sorte que la croissance reviendrait. Pourtant, on peut tourner la tête dans toutes les directions. Pas la moindre trace d’un retour de la confiance ne s’esquisse. Les entrepreneurs restent méfiants. Ils font la grève de l’investissement. Pourquoi diable, d’ailleurs, agiraient-ils autrement? La demande reste déprimée et a plutôt tendance à faiblir.

Ce n’est évidemment pas pour dire que tout est pour le mieux et que la situation des finances publiques et de la dette peuvent continuer de dériver sans qu’il finisse par en résulter des dommages. Mais cet assainissement indispensable doit intervenir lorsque la situation économique se sera améliorée et que le chômage aura nettement diminué.

Et plus l’on tardera à changer de priorités, plus la sortie du tunnel sera longue et douloureuse. Et dans quel état se retrouveront les nouvelles générations aujourd’hui sacrifiées? Et les Etats? Et la démocratie?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/22939
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/22939 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    line.bielmann says:

    Des crises, on en a connu, fort heureusement il n’y avait pas autant de médias et les mentalités étaient différentes. Avant,c’était on travaille, on partira en vacances quand on pourra. De nos jours c’est on part en vacances et on paiera nos factures après – voire même les impôts. Il y a deux sortes d’individus, ceux qui y croient et scrutent 24h sur 24 leur horoscope qui de nos jours, surtout pour trouver un emploi, racontera n’importe quoi, et les autres qui ne restent pas les bras croisés en attendant qu’un patron vienne se mettre à genoux pour les implorer de travailler avec un salaire plus bas que le sien. Là aussi le bât blesse, trop de jeunes universitaires bardés de diplômes s’imaginent gagner autant qu’un  cadre. Tandis que de faux prophètes en tous genres arrivent encore à être engagés alors que le mal existe depuis plusieurs années. A croire qu’en parler ne sert à rien, le jeu de l’autruche fini par lasser tout le monde y compris les ouvriers qui eux ne dorment pas devant des écrans en attendant que le printemps revienne, celui-ci étant aussi en crise.

  • Tant que l’on aura cette conception panthéiste des marchés financiers, je ne vois pas de sortie à cette impasse. La croissance et le bien être d’une population n’a, depuis la nuit des temps, jamais été le fait du libéralisme et de la « main invisible » d’Adam Smith. Sans un Etat fort et régulateur comment empêcher la manipulation du LIBOR ou la spéculation des banques. J’avais espéré un renouveau politique en entendant le discours du Bourget de François Hollande. Mais ce ne fut qu’un pétard mouillé de plus…
    La toute récente percée du Mouvement 5 étoiles en Italie est peut-être un premier signe du rejet d’une classe dirigeante inféodé à un système tourné exclusivement vers le profit?

  • 3
    Richard Lecoultre says:

    Nous avons deux changements importants à comprendre: jadis, la finance était au service de l’économie et l’économie au service de la population. Aujourd’hui, c’est la population qui est au service de l’économie, et l’économie au service de la finance.
    En outre, il fut un temps où les juges se préoccupaient de punir les coupables. Aujourd’hui, leur souci majuscule est de trouver des bases légales. Néolibéralisme et juridisme sont les nouvelles mamelles de notre société. 

  • 4
    Benoit Genecand says:

    La situation européenne est paradoxale : la politique monétaire est généreuse, ce qui devrait faciliter la croissance. Ce n’est pas le cas car les liquidités ne vont pas vers l’activité économique mais vers des instruments financiers (et, de fait, la bourse se porte très bien, merci pour elle). Est-ce la faute des banques commerciales qui ne prêtent pas assez, après avoir prêté trop généreusement jusqu’en 2007 ? Ou est-ce une fatigue démographique à la japonaise où les emprunteurs font défaut (surtout les emprunteur-entrepreneurs)? Et puis, penser que le problème pourrait être résolu seulement par la dépense publique alors que presque tous les grands pays européens n’ont connu aucun exercice bénéficiaire durant les 40 dernière années, c’est – comment le dire?- optimiste. 

  • 5
    Pascal Cretton says:

    Et ça quadrature du cercle dans la tête des dinosaures.
    La croissance c’est fini. Partout dans le monde, c’est à peu près fini. La croissance indéfinie est impossible dans un système fermé. Affirmer le contraire, poursuivre le contraire, c’est être soi un fou soit un économiste. Donc il arrive un moment où c’est fini. Ce moment arrive. Comme sur l’Ile de Pâque est arrivé un moment ou on ne pouvait plus, et ça a été fini. Fini. Comme pour les Wikings du Groenland. Fini. Trouvons autre chose ou disparaissons comme civilisation.
    Evidemment, nous pouvons le faire en nous racontant jusqu’à la fin des histoires de croissance comme d’autres on peut-être pu le faire en se racontant jusqu’à la fin des histoires de terre plate. Mais le monde, qui a ses lois à lui et n’est pas mythomane, s’en contrefout.

Les commentaires sont fermés.