Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Gothard: la bataille de l’Initiative des Alpes

Quelle est la meilleure stratégie pour s’opposer à un second tube routier?

Photo Yosef Meller
Photo Yosef Meller (licence CC)

L’Initiative des Alpes s’oppose à la construction d’un second tube routier, mais approuve la solution de rechange décidée par le Conseil fédéral pour le cas où la modification de la loi sur le transit alpin serait refusée. On peut s’en étonner.

Le Conseil fédéral propose de construire un tube routier supplémentaire. Il subordonne cette proposition à une modification de la loi sur le transit alpin, qui rend nécessaire une décision parlementaire sujette à référendum. Au cas où sa proposition serait refusée, il a déjà décidé d’adopter la solution de deux RoLa (rollende Landstrasse – ferroutage), entre Göschenen et Airolo pour les voitures, entre Biasca et Erstfeld pour les poids lourds.

Ces deux RoLa sont provisoires: celle entre Göschenen et Airolo n’aura plus de raison d’être après la remise en service du tunnel routier, et tout le monde s’accorde à vouloir que le ferroutage des poids lourds s’étende de frontière à frontière. Parce que ce ne serait que des mesures d’accompagnement de l’assainissement du tunnel routier, il s’agirait en fait d’entretien, et non d’investissement: de ce fait, le Conseil fédéral pourra en décider seul.

L’alternative que propose le Conseil fédéral oppose à la solution qu’il préconise, la construction d’un tube supplémentaire, une solution faible. C’est de bonne guerre.

Elle gèle toute possibilité de trafic routier normal à travers le Gothard pendant de nombreux mois sur plusieurs années, en tout 36 mois répartis sur quatre années successives. Elle suscite de ce fait le rejet immédiat par beaucoup de gens; il est inutile de les énumérer ici.

Elle nécessite des dépenses d’infrastructure et d’équipement très lourds, non amortissables. Contrairement aux investissements normaux, qui sont payés par leur utilité pendant de très nombreuses années, 50 ans pour des infrastructures, 25 ans pour du matériel roulant, les dépenses d’infrastructure et d’équipement des RoLa devront être amorties en quatre ans. Les importantes infrastructures nécessaires au chargement et déchargement seraient construites temporairement à proximité des portails des tunnels, en attendant que les solutions soient trouvées aux frontières de la Suisse. Aucune dépense de cette importance n’aura jamais dû être amortie en si peu de temps.

En outre, l’exploitation des deux RoLa entraînera d’importants coûts en personnel.

Quatre ans après le tunnel routier sera assaini, mais il aura fallu payer non seulement son assainissement (750 millions), mais encore les installations et l’exploitation des RoLa (750 millions environ): 1,5 milliard de francs au total.

Le Conseil fédéral ne s’en cache évidemment pas, la solution RoLa est celle qu’il avait précédemment choisie, à laquelle il a renoncé en avançant le défaut que je répète ici: le gel de tout trafic routier pendant de nombreux mois sur plusieurs années, qui pose des problèmes politiques et économiques si lourds que la solution du tunnel supplémentaire se révèle au bout du compte meilleure. Les dépenses non amortissables dans les RoLa seraient remplacées par un investissement d’infrastructure durable.

L’Initiative des Alpes préconise la solution que le Conseil fédéral a rejetée.

On peut émettre l’hypothèse que l’Initiative des Alpes se rallie plutôt au projet présenté dans ces colonnes, qui passe par les trois étapes suivantes (DP 1905 et les articles suivants):

  • transformation du tunnel ferroviaire en tube routier;
  • assainissement du tunnel routier actuel;
  • retransformation de l’ancien tunnel ferroviaire, devenu temporairement routier, en tunnel ferroviaire.

Dès le début des débats, le projet de second tube routier serait mis en balance avec un projet qui le contrecarre autrement plus efficacement que les deux RoLa, pour le même prix. La circulation routière normale (l’actuelle circulation routière) à travers le Gothard ne serait jamais interrompue. Le principal argument pour la construction d’un tube supplémentaire tombe. Le chemin de fer reçoit à la fin de l’épisode un tunnel flambant neuf, parfaitement sûr, avec une galerie de sécurité, assez haut pour laisser passer les convois les plus encombrants.

Avec de tels arguments, l’Initiative des Alpes augmenterait beaucoup ses chances de convaincre le Parlement, puis le peuple, sans rien renier de ses convictions ni de ses objectifs.

En cas de victoire, la protection constitutionnelle contre l’augmentation de la capacité routière à travers le Gothard, réaffirmée, s’étendrait naturellement au tunnel ferroviaire: il serait envisageable qu’il ne soit pas rendu au ferroviaire, mais en aucun cas permis qu’il soit maintenu en exploitation routière parallèlement au tunnel routier actuel, assaini.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/22644
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/22644 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Rien compris!
    J’ai du louper un aiguillage.
    J’attends les commentateurs éclairés pour reprendre le train en marche…
     

    • Philippe,
      Si vous n’avez pas suivi l’affaire, qui commence dans DP en mars 2011, vous aurez  de la peine à comprendre cet article. Je me sens , sans son talent, un peu comme Eugène Sue, qui a inventé le roman-feulletin, avec Les mystères de Paris. C’est le 5ème article que DP publie sur ce sujet, et Monsieur Gavillet lui a également consacré un article en juillet 2012, avec des plans.Brièvement: Trois solutions différentes sont envisagées pour assainir le tunnel routier du Gothard, qui doit pour cela être coupé à tout trafic pendant de longues périodes: L’une des solutions consiste à construire un nouveau tunnel routier, pour l’utiliser pendant la remise à neuf de l’ancien. L’Initiative des Alpes propose quant à elle de charger camions et voitures sur des trains pendant la durée d’immobilisation du tunnel routier. Je propose de transformer le tunnel historique de chemin de fer, dont l’utilité après la mise en service du tunnel de base est, disons, incertaine, en tunnel routier, pour éventuellement, après achèvement des travaux d’assainissement, le rendre au ferroviaire.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP