Mode lecture icon print Imprimer

Initiative Ecopop: un affront à l’intelligence humaine

Halte à la surpopulation? Non, halte à la pauvreté

L’association Ecologie et population (Ecopop) a déposé une initiative populaire fédérale intitulée Halte à la surpopulation – oui à la préservation durable des ressources naturelles. Est-ce possible? Est-ce souhaitable? Pour engager un débat sur ce thème, il faut au préalable lire le texte – et tout le texte (voir en fin d’article) – qui sera soumis au vote populaire.

Une telle proposition fait inévitablement penser à Thomas Robert Malthus (1766-1834)  connu, nous dit Wikipédia, «pour ses travaux sur les rapports entre les dynamiques de croissance de la population et la production, analysés dans une perspective «pessimiste», totalement opposée à l’idée smithienne d’un équilibre harmonieux et stable. Son nom a donné dans le langage courant un adjectif, «malthusien», souvent négativement connoté (désignant un état d’esprit plutôt conservateur, opposé à l’investissement ou craignant la rareté), et une doctrine, le malthusianisme qui inclut une politique active de contrôle de la natalité pour maîtriser la croissance de la population.»

C’est peu dire que les «prévisions» de Malthus, relatives à une croissance arithmétique de la production agricole et une croissance géométrique de la population, ne se sont pas vérifiées. L’amélioration du niveau de vie des populations du monde occidental, puis au Japon et plus récemment en Amérique du Sud et dans les pays du continent asiatique, a combiné croissance de la population et croissance économique – la seconde dépassant très nettement la première.

La grande oubliée par toutes les personnes qui se sont essayées à la prospective de très longue période a été ce qu’on appelle aujourd’hui la productivité des facteurs de production, ou en d’autres termes le progrès scientifique et technique. Autrement dit, on n’a pas accordé la place qui devait, ou aurait dû être attribuée à l’intelligence humaine qui, dans tous les domaines, a jusqu’à présent trouvé des solutions aux problèmes individuels ou collectifs qui se sont présentés.

Un mètre et demi de crottes de cheval

Il y a plusieurs années déjà, l’hebdomadaire britannique The Economist avait mis en évidence l’incroyable difficulté à se projeter dans l’avenir lointain. Le journal illustrait son propos en rappelant que si, au 19e siècle, on avait imaginé un développement des transports publics urbains, alors assurés par des véhicules attelés, correspondant à l’importance qu’ils ont prise, les rues de Londres auraient été quotidiennement recouvertes par un mètre et demi de crottes de cheval! On en aurait évidemment déduit l’impossibilité d’une telle évolution.

Une réflexion identique aurait été faite en mettant en parallèle la croissance de la population de Londres et les fumées émises par tous les chauffages individuels. Or, l’air de Londres est aujourd’hui beaucoup plus salubre qu’il ne l’était au 19e siècle, alors que sa population était très inférieure.

En fait, c’est la pauvreté et tout ce qu’elle implique en matière sanitaire, de scolarisation, d’absence de développement économique et de «flux migratoires internationaux en progression», pour citer la présentation de l’initiative d’Ecopop, qui est LE problème auquel nombre de pays sont encore confrontés, de même que malheureusement beaucoup trop de personnes dans les pays développés. Partout où le niveau de vie progresse, la croissance démographique ralentit. D’ailleurs, dans un nombre croissant de pays d’Europe, Suisse comprise bien évidemment, le renouvellement naturel de la population n’est plus assuré. Sur ce thème, on peut lire avec profit le livre d’Emmanuel Todd et Youssef Courbage paru en 2007, Le Rendez-vous des civilisations. Si l’association Ecopop voulait vraiment lutter contre ce qu’elle prétend vouloir combattre, elle aurait dû lancer une initiative intitulée «Halte à la pauvreté – oui à une amélioration durable des conditions de vie des gens».

Le solaire s’imposera

Les prévisions démographiques de l’ONU, il y a une cinquantaine d’années, tablaient sur une terre comptant quelque 15 milliards d’habitants. Aujourd’hui, la prévision est de 9 milliards d’habitants. A long terme, la perspective est plutôt celle d’un déclin que d’une hausse continue. Il y a aussi une cinquantaine d’années, avec plus de deux milliards d’habitants en moins qu’aujourd’hui, le spectre d’une insuffisance de production alimentaire était évoqué. C’était avant ce qu’on a appelé, à l’époque, la révolution verte. Et des révolutions de ce genre, il en apparaît dans tous les domaines, quasi quotidiennement. Toujours l’intelligence humaine, individuelle et collective, qu’on continue constamment de négliger ou de sous-estimer.

Tout est loin d’être idéal dans le monde dans lequel nous vivons. Les pollutions posent problème. Le réchauffement climatique est un défi gigantesque. Mais pourquoi penser que nous ne viendrons pas à bout de ces problèmes? Le Temps du samedi 3 novembre, reprenant un article du Monde, montre que des progrès spectaculaires peuvent être obtenus dans de courts laps de temps. Le solaire finira par s’imposer et permettra une réduction drastique des émissions nocives pour l’atmosphère. La société décarbonée est en route. Le monde y viendra, tout simplement parce qu’il n’y a pas d’alternative.

Sans doute faudrait-il avancer plus vite. Mais, les relations internationales sont quelque chose de très compliqué. Les nations ont chacune leur ego, même si on peut considérer qu’il est souvent fort mal placé, surtout lorsqu’on le considère de son propre point de vue… Et il y a la pauvreté. Toujours la pauvreté. Comment demander à des peuples qui commencent à peine d’en sortir ou qui n’en sont pas encore sortis de se soucier de développement durable et de lutte contre les pollutions? Comment freiner les mouvements migratoires qui sont dus en partie aux violences, mais surtout à la pauvreté?

Ecopop propose une initiative inapplicable. Celle-ci impliquerait en particulier de dénoncer l’accord sur la libre circulation des personnes. Ce ne serait donc pas une surprise qu’elle obtienne le soutien de l’UDC. Plus fondamentalement, les prémisses de cette initiative sont l’expression d’une attitude réactionnaire, au sens propre du terme, et un affront à l’intelligence humaine.


Le texte de l’initiative Ecopop

I La Constitution fédérale est modifiée comme suit:
Art. 73a (nouveau) Population
1 La Confédération s’attache à faire en sorte que la population résidant en Suisse ne dépasse pas un niveau qui soit compatible avec la préservation durable des ressources naturelles. Elle encourage également d’autres pays à poursuivre cet objectif, notamment dans le cadre de la coopération internationale au développement.
2 La part de l’accroissement de la population résidant de manière permanente en Suisse qui est attribuable au solde migratoire ne peut excéder 0,2% par an sur une moyenne de trois ans.
3 Sur l’ensemble des moyens que la Confédération consacre à la coopération internationale au développement, elle en affecte 10% au moins au financement de mesures visant à encourager la planification familiale volontaire.
4 La Confédération ne peut conclure de traité international qui contreviendrait au présent article ou qui empêcherait ou entraverait la mise en œuvre de mesures propres à atteindre les objectifs visés par le présent article.

II Les dispositions transitoires de la Constitution fédérale sont modifiées comme suit:
Art. 197 ch. 9 (nouveau)
9. Dispositions transitoires relatives à l’art. 73a (Population)
1 Après acceptation de l’art. 73a par le peuple et les cantons, les traités internationaux qui contreviennent aux objectifs visés par cet article seront modifiés dès que possible, mais au plus tard dans un délai de quatre ans. Si nécessaire, les traités concernés seront dénoncés.
2 Après acceptation de l’art. 73a par le peuple et les cantons, la part de l’accroissement de la population résidant de manière permanente en Suisse qui est attribuable au solde migratoire ne peut excéder 0,6% au cours de la première année civile, 0,4% au cours de la suivante. Ensuite, et jusqu’à l’entrée en vigueur de la législation d’application relative à l’art. 73a, la population résidante ne peut s’accroître de plus de 0,2% par an. Au cas où elle s’accroîtrait plus vite, la différence devra être compensée dans un délai de cinq ans à compter de l’entrée en vigueur de ladite législation d’application.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/21920
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/21920 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • « la productivité des facteurs de production, ou en d’autres termes le progrès scientifique et technique. »
    Ce facteur a deux aspects. Le positif qui fait que l’on trouve des solutions, le négatif, qui fait que l’on continue de « croître et multiplier » sans tenir compte des avertissements. A ce jour, toutes les grandes extinctions d’espèces, et nous sommes au Quaternaire, ont toujours eu comme causes la trop grande expansion de ces espèces. Les astéroïdes, les épanchements volcaniques, ne sont que des catalyseurs. L’extinction des dinosaures a été rapide, mais cela a pris un million d’années tout de même…
    L’expansion démographique de homo sapiens : à ma connaissance, selon les dernières publications, nous étions 50’000 il y a 100’000 ans, 100’000 il y a 50’000 ans, entre 50 et 500 millions vers l’an 0, 4 milliards en 1950, 7 milliards en 2010.
    Dessinez cette courbe et relisez votre texte. Il est impossible de ne pas se rendre compte que cette courbe ne peut continuer sur cette pente verticale très longtemps. Les experts de la démographie nous parlent de transition démographique, et je ne doute pas qu’ils aient raison pour une couche représentant 1 à 10 % du monde non-occidental. Acratopège. Je vous rappelle que les 20 millions de morts de 14-18 ou les 50 millions de morts de 39-45 passent quasi inaperçus sur cette courbe…
    La production agricole, dites-vous. Tout le monde aujourd’hui sait que les greniers de l’Ukraine et du Middle West ont été très peu productifs cette année. D’après ce que j’ai appris auprès du professeur Védy, pédologie, à l’EPFL, le seul pays au monde  sûr en matière agricole est la France. Penseriez-vous que les producteurs allemands sont plus stupides ou paresseux que les Français ? Bien sûr que non, mais leurs sols et leur climat ne peuvent rivaliser. Idem pour le Middle West et l’ukraine. Et si les conditions climatiques le décident, et cela parait être le cas, il n’y aura plus de surplus pour les pays qui en dépendent. Les pays, ou le continent, pour être clair. L’Afrique vit sur le fil de la crise alimentaire depuis toujours, mais les femmes continuent de mettre au monde 8 enfants. Cela ne peut que mal, très mal se passer dans un avenir plus ou moins proche, ou disons plutôt que cela se passe. mais dans l’indifférence générale. Les Africains ne connaissent pas l’avortement, ils font des enfants et les laissent mourir de faim si pas de chance…
    Ecopop ne veut pas lutter sur ce plan, évidemment. Mais à l’échelle de la Suisse, il est urgent de considérer que non, ce n’est pas un cadeau d’accueillir 10 mille personnes de plus chaque année dans le canton de Vaud. Cet optimisme béat de nos autorités radicales-socialistes relève de l’oligophrénie. Construire des immeubles pour accueillir ceux qui construisent les immeubles n’est pas vraiment un signe de santé mentale. Pour accueillir les nouveaux chômeurs d’UBS, de Lonza ou autres non plus…

  • 2
    line.bielmann says:

    Tout ceci fini par tourner au ridicule ni plus ni moins! Ceux qui lancent cette initiative souffrent de bouffées délirantes.

  • 3
    Laurent Ducommun says:

    Cette initiative d’Ecopop est non seulement inapplicable, mais surtout inacceptable.
    Que cette initiative soit plutôt bien vue de Philippe Roch, un démocrate-chrétien modéré, me sidère ; qu’il me pardonne, mais j‘ose mettre  son point de vue sur le compte de son âge, déjà plus tout jeune.
     
    De gauche, mais plutôt écolo, j’ai toujours craint que la peste brune (l’udc blochérienne) converge avec une partie des Verts : avec cette initiative, c’est fait. Nous allons affronter une nouvelle peste, très dangereuse, la kaki-vert-pomme.
     
    Avec l’âge aussi, il y a peu de choses dont je suis certain. L’une d’elles est cependant que l’humanité ne peut pas prendre elle-même en charge son destin. Cela n’est même pas une utopie, c’est tout simplement une folie dangereuse. Ce sera peut-être l’œuvre de Dieu, ou de l’évolution naturelle, ou d’un mélange des deux.
    Mais vouloir prendre en main le destin de l’humanité ou d’une petite partie de celle-ci (la Suisse), cela amènera toujours à Staline, Hitler, Pol Pot, etc…
     
    Il est probable que nous allons vers des générations difficiles, avec un environnement qui se dégrade fortement, dans un monde naturellement limité, c’est vrai.
    Mais depuis des décennies un enfant meurt toutes les minutes dans le monde, soit de pneumonie, soit de faim, soit de malaria. Ces trois fléaux sont faciles à combattre avec relativement peu de moyens, mais l’humanité ne s’en donne même pas la peine. Pourtant un enfant du Tiers-Monde a pour sa mère autant de valeur que nos chères petites têtes blondes, dont une mort prématurée est évidemment à chaque fois un drame terrible.
     
    Restons modestes, travaillons au concret quotidien pour améliorer le monde, mais ne nous lançons pas dans des aventures délirantes, comme le dit si bien ci-dessus Line Bielmann ; à chaque jour suffit sa peine.

  • Pour ce qui concerne la Suisse, je ne citerais que ces quelques mots qui ne sont pas d’Ecopop, mais de Swissworld :  « En allant du lac Léman au lac de Constance, on ne traverse jamais de lieux inhabités. Le paysage révèle toujours la présence de l’homme. Quitte-t-on une ville ? La suivante est déjà en vue. Les villages se touchent presque.» De ce monde là, je ne veux pas !
    Pour ce qui concerne la planète, le réchauffement climatique anthropique va faire grimper la température moyenne de plusieurs degrés, faire monter le niveau des océans, des régions entières seront inhabitables : de ce monde là, je ne veux toujours pas.
    Par la croissance de ses effectifs et donc l’appropriation des territoires, l’espèce humaine est en passe d’éradiquer la méga faune (97% des tigres ont été éliminés depuis le début du XXème siècle!) : de ce monde là je ne veux surtout pas.
    Je voterais donc en faveur de l’initiative d’Ecopop car elle balise le chemin qui mène au monde que j’appelle de mes vœux…
     

  • Au contraire de ce que dit cet article l’initiative d’Ecopop me semble particulièrement bienvenue. L’humanité est sur une pente démographique intenable qui conduit à l’occupation de tous les espaces et à l’écroulement des écosystèmes. Pour saisir un problème il faut en mesurer les ordres de grandeur, or l’humanité a multiplié ses effectifs par 4 depuis le début du 20ème siècle et par 2 depuis que l’Homme a mis le pied sur la Lune. Doit-on continuer ainsi ? Tous les ans, ce sont 80 millions de personnes qui j’ajoutent à la population mondiale (soit plus que les 70 millions qui s’ajoutaient dans les années 1965 considérées comme la pointe en matière d’explosion démographique). Il est temps de stopper le phénomène car une Terre de 10 milliards d’habitants, comme le prévoit l’ONU pour 2100, ne laissera plus aucune place au reste du monde vivant. La démocratie aussi dans un contexte de manque et de surdensité risque d’être la première victime.
    Dans ce cadre, qu’un pays comme la Suisse, très densément peuplé, veuille réduire l’augmentation de sa population liée à l’immigration me semble assez compréhensible. Ces mécanismse d’émigration-immigration à grande échelle sont un piège pour l’humanité. Ils conduisent à des situations de conflits dans les pays d’accueil (et à des risques de déstructuration des cultures et des valeurs locales) et dans les pays d’émigration ils conduisent à repousser à toujours plus tard la stabilisation puis la décrue nécessaire des effectifs. Ces pays « exportent » leurs habitants ne sachant leur donner un avenir sur place. On voit bien là qu’il y a une fuite en avant qu’il faut stopper, sinon le problème perdurera avec cet inconvénient supplémentaire qu’il se posera à une échelle toujours plus grande.
    Donc plutot que de parler d’insulte à l’intelligence à propos de la démarche d’Ecopop, je crois qu’il faut au contraire souligner un geste de clairvoyance. L’humanisme consiste à préparer un monde vivable pour nos enfants, à permettre que l’Homme vive durablement en harmonie avec la Terre. Un monde surpeuplé ne le permettra pas, l’humanisme se situe donc clairement du côté d’une certaine modestie démographique. 

  • 6
    René Levy says:

    Bravo Ghelfi! Cette initiative propose de résoudre un problème en soi sérieux par une approche « end of pipe » dans le pire des sens. C’est comme si on voulait – pour rester dans l’image – fermer un toboggan à son point d’arrivée, en ignorant complètement ce qui se passe en amont.

  • 7
    Jeanprêtre Francine says:

    Excellent raisonnement, fondamental du point de vue de l’Histoire aussi.
    Mais que fera-t-on de Verts qui vont se « crocher » à cette initiative avec des personnes fort charismatiques… Et des événements économiques et sociaux (licenciements, frontaliers, étrangers) et du discours politique du ministre CH de l’ Economie (surtout) et de la formation (si peu) qui vont faire des convaincus tout trouvés..? Il faudra beaucoup de pédagogie de ce côté-ci du juste raisonnement.

  • Eh bien ! voilà qui nous promet des débats acharnés !
    Laurent Ducommun a raison de prendre du recul et de se demander si « l’humanité peut prendre elle-même en charge son destin ». Je l’ai cru mais après bien des années, je pense que c’est une grande et orgueilleuse folie, qui conduit aux pires totalitarismes. Ecopop, technocratique, liberticide et probablement inefficace, est de cette veine.
    « Restons modestes, travaillons au concret quotidien pour améliorer le monde », conclut Ducommun, et je suis bien d’accord.

1 Rétrolien

  1. […] les velléités Huxleyiennes d’une poignée d’universitaires atteint de végétarisme. Domaine public s’essayera à l’exégèse du malthusianisme sur la base des révélations de Wikipedia […]

    Cité par Ecopop: Les hommes de trop sur terre ? (I) - Les Observateurs - 4 janvier 2013 à 17 h 12 min

Les commentaires sont fermés.