Mode lecture icon print Imprimer

Une perspective de sortie de la crise de l’euro, enfin!

Trois ans de tergiversations pour parvenir à marcher sur deux jambes

La crise de la dette au sein de l’Union européenne est très loin d’être terminée. La décision de la Banque centrale européenne (BCE) de racheter sans limite des titres des dettes des pays les plus exposés (Grèce, Irlande, Portugal, Italie, Espagne) pourrait cependant constituer un tournant décisif.

Avec des incidences positives, évidemment, s’agissant de la politique monétaire de la Banque nationale suisse et, plus généralement, de la conjoncture économique dans notre pays.

En présentant et en commentant, le 6 septembre, la décision du directoire de la BCE, son président, Mario Draghi, a insisté sur trois éléments principaux.

D’abord ce qu’il a appelé la «conditionnalité». La BCE n’achètera que des titres de pays qui se sont engagés auprès de l’Union européenne à prendre les mesures nécessaires pour rétablir leurs finances et améliorer la compétitivité de leur économie.

Ensuite, il a parlé du besoin d’avancer sur deux jambes. La première jambe est celle du politique qui doit assumer les réformes indispensables. La seconde jambe est celle de la politique monétaire. Seule, la première ne parvient manifestement pas à atteindre ses objectifs puisque l’austérité entraîne l’austérité et non la croissance. Mais la seconde jambe, seule aussi, reste inefficace puisque la politique monétaire ne peut contraindre un gouvernement à prendre les mesures qui sont de sa compétence. Elle peut même avoir l’effet inverse en incitant des gouvernements à différer les mesures indispensables d’assainissement.

Enfin, troisième considération, la BCE est parfaitement dans son rôle – et agit dans le cadre de son mandat – car elle vise à rétablir un fonctionnement homogène de la zone euro, alors qu’à l’évidence celle-ci se fragmente et se fracture, et donc ne répond plus aux impulsions de la Banque centrale.

Il aura fallu à peu près trois ans aux autorités politiques et monétaires européennes pour parvenir à présenter pour la première fois un ensemble à peu près cohérent d’actions qui devraient permettre aux pays de la zone euro de sortir de la tourmente, et non de s’y enfoncer.

L’euro, une construction hybride

La difficulté majeure tient au fait que la zone euro est une construction hybride. L’euro dépend certes d’une autorité monétaire unique, mais pas d’une entité politique homogène. Les dix-sept pays membres sont souverains; ils ont chacun leur politique fiscale et financière; ils ne sont pas caution les uns des autres. Pourtant, l’euro est devenu, en une décennie, leur bien commun, dont la valeur est, au sens propre, inestimable.

Il est facile d’ironiser sur les atermoiements des dirigeants de l’Union européenne. Il est beaucoup plus compliqué d’imaginer ce qui aurait pu se passer – ce qui se serait vraisemblablement passé – si la crise financière de 2008 avait touché ces dix-sept pays ayant conservé chacun leur propre monnaie. On peut penser qu’il y aurait eu un sauve-qui-peut assez général avec des séries de dévaluations en chaîne se traduisant par le retour de l’inflation et des hausses massives de taux d’intérêt. Et, au bout du compte, une dégradation de l’économie et de l’emploi bien pire que celle qui est intervenue. Créant des tensions telles que l’Union européenne aurait peut-être fini pas éclater.

La situation de plusieurs de ces pays n’est assurément pas brillante, mais probablement aurait-elle été pire sans la zone euro. Son existence même a contraint, nolens volens, ses divers participants à des actes de solidarité mutuelle qu’ils n’auraient sinon jamais envisagés. Avec la conséquence possible d’avoir une zone euro plus forte et plus cohérente au sortir de cette crise qu’auparavant.

Des «moyens non conventionnels»

Cette appréciation de la situation fait l’objet de critiques véhémentes de la part de personnes et milieux qui au fond n’acceptent pas que le monde change, et qui tirent leur ligne de conduite de ce qui figure dans les manuels d’économie (libérale) et non de l’examen des nouvelles réalités.

S’agissant des problèmes de politique monétaire, les manuels proposent une vision assez angélique du fonctionnement de l’économie. En gros ceci. Les banques ont pour fonction de récolter l’épargne et de prêter aux particuliers et aux entreprises pour leur permettre de financer leurs affaires (par exemple, acquérir un logement ou acheter des équipements de production). Si les demandes de crédits sont trop importantes et que peut se dessiner un risque d’inflation, la banque centrale (en Suisse, la BNS) peut relever les taux d’intérêt de manière à freiner la croissance des activités. Elle peut agir en sens inverse au cas où les affaires ralentissent; en réduisant le coût du crédit, les affaires peuvent s’en trouver stimulées. Au surplus, la banque centrale doit augmenter la masse monétaire en proportion de la croissance de l’économie de manière à ce qu’il y ait assez, mais pas trop, de moyens de paiements. La banque centrale ne doit pas non plus faire tourner la planche à billets pour souscrire aux emprunts qu’émettent les entreprises et les institutions publiques. L’objectif premier est donc que la monnaie conserve sa valeur, ce qui suppose que les activités économiques se déroulent sans trop de heurts et, surtout, dans un cadre où la hausse des prix est maîtrisée.

La théorie reste en revanche assez avare de suggestions lorsque le cadre quasi idyllique dans laquelle elle se développe est chamboulé, comme il l’est d’ailleurs fréquemment, et en particulier depuis la crise de 2008.

Car la crise actuelle n’est pas une crise «normale», marquée par une «simple» dégradation de la conjoncture. Nous sommes confrontés à une crise financière qui a mis en péril le fonctionnement même de l’économie – analogue à la grande crise des années 1930. Les banques centrales ont tiré les leçons de cette grande crise en prenant des mesures substantielles et inhabituelles pour éviter un effondrement des instituts financiers et du crédit. Au regard de ce qui figure dans les manuels, il est clair que ces mesures substantielles et inhabituelles comportent un risque inflationniste majeur. Mais qu’en est-il dans la réalité? Au vu de la récession que la crise financière a entraînée, ce risque inflationniste est quasi nul, pour la raison qu’il ne peut pas y avoir de poussée excessive des prix lorsque l’économie est en état de sous-utilisation de ses capacités. Selon les statistiques de l’OCDE, les écarts de production, soit la différence entre la croissance potentielle et la croissance effective étaient l’année dernière de l’ordre de 2,4% dans la zone euro et de 3,9% aux Etats-Unis.

L’hétérodoxie des banques centrales

Le constat établi par les banques centrales correspond, pour prendre une image, à celle d’un train qui a déraillé. Il faut évidemment disposer d’immenses grues et de puissantes machines pour réparer les voies et remettre le convoi sur les rails. Sans entrer dans les détails techniques de leurs interventions, c’est ce qu’ont fait et que font encore les banques centrales. Plutôt que de vitupérer contre une réalité qui ne veut pas se conformer aux injonctions de la théorie, on peut être reconnaissant aux dirigeants des banques centrales d’avoir su innover en recourant à ce qu’ils appellent eux-mêmes des «moyens non conventionnels» pour éviter la noyade et favoriser la convalescence du grand malade que sont nos économies depuis 2008. L’orthodoxie dont une partie de l’Allemagne se croit dépositaire n’a pas conscience des maux auxquels l’hétérodoxie des banques centrales lui permet d’échapper.

Bien sûr, rien n’est encore joué. Comme on pouvait le craindre, l’accumulation des politiques d’austérité en Europe dégrade le climat conjoncturel (DP 1954). Mais, avec le feu vert de la Cour constitutionnelle allemande au mécanisme européen de stabilité et la décision de la BCE de racheter des obligations des Etats confrontés à des taux d’intérêt prohibitifs, c’est la première fois depuis trois ans qu’une sortie de la crise devient sinon probable, du moins possible.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/21470
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/21470 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Les historiens nous disent que lors de la crise des années 30, les spécialistes ne cessaient d’en annoncer la fin, en vain. Idem pour cette crise-ci et le titre de cet article, donc. La véritable sortie de la Grande Dépression fut la deuxième guerre mondiale, qui prouva que si on a vraiment la volonté d’utiliser l’appareil productif à 100%, on peut le faire, en deux tours de cuillère à pot, il suffit de le décider.
    La mesure dont M.Ghelfi parle dans son article reste parfaitement conventionnelle et se situe dans la ligne ultra-capitaliste (terme qui signifie que les capitalistes sont tellement puissants qu’ils ne respectent même plus leurs propres règles), qui consiste à privatiser les profits et à socialiser les pertes.
    Si vous prêtez de l’argent à votre voisin et qu’il se révèle non solvable, vous payerez votre stupidité par une perte financière. Il devrait en être de même avec les banques qui ont prêté aux mauvais Etats. Tant pis pour elles. La loi sur les poursuites stipule que vous ne pouvez pas faire saisir le revenu de votre voisin si cela remet en cause ses besoins essentiels. Il devrait en être de même pour les pays. Effaçons la dette de l’Europe du Sud et le principal problème sera réglé. Dans un deuxième temps seulement, investissons l’argent de la BCE pour moderniser les infrastructures. 
    Mais non! On préfère que la BCE prête de l’argent public pour que les Etats remboursent les créanciers privés. Ca a l’apparence d’une politique de relance, mais c’est en fait l’inverse. La « conditionnalité » de M.Draghi est claire. L’austérité va continuer. Par conséquent, les détenteurs du capital vont continuer à ne pas l’investir. Des investissements publics massifs devraient donc s’imposer. On devrait verser des allocations aux gens pour qu’ils consomment et il n’y aurait plus de crise. On fait juste l’inverse.  L’argent remboursé aux banques est de l’argent perdu pour l’économie.
    La grande braderie de l’Europe du Sud à commencé. On passera quelques années à vendre des entreprises publiques, qui vont certainement devenir la principale marchandise d’exportation de l’Europe du Sud. Cela devrait évidemment être interdit, tout comme il n’est pas possible de saisir le lit, la table de cuisine et le frigo d’une personne pour  payer ses dettes. Lorsque tout sera vendu, que se passera-t-il? 
    Il est toujours très très douteux que l’euro soit viable à terme et que son maintien soit souhaitable. Plutôt que par une simple dévaluation (et donc une sortie de l’euro), on cherche à améliorer la compétitivité des pays de l’Europe du Sud par la déflation. Mettez-vous à la place d’un Grec. Dans le premier cas, le salaire baisse de moitié (en terme de devises étrangères), mais votre loyer ou votre hypothèque et toutes vos dettes baissent aussi de moitié. Dans le deuxième cas, seul votre salaire baisse de moitié. Que choisissez-vous? On aimerait bien entendre les partisans du maintien de la monnaie unique s’exprimer un peu plus sur le sujet. 
    Mettez-vous maintenant à la place d’un investisseur étranger. Sachant que le maintien de la Grèce dans l’euro est hypothétique et que la valeur de vos investissements pourrait chuter d’un seul coup en cas de sortie de l’euro, avez-vous vraiment envie d’investir? L’euro avait un sens lorsqu’il donnait confiance aux investisseurs (trop confiance d’ailleurs). Ce n’est à l’évidence plus le cas. On peut donc vraiment se demander ce qui justifie encore la maintien de l’Europe du Sud dans l’euro, si ce n’est la protection des créances des investisseurs étrangers et nationaux…

Les commentaires sont fermés.