Mode lecture icon print Imprimer

Trop d’épargne tue l’épargne

Pourquoi, paradoxalement, la poursuite de l’endettement est nécessaire pour rétablir la confiance et favoriser la croissance

L’Europe et surtout les Etats-Unis se sont lourdement endettés pour soutenir la croissance économique et l’emploi. Et ils l’ont fait avec succès.

Aujourd’hui ce sont les risques auxquels sont confrontées les banques trop engagées dans des pays européens surendettés qui entretiennent la panique et obligent gouvernements et banques centrales à intervenir.

Maintenir l’activité économique, sans même parler de croissance, tient de la quadrature du cercle si l’on veut éviter d’augmenter encore l’endettement des Etats. La Commission européenne et la France parient sur la mutualisation de la dette par l’émission d’eurobonds et sur de nouveaux investissements publics financés par la Banque européenne d’investissement (BEI). De son côté, l’Allemagne veut améliorer les conditions cadres pour favoriser l’investissement privé et accroître la productivité. Alors que les Etats-Unis continuent de financer le déficit de leur balance des paiements en émettant des dollars, toujours acceptés comme monnaie de réserve par les pays créanciers et notamment la Chine et les pays du Golfe.

En termes keynésiens, la demande globale est inférieure à l’offre. Autrement dit l’épargne dépasse la consommation et l’investissement. Les déficits budgétaires ont jusqu’ici comblé la différence et évité une spirale déflationniste. Mais que deviennent donc ces revenus non dépensés? Longtemps ils ont été investis mais aussi prêtés aux Etats endettés, directement ou par l’intermédiaire des banques et des caisses de pensions.

Or la crise actuelle rend les créanciers prudents: ils réduisent leurs dépenses, ne prêtent plus aux Etats les plus endettés; ils investissent moins, recherchent des valeurs sûres: or, tableaux, bijoux, immeubles, devises fortes. Ils spéculent avec des instruments financiers sur les cours des actions, mais aussi sur les monnaies et les matières premières.

On espère regagner leur confiance et mobiliser leur épargne en chargeant l’Union européenne d’emprunter pour les pays en difficulté en émettant des eurobonds pour refinancer leur dette. Et en finançant des programmes de relance (infrastructures, recherche et innovation) par l’intermédiaire d’emprunts de la BEI dont on augmenterait le capital. On veut donc continuer de s’endetter pour soutenir la conjoncture tout en regagnant la confiance des investisseurs et des épargnants.

Reste à savoir pourquoi ce déséquilibre perdure depuis si longtemps. C’est clairement parce qu’une partie des revenus générés par la production nationale sont thésaurisés, ne sont ni dépensés ni investis dans des activités productives. C’est comme si les mécanismes qui permettaient de mobiliser l’épargne pour financer la consommation, l’investissement et les dépenses publiques s’étaient détraqués. La confiance est rompue, même entre banques. Les taux d’intérêt sont voisins de zéro et plus personne ne sait où placer son argent sans courir trop de risques.

Les fortunes accumulées par les propriétaires et les dirigeants d’entreprises, les revenus du pétrole, de la spéculation sur les matières premières et les valeurs mobilières, les devises détenues dans nombre de pays émergeants ainsi que l’épargne des particuliers et notamment l’épargne forcée dans des caisses de pension pourraient contribuer à la relance de la croissance et de l’emploi. Or ils n’ont que très peu d’influence sur les activités productives créatrices d’emplois, à l’exception peut-être de l’immobilier et des produits de luxe.

En théorie, les remèdes sont connus. Regagner la confiance suffirait déjà à relancer la consommation et l’investissement. Mieux répartir les revenus, augmenter les salaires comme semble vouloir le faire l’Allemagne. Mobiliser par l’impôt les fortunes et les revenus excessifs pour qu’ils servent à l’investissement, comme l’a promis le président français et comme on l’envisage au Etats-Unis. Créer un impôt européen sur les transactions financières pour freiner la spéculation. Stabiliser les prix des matières premières, éviter la spéculation sur les produits alimentaires, relancer l’activité économique des pays en développement par le biais d’un plan Marshall… Autant d’instruments qui permettraient d’accroître la demande globale, de stimuler la croissance et  de créer des emplois.

La Suisse a sa part de responsabilité dans les déséquilibres actuels et l’excédent d’épargne. Elle épargne beaucoup trop, ne serait-ce que par ses caisses de pension qui gèrent plus de 600 milliards de francs. Nos banques abritent 2000 milliards de dollars, notre franc fort attire les spéculateurs. Le secret bancaire couvre des fortunes souvent improductives et empêche surtout d’autres pays d’imposer comme ils le souhaiteraient les revenus et la fortune de leurs ressortissants. Alors qu’ils doivent à tout prix investir davantage sans trop s’endetter, comment s’étonner que la question fiscale – échange d’informations et harmonisation fiscale – soit au cœur de leurs préoccupations?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/20623
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/20623 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • L’économie est en vérité chose compliquée  ; tellement compliquée et multiforme qu’elle permet à tout sage ou présumé tel de sélectionner les grandes idées qui lui conviennent et de bâtir sa propre théorie, révolutionnaire, bien sûr. Ainsi pour M. Erard, il faut continuer à s’endetter, car ceci rétablit la confiance. Merci à l’auteur de reconnaître toutefois un certain aspect paradoxal à son idée.

    Mes notions d’économie sont plutôt frustes. Elles me permettent cependant de déceler le moment où le sage économiste dévie de sa construction logique vers une démonstration qui n’est justifiée que par sa conviction politique, quelle qu’elle soit par ailleurs. Et là, l’économiste rejoint la corporation des aruspices de la Rome antique, dont on disait qu’aucun d’entre eux n’osait en regarder un autre sans rire.

    C’est probablement peu payant de le dire publiquement, mais il est temps de constater que l’on ne peut vivre en permanence au-dessus de ses moyens. Europe et Etats-Unis consomment plus qu’ils ne produisent, ceci n’est pas durable. Le reste n’est que littérature.    

    • 1.1
      hugues poltier says:

      Cher Azote, quel beau nom !
      Bon: vivre au-dessus de ses moyens, pour l’économie-monde est simplement absurde: on ne peut consommer que ce que l’on a produit, par définition … Donc, soit cette proposition n’a aucun sens, soit elle en a une, mais seulement pour les pauvres – de deux types, les individus sous-rémunérés obligés de vivre à crédit;  les Etats, rendus insolvables à coup de baisses d’impôts … dont la contrepartie est la thésaurisation inutile des super-riches. Mais quand les uns et les autres empruntent, ils le font sur une richesse qui a été produite et qui est là, mais chez les quelques-uns à l’exclusion du grand nombre; et ils en font une machine à profit complémentaire.
      Votre proposition n’a qu’une exception: la nature; mais comme sa dilapidation n’est pas incluse dans les comptes de l’endettement, je suppose que ce n’est pas d’elle dont vous parliez. Mais de ce côté, nul doute: nous consommons au-delà de nos moyens;et là c’est plutôt le plus grand nombre et plus encore nos bienheureux super-riches, gavés de tout.
      Décidément, il va vous falloir aller plus avant encore dans le creusement de votre ignorance pour remettre en question certaines formules de sens commun – dont un effet, particulièrement grave, est de nous (=nous tous, collectivement) empêcher de penser.

  • 2
    Pemesanio says:

    Gloire à l’endettement et gloire au gaspillage!
    En oubliant qu’ainsi on accroît le pillage
    De ressources que l’on ne saura recréer.
    « Après moi le déluge! » et l’on est agréé
    Par tous les destructeurs, à terme, du tissu
    Social et naturel dont nous sommes issus.

Les commentaires sont fermés.