Mode lecture icon print Imprimer

Que signifie l’harmonisation fiscale que réclame l’Union européenne?

Pour comprendre ce qui est en jeu dans le conflit entre l’UE, la Suisse et certains cantons

L’Union européenne exige de nous  l’application du code de conduite sur la fiscalité des entreprises (DP 1873). Elle veut donc nous interdire de les favoriser par des subventions ou des réductions d’impôts.

Or les cantons attirent les entreprises par des franchises ou des rabais temporaires d’impôts, mais aussi par des systèmes d’imposition discriminatoires qui favorisent les entreprises étrangères et leur permet d’éviter les impôts qu’elles devraient payer là où elles ont leurs activités principales.

Renoncer à ces faveurs, c’est pour un canton perdre des emplois et surtout modifier les structures de ses recettes. En effet, la concurrence fiscale a fait se développer des politiques cantonales très contradictoires, jouant tantôt sur le taux d’impôt sur les bénéfices, tantôt sur l’impôt sur le capital ou encore les franchises d’impôt temporaires ou des taux réduits pour les revenus de la propriété intellectuelle, en fonction de leurs structures industrielles et de leur environnement économique.

La suppression de l’imposition privilégiée des entreprises internationales pose donc problème dans la mesure où les cantons ont des intérêts divergents, d’où leur exigence d’être associés à ces négociations.

Les réductions, voire la suppression totale de l’impôt sur les bénéfices, notamment celles accordées dans le cadre de l’arrêté Bonny, sont les premières visées: elles permettent d’attirer des entreprises qui souvent repartent après l’échéance de 10 ans, à moins qu’on renouvelle tout ou partie de l’exemption sous prétexte de nouveaux investissements. Neuchâtel a négocié avec les bénéficiaires une sortie progressive, sur 5 ans, du régime d’exemption; mais il a dû, pour cela, réduire de moitié (à deux fois 5 %, canton et communes), son taux d’impôt sur les bénéfices des sociétés. Il en attend une augmentation des recettes, car le taux effectif moyen de son impôt était jusqu’ici bien plus bas. Vaud ou Fribourg par exemple ne pourront en faire autant car une réduction importante de l’impôt sur le bénéfice des personnes morales mettrait en péril l’équilibre de leurs finances et appliquer les taux actuels aux entreprises attirées par des privilèges fiscaux les ferait pour la plupart repartir.

Est également contestée la franchise d’impôts cantonaux sur les bénéfices de participations à des sociétés étrangères (art. 28 al. 2, 3 et 4 de la loi sur l’harmonisation fiscale LHID), bien qu’elle s’inspire de la directive européenne sur les sociétés mères et leurs filiales.  Or ce sont ces franchises d’impôt qui attirent dans notre pays les holdings, les sociétés de domicile et autres sociétés mixtes et boîtes aux lettres. Nos voisins européens estiment qu’on leur vole ainsi des bénéfices qui devraient être imposables chez eux.

Ces franchises d’impôts sur les bénéfices d’entreprises actives dans les pays de l’Union constituent il est vrai des avantages fiscaux qui influencent la localisation des entreprises. Y renoncer pourrait bien inciter ces sociétés à quitter la Suisse. On y perdrait des emplois, mais surtout l’impôt cantonal sur le capital et les recettes de l’impôt fédéral direct, dont 13% est reversé aux cantons. Pour atténuer les conséquences de cette renonciation et éviter cet exode, il est possible de déduire de l’impôt sur le capital les montants payés au titre de l’impôt sur les bénéfices, ce qu’autorise la LHID. On pourrait également réduire l’impôt sur le capital des holdings et des sociétés de domicile (comme l’a fait Neuchâtel en le divisant par 100, au taux de 0,005 pour mille). Certains cantons, comme Zoug notamment, ont déjà des taux d’impôt sur le capital suffisamment attractifs pour continuer d’attirer des holdings et des sociétés de domicile. Mais d’autres ne pourront le faire sans remettre en cause leur équilibre budgétaire.

Si les cantons en venaient à devoir renoncer à la franchise sur les bénéfices de participation dans des entreprises étrangères, ils devraient fixer un taux d’imposition sur les personnes morales suffisamment bas pour continuer d’attirer des sociétés de participation ou tout au moins conserver celles qu’ils abritent et maintenir leur tissu industriel, mais suffisamment élevé pour ne pas trop réduire leurs recettes sur les bénéfices de toutes les autres entreprises du canton. C’est en effet de là que provient l’essentiel des ressources de cantons comme Bâle, Zurich ou Genève notamment.

Une concurrence féroce risque alors de s’ouvrir entre cantons ayant attiré suffisamment de sociétés pour pouvoir se permettre des taux d’imposition relativement bas et ceux qui ne peuvent se passer des ressources fiscales des entreprises. On pourrait cependant imaginer soit d’harmoniser les taux d’imposition des personnes morales, soit de ne plus les imposer qu’au niveau fédéral, éventuellement à un taux plus élevé. S’ajoute à ce dilemme la présence ou non d’entreprises de pays non européens, et notamment américaines, qui ont quelquefois intérêt à payer en Suisse des impôts qu’elles peuvent déduire de la facture fiscale de leur pays.

