Mode lecture icon print Imprimer

L’UDC veut l’inégalité entre les familles

L’UDC prétend se préoccuper du sort des familles. En réalité, c’est la famille traditionnelle qu’elle veut promouvoir

Les familles qui placent leurs bambins en crèche bénéficient depuis l’an passé d’une déduction fiscale plafonnée à 10’100 francs. Et pourquoi pas les parents qui se chargent eux-mêmes de la garde de leurs enfants, comme le revendique l’initiative de l’UDC Pour les familles au nom de l’égalité de traitement? Parce qu’un tel allégement conduirait de fait à une inégalité de traitement.

Le paradoxe n’est qu’apparent.  La famille qui confie la garde de sa progéniture à des tiers assume un coût qui diminue son revenu disponible. A situation financière de départ égale, celle qui garde ses enfants à domicile dispose d’un revenu supérieur. La déduction accordée à la première permet de rétablir l’égalité.

Il ne faut pas chercher une dimension sociale dans l’initiative de l’UDC. Sa visée est clairement idéologique.

Au Parlement, les députés de la droite conservatrice ont refusé la déduction pour frais de garde. Seuls les parents qui assurent eux-mêmes la garde «assument toutes leurs responsabilités à l’égard de leur progéniture». Et Ueli Maurer n’hésite pas à puiser sa démonstration dans le monde animal pour justifier la place de la femme au foyer. Pour l’UDC, la crèche constitue une «mise sous tutelle des parents» et une «étatisation des familles avec enfants». Sa revendication en faveur la famille traditionnelle ne s’explique que par son échec préalable à empêcher la déductibilité des frais de garde.

Son souci de prétendue égalité de traitement n’est qu’un pis-aller. Car pour l’UDC, la procréation est affaire privée; elle relève de la responsabilité personnelle. Dans le droit fil de ce postulat, ce parti s’est opposé avec constance à toutes les mesures en faveur de la famille: de l’assurance maternité au programme d’impulsion pour les crèches, de la journée scolaire continue aux allocations familiales, d’une politique sociale du logement à l’aménagement des horaires de travail.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/19789
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/19789 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Cer argument est parfaitement spécieux.

    Il est bien évident que les couples vivant d’un seul salaire ont un revenu moitié moindre que ceux où les deux travaillent. Ce sont donc ces couples à un seul salaire qui mériteraient normalement un soutien spécial: allocations familiales ou déduction fiscale. La déduction de 10’000 frs pour ces couples à deux salaires est donc un privilège accordé à une catégorie plus riche, prétéritant une catégorie moins aisée, 

    Mais l’UDC se contente de demander le même traitement dans les deux cas. Ainsi elle ne s’oppose même pas à la tendance aux familles sans parent à la maison, ce que l’on devrait lui reprocher car il est évident que les jeunes enfants ont besoin d’une présence maternelle ou paternelle, les éducateurs n’étant qu’un pis aller.

    Le privilège fiscal accordé aux couples n’assumant pas pleinement leurs obligations envers leurs progéniture est donc une volonté inique de détruire la cellule familiale traditionnelle, pour la remplacer par le système de collectivisation de l’enfance qui a toujours été le projet de tous les régimes communistes.

    Comme nous sommes encore dans une économie de marché, ce système aura pour conséquence que seuls les enfants dont le papa a un TRES gros salaire auront la chance de connaître un foyer et d’être entourés d’une affection dont chacun a besoin !   
     
    Bonjour les dégâts !

    • 1.1
      Stéphane Boisseaux says:

      Votre argument initial, curieux, n’est pas correct.
      Les couples vivant d’un seul salaire n’ont pas nécessairement un revenu moitié moindre, tout dépend des salaires en question. C’est là que le bât blesse : pourquoi travaille-t-on à deux dans un couple ? Dans un nombre de cas que vous ne prenez visiblement pas en considération, c’est parce que le revenu de chaque conjoint est bas. De tels couples ont plus ou moins le choix, et sans doute plutôt « moins » que « plus ». A contrario, dans un pays comme le nôtre, où le chômage est bas, les familles où seul un conjoint travaille le font par choix. Dans ce cas, il y a fort à parier que le revenu du conjoint qui travaille est assez élevé.
      Je laisse aux parlementaires PDC et PLR qui ont voté la déduction pour frais de garde la responsabilité de vous répondre sur leur soutien, probablement inconscient, à un projet collectiviste et communiste.

    • 1.2
      Curieux says:

      « Je laisse aux parlementaires PDC et PLR qui ont voté la déduction pour frais de garde la responsabilité de vous répondre sur leur soutien, probablement inconscient, à un projet collectiviste et communiste. »

      Leur soutien, cher M. Boisseaux, était probablement inconscient en effet. Mais en même temps il est révélateur du fait que ces deux partis se sont laissé entraîner par l’ambiance post soixante-huitarde féministe et gauchisante au point d’abandonner, au profit d’une concession incroyable à la doxa socialiste,les fondements philosophiques qui étaient les leurs: fondement catholique et conservateur pour le PDC, ce qui devrait impliquer une conception traditionnelle de la famille, et fondement libéral pour le PLR ce qui impliquerait de s’opposer, au nom de la responsabilité individuelle, à une approche issue du socialisme scandinave des années 70.

      Il y apparemment un consensus dans le mainstream, dont vous semblez faire partie, sur ce genre d’approche que personnellement je juge clairement collectivistes. C’est pourquoi mon propos vous paraît excessif. Mais ceci signifie surtout que les partis du centre – centre droit PLR, PDC, PBD,et autres mouvances issues des vieux courants conservateurs radicaux et libéraux, ont totalement abandonné les aspects conservateurs qui dominaient dans leur discours il y a encore 25 ans. On est passé du radicalisme de G.-A. Chevallaz à celui de Fathi Derder et de la démocratie chrétienne de Guy Genoud à celle de J. Neyrinck. Plus un atome de conservatisme là dedans, au contraire: un combat rageur contre les dernières traces de conservatisme.

      L’opinion, elle, est restée plus conservatrice que les médias et la classe politique. Pas étonnant dans ces conditions que l’UDC ait siphoné le gros des électeurs de l’ancien parti conservateur, du grand vieux parti radical et du parti ex « libéral-conservateur ». Comme plus personne ne voulait d’eux, les conservateurs de tous les partis votent désormais UDC.

    • 1.3
      Stéphane Boisseaux says:

      Cher Curieux, je suis désolé de vous avoir tendu ce chiffon rouge sur les Radicaux et Démocrates Chrétiens, du coup vous en avez oublié de répondre à mon argument de fond!

    • Bien sur que si M. Boisseaux. Je vous ai répondu.
      La tendance post soixante-huitarde qui règne en matière de politique familiale et qui d’ailleurs existe aussi en matière scolaire (Harmos arrache les gosses à leurs parents pour les livrer à l’état dès l’âge de 4 ans!) tout cela peut et doit être vu pour ce que c’est: une destruction fondemantale de la famille dans un esprit COLLECTIVISTE. C’est présenté dans un style plus soft mais le résultat est le même que dans le communisme pur sucre. C’est exactement ce que les trostskistes ont toujours prôné, Transition en douceur vers le socialisme au lieu de la brutalité stalinienne. On y est, et en plus avec la bénédiction du mainstream bourgeois libéral social démo chrétien centriste widmer-schlumpfiste et même avec votre bénédiction à vous qui n’êtes certainement pas communiste et vous êtes très étonné d’être mis dans un même paquet marxiste.
      Jésus avait dit: «pardonnez leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.» Cette parole s’applique parfaitement à cette situation ou des bourgeois censément centristes ou même de droite appuient des projets communistes, sans même en être conscients.
      Ai-je été suffisament précis?

    • 1.5
      Stéphane Boisseaux says:

      Je me suis mal fait comprendre, cher Curieux, et j’en suis désolé. Je parlais des premières lignes de mon commentaire, et du vôtre aussi d’ailleurs, sur la question des salaires des couples. C’était en fait ce qui m’importait, après tout j’y mettais en cause votre argument initial. Certes rien ne vous oblige à me répondre sur ce point, mais cela me peine que vous n’ayez réagi que sur le reste, qui n’était somme toute qu’un clin d’oeil périphérique (quoique j’aie bien lu vos commentaires qui m’ont montré que c’était, pour vous, bien davantage).   

  • « pour l’UDC, la procréation est affaire privée; elle relève de la responsabilité personnelle ». Ah bon, pas pour vous ?
    Pour le reste, lea arguments de curieux tiennent la route. C’est un peu simpliste de classer comme pauvres ceux qui sont deux à travailler, alors que les autres seraient riches. Et ce n’est pas parce que la proposition vient de l’UDC qu’il faut automatiquement la tourner en dérision.

  • @Galilée et @curieux
    « C’est un peu simpliste de classer comme pauvres ceux qui sont deux à travailler, alors que les autres seraient riches. »
    Ni Jean-Daniel Delley, ni Stéphane Boisseux n’ont dit cela.
    L’UDC, dont vous semblez proches, est très coutumier de ces simplifications fausses, de qu’on appelle, depuis Socrate et Platon, des sophismes.
    Qu’est qu’un sophisme ? Un exemple simple: Un cambriolage a eu lieu, on a arrêté les cambrioleurs, ces sont des Géorgiens… donc tous les Géorgiens sont des cambrioleurs.
    Ou si vous aimez mieux : Ueli Maurer a une intelligence limitée, Ueli Maurer est un UDC …donc tous les UDC ont une intelligence limitée.
    L’UDC a pourri le climat politique suisse en recourant à des sophismes pour tous les thèmes qui lui sont porteurs.

Les commentaires sont fermés.