Mode lecture icon print Imprimer

S’approprier l’espace public à San José de Costa Rica

De notre correspondante particulière

Photo Ch. Robert Photo Ch. Robert

«S’approprier l’espace public» tel est le slogan lancé par un groupe de jeunes citoyens soucieux de contrecarrer la réputation de violence que la capitale joséphine a acquise ces dernières années. Ces courageux citadins ont initié des promenades nocturnes à travers la ville.

Statistiquement la violence a certes augmenté, due principalement à l’intensification du trafic de drogue. Mais pour ces citoyens, l’image que les gens se font de ce qui se passe la nuit dans leur ville n’a pas grand-chose à voir avec la réalité. Les médias sont malheureusement en grande partie responsables de cette vision apocalyptique de la plupart des habitants, vision que ces derniers se plaisent à partager et à «enjoliver».

Le raisonnement de ce groupe d’activistes? Si les gens occupent les rues, la délinquance sera plus difficile, les habitants auront moins peur et ils sortiront plus. C’est le cercle vertueux contre le cercle vicieux des rues vides. La première balade nocturne a réuni 150 personnes. L’autre jour nous étions une cinquantaine, d’abord dubitatifs quant à la nécessité de se voir encadrés par deux policiers, mais finalement heureux d’être protégés pour traverser la route.

Nous avons commencé la promenade à la nuit tombée à l’ancien parc de la gare. De la gare il ne reste que le bâtiment, le train ne va plus à l’Atlantique apporter le café aux bateaux qui l’amènent aux Etats-Unis et en Europe. Il ne reste qu’un train de banlieue et le transport des marchandises se fait par la route. Au milieu du parc trône un monument à la victoire des pays centraméricains sur les conquérants nord-américains. On a oublié que les velléités septentrionales sur ce continent, même si elles étaient l’œuvre d’entreprises privées, ont fait couler beaucoup de sang.

La promenade ressemblait un peu à une visite guidée. Mais comme ce pays est surprenant, ce fut un double plaisir. Nous avons déambulé sur une large avenue – chose rare dans ce village hypertrophié –, la Promenade des Dames, la première rue qui a bénéficié de l’éclairage public. San José fut pionnière en la matière puisqu’elle est la troisième ville du monde à avoir installé l’éclairage public électrique. Cette avenue autrefois piétonne est aujourd’hui dévorée par le trafic automobile.

Nous avons passé aussi par un grand hôpital et appris qu’il est assis sur le premier réservoir d’eau de la ville. Puis par le Musée national, l’ancienne caserne où ont été proclamées la deuxième république et la suppression de l’armée. C’est Pepe Figueres – le père de l’actuel Figueres sur la sellette pour détournement de fonds publics – qui a solennellement démoli un mur avec une masse et donné les clés de la caserne au Ministre de l’éducation. Cette décision a été prise au terme d’une guerre civile…. qui a duré trois semaines et a fait une vingtaine de morts.

Il faut dire que l’éclairage public est somptueux. Sur l’esplanade qui est entourée par les différents tribunaux, on joue au football de jour mais on pourrait aussi le faire la nuit. Ceux qui ont lancé les balades nocturnes ont aussi organisé un grand bal dans un parc lors de la Saint-Valentin.

Mais mettre fin à la peur n’est pas le seul objectif de ces activistes. Dans un pays en développement, ce sont les pauvres qui marchent. Il s’agit donc de redorer le blason de ce moyen de locomotion et, en redonnant goût aux gens de marcher de jour comme de nuit, de réduire le trafic. Ces activistes ont aussi lancé l’idée de la transversale cyclable. Là aussi le travail sur les mentalités sera considérable.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/19987
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/19987 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.