Enfin il est difficile de savoir comment les différences de taux d’imposition et de pratiques fiscales entre cantons pourraient être interprétées. Elles ont clairement un effet sur l’implantation des entreprises et on ne peut pas exclure que la Commission, responsable à Bruxelles de l’application du code, les considère comme une concurrence fiscale dommageable.

C’est donc à des décisions difficiles que devront maintenant se préparer nos négociateurs, et avec eux les cantons et le Parlement.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/20329
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/20329 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • OUI, merci Lucien Erard de ces explications complexes, dues en grande partie à la complexité chaotique de notre système fiscal suisse où les cantons ont encore beaucoup (trop) à dire.
    J’en reviens à un de mes thèmes favoris, l’archaïsme du fédéralisme en Suisse. Prenons 4 des plus grands pays du monde de type fédéral: l’Inde, les Etats-Unis, le Brésil et l’Allemagne. Si vous divisez pour chacun d’entre eux leur population totale par le nombre d’Etats qui le composent, vous obtenez pour ces 4 pays dans l’ordre ci-dessus un Etat moyen de respectivement 43, 6, 7.5 et 5 millions. Pour la Suisse il est de 0.3 millions…
    Quand donc nos politiciens comprendront-ils que nous ne vivons plus au XIXe siècle et que la structure d’un Etat fédéral pour un si petit pays est complètement archaïque et déconnecté de la réalité sociale, économique (et aussi fiscale, objet de l’article de Lucien Erard) et politique dans lesquels notre population – en particulier ses classes les plus modestes - vit ?

    • 1.1
      Pedro del Río says:

      Chère Nour, les Etats des USA ne peuvent pas avoir une population moyenne de 43 millions d’habitants car le plus peuplé d’entre eux n’arrive pas à 40 millions. Une moyenne de 4.3 millions me parait plus réaliste.

      Je ne suis pas d’accord que la structure fédérale ne soit pas bonne pour la Suisse. N’oubliez pas que la Suisse est composée de zones linguistiques clairement différentes, avec des cultures, des pratiques et des sensibilités différentes. Seulement une structure fédérale peut en tenir compte.

    • Bonjour Pedro del Rio
       
      D’abord une précision, je suis un homme; c’est vrai que le prénom nour, bien que mixte, est plus souvent donné à une femme. Le mot nour en revanche, qui signifie lumière, est sauf erreur du genre masculin en arabe, et est aussi un surnom de Mahomet, peu suspect d’être une femme! Ce n’est pas du tout vouloir être gonflé de ma part de prendre lumière comme surnom, je n’ai pas du tout cette prétention, c’est d’abord un mot que je trouve expressif, et puis, c’est, comme je l’avais expliqué il y a quelques mois, en hommage à nos compatriotes musulmans, dénigrés de façon globale et grotesque par toute la faune et la fange UDC de ce pays, que je l’avais choisi.
       
      J’en viens aux 43 millions; ils concernent l’Inde, premier pays cité de ma liste; pour les Etats-Unis c’est donc 6 millions, pour le Brésil 7.5 et pour l’Allemagne 5.
       
      Sur l’Etat fédéral, vous ne partagez pas mon point de vue, pas de souci, nous sommes en démocratie.

      J’ajoute juste que notre Etat fédéral profite essentiellement aux classes aisées (notamment au point de vue fiscal, sujet de l’article de Lucien Erard), et que si vous êtes un citoyen lambda, pour trouver un emploi, un logement, gagner sa vie et s’y débrouiller, la complexité de nos structures fédérales vous défavorise de mille manières.
       
       Dans mon cas, «pur romand d’origine», j’ai toujours été domicilié dans le canton de Neuchâtel et ai passé l’essentiel de ma vie professionnelle (encore aujourd’hui), tant privée que publique à Berne, cela me serait complètement saucisse («wurst!»), bien que de «culture» neuchâteloise du Haut du canton, que les cantons politiques disparaissent.
      Beaucoup de Suisses en effet s’illusionnent d’un pays à la Heidi, qui n’existe en fait que pour les Japonais et autres touristes exotiques.

  • On peut encore préciser que la déduction pour participations qualifiées (art. 28 al. 1 LHID) concerne aussi les sociétés dites de domicile et s’applique avant les autres déductions, et bien avant les exonérations temporaires.
    Et pour parachever la situation inextricable dans laquelle se trouvent les cantons, on doit signaler la nécessaire équité de traitement entre multinationales récemment établies chez nous et celles qui y sont nées et que nous avons réussi à conserver depuis parfois plus d’un siècle…
    Quelles que soient les solutions, le trend est malheureusement clair: la fiscalité qui s’applique au facteur capital va tendre vers zéro. C’est le « bénéfice » de la « concurrence fiscale ». Et comme il faut continuer à financer les tâches publiques – y compris au profit des employés et rentiers de ces sociétés – il est inévitable d’augmenter la fiscalité qui pèse sur le facteur travail. Les coûts relatifs de ces deux facteurs de production n’ont pas fini de se creuser. On peut en déduire la manière dont va évoluer l’économie et l’emploi dans les décennies à venir…

Les commentaires sont fermés.