Mode lecture icon print Imprimer

Rafraîchissante piqûre de rappel: l’histoire du planning familial en Suisse romande

Mary Anna Barbey, «Des cigognes à la santé sexuelle. Que devient le planning familial?», Lausanne, Santé sexuelle Suisse & Réalités sociales, 2012

Editions Réalités sociales Mary Anna Barbey, «Des cigognes à la santé sexuelle. Que devient le planning familial?»

Que s’est-il passé pour qu’au début des années 60, des personnes de milieux divers se mettent à penser «Planning familial»? Le rôle majeur joué par les femmes pendant la seconde guerre mondiale d’abord. Puis l’arrivée des méthodes d’«accouchement sans douleur», dans les années 50. Puis, bien sûr, l’avènement de la pilule, «ce mouvement libérateur du corps» féminin, qui a fait aussitôt craindre l’explosion d’une «sexualité débridée», et conduit à une institutionnalisation du Planning familial.

Ce dernier avait été conçu d’abord pour lutter contre les avortements clandestins, en fournissant une information spécifique et un lieu d’échanges et d’aide aux futures mères en détresse. Un deuxième axe s’est dessiné ensuite, qui prenait en compte le bien-être des couples, grâce à un «bon usage» de la contraception. Un troisième aspect était celui de la militance féministe, qui luttait pour la dépénalisation de l’avortement et un accès plus aisé aux méthodes de contraception pour les femmes.

Les obstacles rencontrés par le Planning familial, outre les tensions générées par la volonté de mainmise des institutions officielles (faisant du Planning un lieu où doivent s’articuler, tant bien que mal, l’intimité de l’individu et les exigences de la collectivité), ont été (et sont encore à bien des égards) de trois ordres: les natalistes, qui craignaient que la pilule ne provoque une baisse de la natalité; les tenants du «oui à la vie» qui s’opposaient à la dépénalisation de l’avortement; certains médecins enfin, qui semblaient redouter la concurrence de Centres de planning prescripteurs et dotés d’un cabinet médical.

En 1981, la loi fédérale qui rend obligatoire, dans chaque canton, la création de «Centres de consultation en matière de grossesse» vient consolider la position du Planning familial. Puis c’est l’irruption, au début des années 80, du sida, qui va transformer les professionnels du Planning en agents de prévention, «maître mot de la décennie».

En 2010, l’appellation un brin surannée de «Planning familial» fait place à celle de «santé sexuelle et reproductive», déjà en usage sur le plan international depuis 1994. C’est la première fois que le mot «sexuel» entre dans une dénomination officielle, souligne Mary Anna Barbey, sans rien cacher des fortes réticences que cette nouvelle dénomination a suscitées dans le domaine francophone! On voit déjà comment, par le biais de ce «nom un peu ronflant», le sexe, affaire intime s’il en est, est devenu une affaire de santé. Il le deviendra de plus en plus avec la «médicalisation du champ sexuel» et la présence de plus en plus forte des instances de santé publique.

Cette évolution marque l’émergence d’un nouveau métier pour les anciennes «conseillères en Planning» et les anciens animateurs en éducation sexuelle, qui deviennent des «formateurs et formatrices en santé sexuelle et reproductive». Et les choses continuent à bouger, à mobiliser les énergies militantes; témoin l’initiative Financer l’avortement est une affaire privée, qui pose à nouveau, mais en des termes fallacieux, la question cruciale de l’articulation entre le domaine privé et le domaine public.

Clarté, humour, alerte narration rendent cet historique très agréable à lire, et illustrent les qualités d’écrivaine de Mary Anna Barbey, malgré l’aspect technique, voire rébarbatif, que pouvait présenter le sujet. Ayant été elle-même l’une des premières conseillères en Planning familial, l’auteure connaît le thème à fond, et n’a rien perdu de sa verve militante. Comme l’indique son titre, c’est un texte ouvert, en mouvement, qui couvre largement le domaine concerné; c’est aussi un livre honnête, qui ne cache rien des aspects négatifs, des échecs, des obstacles rencontrés; c’est un livre stimulant, qui indique des pistes et balise le terrain encore à parcourir, en un appel aux jeunes générations: se souvenir pour avancer.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/20825
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/20825 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.