Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La LAT révisée ne devrait avoir que peu ou pas de conséquences sur le prix des terrains et des loyers

Un économiste d’Avenir Suisse réfute l’affirmation de l’USAM que la nouvelle loi provoquerait la pénurie

Photo Losvizzero
Photo Losvizzero (licence CC)

Selon l’USAM, la révision de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) vise à réduire considérablement les zones à bâtir et va provoquer une pénurie artificielle des terrains à bâtir, ce qui va entraîner une hausse du prix du sol et ainsi des loyers.

Les conclusions de Daniel Müller-Jentsch, économiste d’Avenir Suisse dont les réflexions sont publiées dans le dernier bulletin d’information de l’ASPAN. sont diamétralement opposées: «Globalement, l’entrée en vigueur de la révision de la LAT ne devrait avoir que peu ou pas de conséquences sur le prix des terrains. Le prélèvement de la plus-value n’influence pas la demande, alors qu’au niveau de l’offre, il pourrait tout au plus renforcer la tendance à la thésaurisation. Cet effet devrait toutefois être neutralisé par des mesures visant à mobiliser les terrains à bâtir, mesures qui figurent dans le projet de révision de la LAT. La réduction des zones à bâtir surdimensionnnées ne devrait pas entraîner de hausse massive des prix, car elle n’interviendra que dans les régions où les terrains à bâtir sont abondants et les prix très bas. En conclusion, les craintes de voir la taxe sur la plus-value et la réduction des zones à bâtir provoquer une hausse des prix des terrains en Suisse semblent infondées.»

Chacun sait que le prix d’un terrain dépend de nombreux facteurs qui sont liés aux spécificités régionales de l’offre et de la demande du marché de l’immobilier et du logement. Il suffit d’observer ce qui s’est passé dans le Chablais ou dans la Veveyse fribourgeoise. Les communes disposaient d’importantes zones à bâtir et le prix du terrain y était bas. L’arrivée de nouveaux habitants provenant de la région lémanique va entraîner une hausse rapide du prix des terrains. Il est vrai que le sol est un bien limité dans notre pays et que son prix ne peut, à terme, qu’augmenter. Le prix du foncier est d’abord conditionné par l’offre et la demande.

Les effets de la plus-value

En ce qui concerne la taxe sur la plus-value foncière, Müller-Jentsch rappelle à juste titre que l’augmentation de la valeur d’un terrain, sa plus-value due à une mesure d’aménagement du territoire, doit être considérée comme une rente, c’est-à-dire comme un revenu ne provenant pas du travail. Il est donc normal que l’Etat en prélève une partie au profit de la collectivité. C’est ce que prévoit la LAT révisée. Pour l’économiste d’Avenir Suisse, la compensation de la plus-value n’a aucune influence sur le volume des demandes et sur la disposition à payer pour un terrain à bâtir.

Au niveau de l’offre, la plus-value ne va pas freiner les mises en zone à bâtir, sachant que le prix du terrain au mètre carré passe de 10 francs en zone agricole à 300/1’500 francs en zone à bâtir. Pour une parcelle de 1000 mètres carrés, la plus-value tirée d’une affectation en zone à bâtir se situe entre 300’000 et 1,5 million de francs. Même avec un prélèvement de 20%, un propriétaire a intérêt à ce que son terrain soit affecté à la zone à bâtir.

Affecté, encore faut-il que le terrain soit utilisé pour une construction. Tout va dépendre des prix pratiqués en fonction de l’offre et de la demande dans la région. Certains propriétaires pourraient attendre que les prix montent, c’est-à-dire thésaurisent leur terrain. Cela n’est pas impossible, mais de telles pratiques resteront marginales, d’autant plus que la LAT prévoit que la disponibilité des terrains mis en zone soit garantie juridiquement.

Le prélèvement de la plus-value est déjà en vigueur dans les cantons de Neuchâtel, de Bâle-Ville et plus récemment de Genève et Thurgovie. Des solutions contractuelles sont également pratiquées entre les communes et les propriétaires dans les cantons de Berne, des Grisons, de Glaris et d’Obwald. A ce jour, ces pratiques n’ont jamais été contestées pour leurs effets pervers sur le prix du foncier et des logements.

Les effets du redimensionnement des zones à bâtir

Les effets seront différents suivant le type de région. Dans les régions urbaines, il n’y aura pratiquement aucun dézonage. L’objectif est d’agir, via l’affectation, sur la mise à disposition de terrains dans les communes où se manifeste la demande. En fonction des besoins à quinze ans, il sera possible d’agrandir les zones à bâtir.

De plus, de nombreuses communes sont souvent confrontées à la thésaurisation, par leurs propriétaires, de terrains situés en zone à bâtir. Cette thésaurisation touche de nombreuses communes (20 à 30% selon l’ASPAN) et elle contribue à la hausse du prix du foncier et au mitage du territoire.

Pour lutter contre cette thésaurisation, la LAT révisée a introduit une obligation de construire dans un certain délai, laissant aux cantons et communes le soin de concrétiser cette obligation. Les cantons des Grisons, de Berne, d’Appenzell, d’Argovie et de Fribourg l’ont déjà prévue dans leur législation. Parmi les mesures possibles, il y a le remembrement parcellaire, le droit d’emption en faveur des communes, l’engagement contractuel à construire dans un délai, l’imposition des terrains non construits à leur valeur vénale. La mise en œuvre de ces mesures est liée à l’obligation de prendre en compte les intérêts du propriétaire.

Les communes peuvent aussi prendre des initiatives pour agir sur cette offre. Elles peuvent lier l’acceptation de plans de quartier à l’obligation pour les promoteurs d’inclure, dans leur programme de construction, un certain pourcentage d’appartements à loyers modérés. Les villes de Zoug et de Nyon développent déjà une telle pratique. Les communes peuvent aussi s’appuyer sur les coopératives du logement, à l’image de Lausanne et Zurich par exemple.

L’augmentation des zones à bâtir là où les besoins à quinze ans le justifient, la densification en milieu bâti ainsi que la lutte contre la thésaurisation devraient avoir des effets positifs sur l’offre et donc sur le prix des terrains dans les régions urbaines.

Dans les régions rurales ou périphériques, la réduction des zones à bâtir ne devrait pas avoir d’effets importants sur la hausse des prix du foncier. Après d’éventuels dézonages, les terrains qui resteront à disposition seront largement suffisants pour répondre aux quinze ans à venir. Le prix du foncier y est nettement plus bas qu’en zones urbaines et ne devrait pas être affecté par ce redimensionnement.

Les opposants à la LAT révisée – notamment valaisans – argumentent d’ailleurs que les propriétaires fonciers ne sont pas des spéculateurs et sont soucieux de leur patrimoine familial dans l’intérêt de leurs enfants. Le prix du foncier ne devrait pas prendre l’ascenseur dans les régions rurales et périphériques.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/22593
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/22593 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP