Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Ces migrations dont nous sommes en partie responsables

Des chiffres qui affolent à situer dans leur contexte et dans leurs causes

Photo: Aubrey Graham / IRIN / 200910290730050967
Photo IRIN (licence CC)

Lundi 18 juin, le Haut Commissariat pour les réfugiés annonçait un chiffre record pour 2011: 800’000 réfugiés et 4’300’000 personnes déplacées. Et pour avril et mai, il comptabilisait entre autre 100’000 déplacés au Nord Kivu. Plutôt que de se lamenter et de se barricader contre ce phénomène, c’est à ses causes qu’il faut s’attaquer et celles-ci sont multiples.

Les perturbations climatiques touchent plus sévèrement les pays tropicaux que les pays à climat tempéré. Sous les tropiques, l’alternance d’une saison sèche et d’une saison des pluies rythme l’agriculture. Si la pluie qui a déclenché la germination n’était qu’une fausse joie, toute la récolte est perdue. Et les plantes vivrières, mais également le café, le cacao et le thé ne peuvent survivre sans ce rythme. Les images satellites montrent très bien que la ceinture de nuages de la mousson est en train de se déliter complètement. La montée des océans a déjà rendu incultivable une grande surface du Bangladesh. Les 150 millions de Bengalis devront bien fuir leur pays quand celui-ci aura disparu sous les eaux. L’échec de Rio +20 n’est hélas pas prometteur.

Les Suisses, les Occidentaux ont une responsabilité directe dans les migrations. Nombreuses sont nos politiques – ou nos comportements de consommateurs – qui les provoquent. Par exemple la liberté totale laissée aux multinationales dans leurs activités à l’étranger. En 2011, la Colombie a de nouveau battu le record des syndicalistes assassinés: 29 sur un total de 76. Cela fait dix ans que Total, Nestlé et Coca-Cola sont sur le banc des accusés. Dans les années 70, les Nations Unies avaient amorcé les négociations d’un code de conduite des multinationales. La Suisse s’y est opposée avec acharnement et ce code est devenu volontaire. Mais la situation a empiré avec les besoins croissants en pétrole et minerais et avec la privatisation. Dans les années 70, la Suisse abritait la majorité des sociétés de négoce des produits de base agricoles; maintenant elle accueille aussi les multinationales de l’extraction.

La Suisse signe des accords de protection des investissements avec les pays en développement. Ces accords ont pour but de protéger les investissements suisses et ainsi d’encourager des entreprises de notre pays à investir au Sud. Mais il faut savoir que ces accords exigent le rapatriement de tous les bénéfices et l’exonération d’impôts. Et parallèlement, la Suisse accorde des aides budgétaires à ces pays et les encourage à améliorer la collecte des impôts! Seule l’Inde a obtenu que 10% des impôts restent chez elle.

En matière d’exportations d’armes, la Suisse n’est pas un acteur important. Cependant, en rapport avec le nombre d’habitants, nous surpassons les Etats-Unis de 20% (chiffres SIPRI pour 2011, en dollars constants 1990). La loi interdit que ces armes soient vendues à des pays en guerre. Mais depuis la guerre du Biafra entre 1966 et 1970, il ne se passe pas une année sans un scandale. On peut arguer qu’en chiffres absolus, les quantités d’armes vendues ne créent pas de vagues de migrations. Cependant, le contrôle par le Secrétariat d’Etat à l’économie de leur utilisation finale est loin d’assurer qu’elles ne vont pas tuer.

Plus insidieuse mais très efficace, la politique fiscale a pour conséquence de métropoliser les pôles économiques, c’est-à-dire d’attirer un maximum d’activités économiques dans certaines régions – ceci est aussi le cas dans l’Union européenne – sans égard aux infrastructures nécessaires ni aux capacités humaines disponibles. L’arc lémanique par exemple, ou la région zurichoise, offrent des conditions fiscales attrayantes aux entreprises étrangères sans guère se soucier de l’impact sur les logements, sur les transports et de l’importation de personnel étranger. Les pays en voie de développement réclament depuis des décennies une meilleure répartition du développement industriel. On leur a toujours répondu que c’était là l’affaire du secteur privé. Mais les gouvernements, centraux et cantonaux, ont leur part de responsabilité dans ce déséquilibre.

Et la cerise sur le gâteau: le secret bancaire. Combien de millions «planqués» dans nos banques par des dictateurs étrangers ont été détournés des buts auxquels ils étaient destinés: le développement social et économique. Les règles sur le devoir de diligence des banques sont totalement insuffisantes. C’est seulement à la chute d’un de ces prédateurs qu’on se rend compte qu’un pays a été saigné. Cet argent aurait dû servir à la formation, à la santé, au financement des infrastructures sans lesquelles, les entreprises étrangères ne viennent pas et donc ne créent pas de place de travail.

La liste est encore longue. Il est évident que si nous continuons à exploiter sans merci les pays du sud qui n’ont pas d’armes pour se battre dans la jungle économique, les êtres humains qui en sont les victimes n’ont d’autre choix que de s’exiler.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/20948
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/20948 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    line.bielmann

    pourquoi n’est-il jamais fait mention des nombreux barrages ,qui lors de fortes pluies sont ouverts inondant bien des régions,obligeant alors aux déplacements des autochtones!

  • La politique de la Suisse est le fruit d’une contradiction entre la défense pure et dure des intérêts économiques et financiers et l’ambition de contribuer à l’amélioration des conditions de vie en promouvant les initiatives de paix, les droits de l’homme et la protection de l’environnement. Pour sortir de cette contradiction, une analyse lucide et courageuse s’impose afin de fixer des priorités susceptiblesd’être respectées. Cette analyse fait défaut – probalement par opportunisme et manque de courage politique- laissant la porte ouverte à des demi-mesures, à des compromis (une maladie hélvétique) qui permettent de clamer haut et fort notre engagement en faveur d’un monde meilleur, notamment en ce qui concerne les droits de l’homme, sans pour autant renoncer à défendre des intérêts qui leur causent de graves préjudices. Ainsi on prétend promouvoir la sécurité bumaine et en même temps on est un important exportateur d’armes de petit calibre. L’exemple mentionné dans l’article sur le code de conduite des multinationales est un exemple frappant de la schyzophrénie (hypocrisie?) de notre politique étrangère. Hélas cet article reflète la réalité, réalité ignorée non seulement par la population, mais par une part importante de la classe politique et des médias.

  • Suite aux débats honteux au Conseil national sur la révision de la loi sur l’asile, je ne comprends pas pourquoi le Conseil fédéral suit l’ombre de l’UDC chaque fois que ce parti lance une motion et/ou une initiative parlementaires. Je n’ai jaamis vu ou entendu nos gouvernants dénoncer les corrompus et corrupteurs des pays d’où proviennent les réfugiés et pour quelles raisons. Bien sûr cela n’arrangerait pas l’UDC car l’assiette électorale se rétrécirait considérablement. Toujours est-il que la révision de cette loi (la 10ème en 11 ans!) est celle de trop. On ne pourra pas vivre avec tant elle est odieuse, voire même pro-fascisante. Et pour que les partis d’extrême droite d’Europe donne comme exemple dans leurs programmes politiques, c’est tout dire.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP