Mode lecture icon print Imprimer

Les réseaux de soins conjuguent qualité et gestion optimale des ressources

Dix ans de débats parlementaires trouveront leur conclusion dans les urnes le 17 juin

Photo 401K Photo 401K (licence CC)
icone auteur icone calendrier 4 mai 2012 icone PDF DP 

Thématiques

Le modèle du réseau de soins n’est pas nouveau. Il fonctionne à satisfaction depuis une vingtaine d’année et regroupe aujourd’hui 1,3 million d’assurés dans une centaine de réseaux.

La révision de la loi sur l’assurance-maladie, attaquée en référendum, ne fait qu’entériner ce modèle tout en prévoyant une modeste incitation financière pour le rendre plus attractif aux yeux des assurés. Pourquoi donc ce projet suscite-il des oppositions?

Pour le corps médical et les soignants en général, le réseau de soins intégrés représente un véritable changement de paradigme. Dans le modèle libéral, le patient choisit librement son médecin, voire ses multiples thérapeutes. Il entretient plusieurs relations bilatérales avec son généraliste et divers spécialistes. Les prestations fournies sont remboursées par l’assurance de base. La logique économique de ce modèle valorise les maladies plutôt que la santé: la rémunération est fonction du nombre d’actes exécutés.

Dans le réseau de soins intégrés, le patient est pris en charge de manière à optimiser les ressources disponibles: tous les soignants du réseau coopérent au traitement, c’est le règne du multilatéralisme. La collaboration et l’échange de savoir au sein d’une équipe doivent garantir une meilleure qualité des soins et même des économies grâce à la chasse aux doublons. Le budget négocié avec les assurances donne le cadre financier des rémunérations. Les dépenses dépassent-elles ce cadre, le réseau devra prendre en charge la moitié du dépassement, tout comme il encaissera la moitié d’un éventuel bénéfice: une incitation à éviter les actes superflus.

Ou la porte ouverte à une médecine au rabais, comme le prétendent les adversaires du projet? L’accusation ne tient pas puisque l’intérêt du réseau réside précisément dans la bonne santé de sa clientèle. Des traitements de mauvaise qualité péjorent l’état de santé des patients. Ils finissent par coûter cher aux assurances et à ternir la réputation du réseau. Les réseaux vont donc miser sur la qualité et même élargir l’offre de prestations remboursées au-delà de ce que permet l’assurance de base (nutrition, médecines alternatives…); la nouvelle loi les y autorise. Tout comme elle leur facilite la prise en charge des cas lourds, en particuliers les malades chroniques: la compensation des risques entre assurances ne prendra plus seulement en compte l’âge et le sexe, mais également les séjours hospitaliers et la morbidité.

On comprend que les médecins spécialistes et les hôpitaux voient d’un mauvais oeil le rôle de pilote attribué aux réseaux. Il y perdront une partie de leur clientèle s’ils rechignent à passer contrat avec ces derniers.

Mais que viennent donc faire les syndicats et la gauche dans cette galère d’oppositions très intéressées? Les assurances sortent affaiblies de cette révision. D’une part elles devront abandonner la gestion des réseaux de soins et renoncer à toute participation financière dans ce secteur: à chacun son travail. D’autre part elles seront confrontées à des partenaires puissants – des réseaux de plusieurs milliers de patients – capables de négocier d’égal à égal.

Certes dans ce système le libre choix absolu du médecin disparaît. Mais dans un réseau qui devrait regrouper plusieurs dizaines voire plus de cent fournisseurs de prestations, le soignant ne sera pas pour autant imposé au patient. Et un réseau n’aura aucun intérêt à refuser à l’un de ses patients de continuer à recourir à un spécialiste qui le suit de longue date.

L’incitation au développement des réseaux n’empêchera pas les assurés qui le veulent de s’en tenir au libre choix complet. Il leur en coûtera une participation annuelle aux frais de de 1000 francs au maximum, soit 300 francs de plus qu’actuellement. Il n’y a pas là matière à une opposition frontale de la gauche, qui semble avoir opté pour la politique du pire en vue de favoriser son initiative pour une caisse maladie unique.

Le modèle du réseau de soins a fait l’objet de débats parlementaires depuis une décennie. Le compromis réalisé n’est certainement pas parfait. On aurait pu choisir d’obliger les caisse à contracter avec les réseaux, comme c’est le cas avec les médecins indépendants. Plutôt que de faire porter le poids des incitations financières aux assurés partisans d’une médecine libérale, on aurait pu imaginer une diminution des tarifs pour les soignants réfractaires au travail en réseau. Mais un échec du projet retarderait de plusieurs années le développement d’un modèle qui répond au besoin de coordonner et d’optimiser les interventions d’une médecine moderne toujours plus complexe. Un modèle qui conjugue les exigences d’économicité et de qualité.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/20488
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/20488 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    René Levy says:

    Il est facile de voir l’avantage qualitatif d’une prise en charge multi- plutôt que monodisciplinaire. Il est moins évident qu’un contexte qui mesure la qualité des prestations de santé par la faiblesse de leur coûts motive suffisamment les acteurs pour maintenir une médecine réellement bonne, me semble-t-il…

  • 2
    Pierre-Alain Schneider says:

    Voilà un discours logique, mais technocratique. Car la vrai vie est un peu différente.
     
    Le réseau actuel permet un économie de prime qui correspond (si l’assureur joue le jeu) à l’économie réelle. L’économie profite donc à tous les assurés et attire donc les jeunes. Ceci permet au réseau de se développer et rester séduisant.
     
    La loi ajoute une réduction de la part des coûts à charge du malade (et une pénalisation des assurés réfractaires au réseau, ce qui équivaut à une augmentation caché des primes). Cette économie supplémentaire ne touchera donc que les assurés coûteux et ce sont eux que l’on veut maintenant attirer dans le réseau. Dès lors, le réseau aura beaucoup plus de peine à être économique et sera mis sous pression. Il faut donc en attendre une dégradation des soins du réseau qui sera, peut-être, une façon d’écarter les patients coûteux.
     
    L’hypothèse que le réseau est beaucoup plus efficace que la médecine indépendante n’a pas été vérifiée à large échelle et on oublie volontiers les contraintes paperassières qu’il induit. Ma foi, confier les décisions à une administration rigide et peu compétente est un art qui n’est pas nouveau. Tous les régimes totalitaires l’ont expérimenté avec les résultats que l’on sait.
     
    Voilà pourquoi les théoriciens plus favorables aux réseaux que les praticiens, voilà pourquoi la FMH a d’abord soutenu cette loi pour découvrir finalement que la grande majorité des médecins y était opposée, voilà pourquoi des parlementaires fédéraux se voient lourdement désavoués par leurs délégués.
     
    Qui aura le courage de ne plus se contenter d’écouter les chantres des économies de la santé, mais d’aborder en face la vraie question: voulons-nous vraiment mettre les progrès de la médecine moderne à disposition de tous?

Les commentaires sont fermés.