Mode lecture icon print Imprimer

Présidentielle française: le corbeau et le renard

Non, le second tour ne dépend pas de Marine Le Pen

Photo Rémi Noyon Photo Rémi Noyon (licence CC)
icone auteur icone calendrier 24 avril 2012 icone PDF DP 

Thématiques

Parmi tous les commentaires entendus à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle française, nous en avons retenu un, partagé aussi bien par la presse hexagonale qu’étrangère: «l’ouragan» Marine Le Pen qui tiendrait les clés du second tour.

Un «ouragan», vraiment? La fille, avec 17,9% des suffrages exprimés, fait certes mieux que le père en 2007 (10,4% des suffrages). Mais le Front national fait moins bien que la droite nationaliste en 2002 (Le Pen 16,9% et Mégret 2,3%). Sur dix ans, le score du FN ne s’améliore donc que marginalement, et la droite nationaliste est même en recul. On ne peut dénier pourtant à Marine Le Pen d’avoir consenti des efforts pour renouveler l’image et élargir la thématique de manière à pouvoir présenter le FN comme un parti « normal ».

Il importe aussi de se souvenir que Jean-Marie Le Pen avait obtenu 14,4% des suffrages en 1988 et 15% en 1995. Compte tenu de la situation économique actuelle (le pouvoir d’achat, l’emploi et le chômage viennent en tête des préoccupations de l’électorat français), la progression du FN sur une quinzaine d’années n’a rien d’exceptionnel, ni, surtout, de spectaculaire.

En fait, c’est le score du FN de 2007 qui était «anormal». Avec un discours très marqué à droite, le candidat Sarkozy était parvenu à siphonner une partie de l’électorat du FN, et beaucoup s’étaient «émerveillés» de cette performance qui «décapitait» la mouvance nationaliste. Mais le siphonage était opportuniste – à l’image de tout ce qu’a dit et annoncé pendant cinq ans le président sortant.

C’était un peu la fable du corbeau et du renard. L’électorat du FN s’est fait prendre une fois. Pas deux. Ce qui réduit d’autant la perspective d’un bon report des voix sur le président-candidat. Dès lors Marine Le Pen ne détient aucune clé pour le 6 mai. Et c’est tant mieux!

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/20434
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/20434 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Elle a quand même eu 6.5 millions de voix, ce qui est du jamais vu car en 2002 son père s’était qualifié pour le deuxième tour avec 4.8 millions de voix « seulement », en bénéficiant de la forte abstention et de la dispersion des candadidatures (16 candidats). Au 2ème tour son père avait eu 5.5 millions de voix. Elle a donc fortement progressé par rapport à ce score, dans un scrutin à 10 candidats seulement, et à très forte participation. 

    Elle a donc réussi son pari et a assis sa légitimté d’héritière politique. Ce n’était pas gagné d’avance. C’est une performance remarquable qui écarte définitivement les espoirs que certains nourrissaient de voir le lepènisme disparaître avec son fondateur. Ce courant s’enracine donc dans le paysage politique  français comme une force permanente dans la longue durée.

    Mais vous avez raison de dire que 18% des voix, c’est moins que ce qu’on pouvait espérer, ou craindre (selon le point de vue). Je pensais qu’elle dépasserait les 20% et peut-être même battrait Sarkozy au 1er tour. Je me demande maintenant si la « dédiabolisation » de son image l’a aidé à améliorer ce résultat où si au contraire elle aurait fait mieux en maintenant une ligne plus dure.

    Elle apparaît néanmoins comme la grande gagnante, peut-être encore plus que si elle avait été au 2ème tour, parce que dans ce cas on aurait eu un grand barnum sur le thème « la république est en danger » tandis que là on a une situation classique de bipolarisation, mais chacun pèse le poids énorme de son électorat. Et personne ne rit, ni ne s’évade plus dans le déni irrationel. Tout le monde courtise Marine Le Pen et son électorat.

    Si elle n’est pas l’arbitre cette fois, elle le sera de plus en plus à l’avenir.

    On dit qu’elle espère la défaite de Sarkozy pour devenir plus vite le chef d’une droite recomposée. C’est peut-être un calcul qu’elle fait et elle le gagnera peut-être car Hollande semble condamné à être élu. Certainement la défaite de Sarkozy fera exploser l’UMP, mais personnellement je pense que Marine Le Pen a un très grand avenir dans les deux cas de figure.

    En effet, peu importe qui de la « droite » ou de la « gauche » gagne cette élection présidentielle. Dès le lendemain de l’élection le fléau des marchés financiers et des créanciers va s’abattre impitoyablement sur la France qui sera rapidement logée à la même enseigne que la Grèce, ou presque. Je pense que les coupes budgétaires, les baisses de pouvoir d’achat le démantelement social qui vont s’opérer seront d’une telle brutalité que rapidement les deux partis européistes vont tomber ensemble dans une impopularité et un discrédit tels, qu’ils ne seront plus capables d’obtenir une majorité ni l’un ni l’autre, ni même réunis. Donc de toute façon le retour à la souveraineté nationale s’imposera tôt ou tard comme le seul recours.

    Je pense que Marine Le Pen a des chances d’être présente au 2ème tour en 2017 et d’être élue en 2022. Car je suis certain que le peuple français n’acceptera pas de payer le prix amer de la fuite en avant dans laquelle la classe politique soumise à Bruxelles est déterminée à poursuivre.

    Le peuple, français refusera d’être sacrifié sur l’autel de l’euro. Au XXe siècle il s’est accomodé de Pétain et de de Gaulle pour se sortir de situations accablantes (défaite de 40, guerre d’Algérie). Il s’accomodera de celui ou celle qui lui permettra de se tirer du naufrage européen. Même si cette personne s’appelle Le Pen.

  • 2
    Jaussi says:

    Le FN fait 18 % lors de l’élection présidentielle. Suivront les législatives durant lesquelles le FN a peu de chance d’obtenir des sièges, le cas échéant très peu, à l’assemblée nationale. Cela tient au système électoral français. C’est dommage, car il serait préférable de voir le FN dans le travail parlementaire national. C’est le meilleur moyen de les garder sous contrôle. L’UMP en serait fragilisée il est vrai, mais la transparence en gagnerait.

    En ce qui concerne le 2ème tour des présidentielles et les législatives qui suivront, on ne peut pas encore totalement exclure une cohabitation qui pourrait en résulter, soit avec Sarkozy avec un gouvernement de gauche ou soit Hollande avec un gouvernement de droite. Dans les deux cas, la donne changerait totalement. Dans le cas de Sarkozy, il devrait se calmer et laisser le gouvernement de gauche gérer. Dans le cas de Hollande, l’inverse. Dans les deux cas, la présence du FN au parlement devrait être telle que l’UMP ne soit pas dépendante de ses voix. Ce serait mauvais.

Les commentaires sont fermés.