Mode lecture icon print Imprimer

Du bon usage du référendum

Faut-il faire voter sur les mesures urgentes concernant l’asile?

Photo George Hatcher Photo George Hatcher (licence CC)
icone auteur icone calendrier 29 octobre 2012 icone PDF DP 

Thématiques

Dès son introduction dans la Constitution fédérale en 1874, le référendum législatif fut pratiqué avec ardeur et succès par les conservateurs. Ces derniers purent ainsi battre en brèche le pouvoir radical et rééquilibrer un rapport de force parlementaire défavorable à cause du système électoral majoritaire. La capacité de nuisance ainsi démontrée par les perdants de la guerre du Sonderbund a sans doute contribué à leur rapide intégration au Conseil fédéral.

Le référendum produit également des effets sans qu’il soit besoin de mener le combat jusque dans les urnes. La menace suffit. Tout au long de l’histoire de la Suisse moderne, les organisations économiques et autres groupes de pression ont su la brandir lorsque leurs intérêts leur paraissaient trop sérieusement atteints. Mais encore faut-il, pour que la menace soit prise au sérieux par le Parlement, que la probabilité de faire capoter une loi en votation populaire soit perçue comme suffisamment élevée.

La gauche a toujours privilégié l’initiative populaire qui permet de présenter des projets novateurs. Alors que le référendum est une arme défensive qui au mieux garantit le statu quo. Mais lorsque les innovations signifient un recul, par exemple en matière sociale, la gauche peut tenter sa chance, surtout lorsque le Parlement n’a pas su prendre le pouls de l’opinion. Tel fut le cas par exemple en 2004 – rejet de la 11e révision de l’AVS – et en 2010 – refus de la réduction du taux de conversion ( 2e pilier).

Pour ce qui est du droit d’asile, le rapport de force, au Parlement comme dans la population, est très défavorable aux adversaires des durcissements successifs de la législation. En 2006, le double référendum contre la loi sur les étrangers et la loi sur l’asile a mobilisé moins d’un tiers d’opposants et la gauche n’a pas même réussi à faire le plein de ses sympathisants. Une majorité de la population manifeste une forte sensibilité aux abus réels ou supposés du droit d’asile, aux délits d’une minorité de requérants et à l’augmentation épisodique du nombre de demandeurs.

Le référendum lancé contre la révision urgente récemment adoptée par le Parlement n’a aucune chance de succès. D’autant moins que cette révision porte sur des points plus symboliques que substantiels (suppression des demandes d’asile dans les ambassades et du motif de désertion, centres de détention); et non sur la suppression de l’aide sociale pour tous les requérants, une décision qui aurait justifié et permis une forte mobilisation. Le Conseil national avait dans un premier temps approuvé cette suppression, une décision ensuite annulée par le Conseil des Etats. Par ailleurs, dans un contexte où prédominent les émotions, on voit mal comment pourraient se déployer les ambitions pédagogiques des référendaires. 

Grâce au référendum, une organisation peut faire la preuve de sa capacité de mobilisation et, le cas échéant, renvoyer sa copie au Parlement. Or dans le cas du droit d’asile, l’exercice du référendum a surtout illustré la faiblesse des défenseurs des requérants tout en offrant aux partisans de la manière forte une occasion supplémentaire d’instrumentaliser les craintes d’une majorité de la population.

Face aux constantes modifications de cette législation, qui relèvent plus de l’effet d’annonce que de l’action raisonnée (DP 1959), il apparaît vain de mener une course-poursuite qui ne profite ni aux requérants ni au droit d’asile. Mieux vaut préserver forces et moyens pour contester une révision particulièrement inacceptable et susceptible de trouver un fort soutien, même s’il reste minoritaire.

Il n’y a là ni trahison ni lâcheté. Mais un choix entre des combats le plus souvent contre-productifs et des actions de terrain telles qu’accompagner les requérants tout au long de la procédure et documenter l’application concrète de la loi et ses conséquences pratiques pour les intéressés, comme le fait avec vigilance l’Observatoire du droit d’asile.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/21857
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/21857 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Laurent Ducommun says:

    Le raisonnement de Jean-Daniel Delley est parfaitement cohérent. Et comme, pour me situer sur une échelle de gauche française – beaucoup moins complexe que l’helvétique –  , je suis beaucoup plus proche de Valls que de Mélenchon, je devrais donc être d’accord avec lui.
    Et pourtant… Même si le référendum n’a aucune chance d’être accepté, s’il va coûter beaucoup de forces et d’énergie, la gauche dans son ensemble doit le soutenir.
    Malgré tout ce que l’on peut objectivement lui reprocher, j’admire toujours l’ancien président de la République française Jacques Chirac.
    Il n’a jamais en effet transigé avec l’extrême-droite, et tous les républicains doivent lui en être reconnaissants.
    J’ai un peu l’impression que J-D Delley, qui vit sauf erreur plutôt à Genève, ne se rend pas bien compte de la lente fascisation de la Suisse alémanique, sous l’influence permanente et gangréneuse de l’UDC zurichoise.
    La création légale de centres spéciaux pour les requérants d’asile délinquants n’est pas du tout une mesure symbolique, ni une mesure de pacotille. Comme le disent avec raison les organisations de terrain dans le domaine de l’asile, en permettant aujourd’hui la création de centres spéciaux pour « récalcitrants », on jette les bases pour l’acceptation de centres d’internement pour tous. Et ceci est tout simplement inadmissible d’un point de vue démocratique.
    Même fortement minoritaire et même battue d’avance, la gauche doit combattre cette révision de la loi. N’oublions pas que les bonnes graines semées dans le désert germent toujours un jour.
    (P-S : jusqu’à présent je signais mes commentaires sous le pseudonyme de nour)

  • 2
    Dario CIPRUT says:

    En désaccord cardinal avec l’argumentation de Jean-Daniel Delley ci-dessus, je me suis permis de la contester point à point dans un document, trop long pour servir de commentaire, titré « Domaine Public à la rescousse des adversaires du référendum », et que vous pouvez télécharger ou visualiser sous le lien suivant.

    Il va de soi que vous pouvez le publier in extenso à votre guise. Au cas où vous pratiqueriez des coupures, ce que je comprendrais, je vous prierais de me contacter  auparavant. Je vous signale toutefois avoir pris la liberté de le diffuser dans mes réseaux.

    Très au fait moi-même de l’excellent travail qu’en effet réalise l’Observatoire romand du droit d’asile, dont je suis membre, auquel M. Delley se réfère en fin d’article, je trouve qu’il n’y a aucune raison d’opposer le type d’enquête de cas et d’information factuelle que privilégie l’Observatoire au combat politique par le biais du référendum, ce qui rend mauvais service aux deux activités tout à fait complémentaires.

Les commentaires sont fermés.