Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Un salaire minimum pour rééquilibrer le marché du travail

Privilégier la négociation collective, d’accord, mais encore faut-il qu’il y ait un représentant des employeurs

Photo SGB/USS
Photo SGB/USS (licence CC)

Employés dans le commerce de détail, dans la restauration et l’hôtellerie, la coiffure, dans l’industrie alimentaire et de l’habillement, l’agriculture et les soins corporels notamment, ils – ou plutôt elles puisqu’en majorité des femmes – sont près de 430’000 salariés à gagner moins de 4’000 francs brut par mois. Quand bien même un tiers d’entre eux dispose d’un certificat fédéral de capacité. L’Office fédéral de la statistique dresse un tableau détaillé de la situation.

Pour les gardiens du temple libéral, un salaire minimum équitable relève de la légende, comme le titrait la Neue Zürcher Zeitung (13 juin 2011). Toute intervention publique dans les mécanismes salariaux contredit les principes de base de l’économie de marché. Les salaires tout comme les prix traduisent la rareté relative des biens et des facteurs de production, donc également du travail. Voilà pourquoi il n’incombe pas aux entreprises de garantir un salaire suffisant pour vivre. Si le marché produit des effets sociaux indésirables, c’est à l’Etat d’intervenir par le biais de la politique sociale.

Ce raisonnement pèche par abstraction. Le niveau des salaires ne reflète pas seulement la rareté de la main-d’œuvre – un taux de chômage faible et un marché du travail tendu favorisent une augmentation des salaires. Il faut également prendre en compte le rapport de force qui prévaut dans la répartition de la plus-value: des salariés bien organisés obtiendront une meilleure rémunération que leurs collègues isolés et passifs. Or seuls 40% des salariés bénéficient aujourd’hui d’une convention collective de travail prévoyant un salaire minimum.

Le Conseil fédéral se moque lorsqu’il prétend que l’instauration d’un salaire minimum restreindrait la marge de manœuvre des partenaires sociaux: encore faut-il que le partenaire patronal existe – dans de nombreux secteurs les employeurs sont mal ou pas du tout organisés – ou veuille négocier (presse, transports routiers, agriculture).

Jusque dans les années 1990, cette couverture lacunaire ne portait guère à conséquence: une forte pénurie de main-d’œuvre et un taux de chômage résiduel garantissaient un niveau de salaire convenable, y compris pour le personnel sans qualification spécifique. Voilà pourquoi les syndicats ne voyaient pas d’un bon œil la fixation d’un salaire minimal légal, craignant une pression à la baisse. La situation a radicalement changé: chômage persistant, augmentation des emplois précaires et du travail temporaire ont détérioré les conditions salariales. D’où l’initiative de l’Union syndicale suisse qui donne la priorité à la négociation, le salaire minimum légal n’intervenant qu’à titre subsidiaire.

On peut regretter que les syndicats aient privilégié une solution unique pour l’ensemble du territoire et des branches économiques – 22 francs de l’heure, soit 4’000 francs par mois. Un modèle différencié, à l’instar de ce que l’Allemagne est en voie d’adopter, aurait permis de mieux tenir compte de la diversité des situations et de mieux valoriser la négociation collective.

Le Conseil fédéral ne s’est pas donné la peine de l’imaginer. Au Parlement de rectifier le tir.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/22874
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/22874 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP