Mode lecture icon print Imprimer

Banquier: un métier ennuyeux

«Une once de prévention vaut une livre de soins»

La crise des subprimes (2007-2008) est derrière nous. Mais pas la crise financière qui en a résulté. La conjoncture reste anémique aux Etats-Unis et les pays européens sont confrontés à une crise de la dette qu’ils entendent maîtriser, pour la plupart, par des politiques d’austérité. N’y a-t-il pas d’alternative?

Domaine Public, nous avons été intéressés par une tribune d’André Orléan, directeur de recherche au CNRS, sur la «définanciarisation de l’économie». L’auteur relève que les prix des marchandises reflètent généralement correctement l’information dont les agents économiques ont besoin pour adapter leur comportement : une hausse du prix de l’énergie conduit les ménages et les entreprises à utiliser de manière plus économique et rationnelle l’énergie et à développer des appareils moins gourmands, par exemple. Il n’en va pas de même des prix (les taux d’intérêt) sur les marchés financiers qui peuvent au contraire fournir durablement des informations erronées et conduire les agents économiques à adopter des comportements eux aussi erronés.

A. Orléan relève notamment que les marchés ont manifesté une «forte myopie» lorsqu’ils ont déterminé les taux d’intérêt applicables aux dettes publiques des différents Etats de la zone euro lors de sa création. Ces taux sont devenus quasi identiques pour tous les pays participants, alors qu’ils divergeaient fortement auparavant, et à nouveau depuis 2008-2009. Même les prix des entreprises cotées en bourse peuvent devenir fantaisistes. La bulle internet (dot.com) a montré que les cours pouvaient devenir totalement déconnectés de la réalité. De même pour la bulle des subprimes et des titrisations, avec des marchés qui ont vécu quelques années dans l’euphorie puis qui sont tombés dans la sinistrose.

Les taux d’intérêt pratiqués par les marchés financiers à l’égard des dettes publiques sont aussi déconnectés des réalités selon A. Orléan. L’Italie est «sanctionnée» de manière déraisonnable incitant «à des politiques de rigueur exagérées». Quant à la crise financière de 2007-2008, elle n’a pas été stoppée «par l’action des supposées propriétés autorégulatrices de la concurrence financière», mais par l’action des gouvernements et des banques centrales.

Partant de ce constat, A. Orléan considère qu’il n’est pas suffisant d’améliorer la transparence financière. Il faut parvenir à «définanciariser nos économies»: «En son principe, la définanciarisation repose sur la constitution de pouvoirs d’évaluation hors des marchés (entrepreneurs, syndicats, pouvoirs publics, associations), aptes à proposer des finalités conformes à l’intérêt collectif.» Par ailleurs, Orléan accorde un rôle important à la banque centrale qui est «un acteur spécialement outillé pour s’opposer aux marchés financiers et à leurs évaluations».

Sur notre faim

Mais encore? Nous ne cacherons pas que nous sommes restés sur notre faim. Mille auteurs ont déjà procédé à une analyse de la récente crise financière. Bien que son ampleur soit sans précédent depuis celle des années trente, elle n’est qu’une xième spéculation financière qui a particulièrement mal tourné, en partie parce que la finance s’est internationalisée («globalisée») depuis une trentaine d’années.

Sans remonter très loin, et pour ne citer que les plus «célèbres», on rappellera les crises financières du Mexique, de l’Argentine, de la Russie, de plusieurs pays asiatiques, de l’Islande. Plus généralement, Philipp Hildebrand, président de la Banque nationale suisse, dans un exposé présenté lors d’une conférence de la Federal Reserve de Chicago, en septembre 2009, indiquait qu’entre «1973 et 1997 seulement, il y a eu 139 crises financières documentées dans différentes parties du monde.»

Oligarchies distinguées et soudées

Assurément, la dernière en date des crises financières a pris des proportions considérables. Mais pouvait-il en être autrement lorsqu’on sait que la part des profits de l’industrie financière américaine par rapport au total des bénéfices des entreprises de ce pays a augmenté de 10% au début des années 80 à un maximum de 40% en 2007, et que la part de la capitalisation boursière de cette même industrie financière a passé de 6% du total à 19%. « Ces proportions apparaissent d’autant plus impressionnantes – même insoutenables – si vous observez que les services financiers représentent seulement 15% de la valeur ajoutée de l’économie américaine, et pas plus de 5% des emplois du secteur privé » écrit The Economist du 22 mars 2008.

Et qui y a-t-il derrière ces crises? Simon Johnson, ancien chef économiste du FMI, décrit sans fard la cause de la plupart des crises qui conduisent des pays au bord de la banqueroute à s’adresser à cette organisation internationale. «Typiquement, ces pays sont dans une situation économique désespérée pour la simple raison que les élites puissantes qui les composent profitent à l’excès des bonnes périodes et prennent trop de risques. Les gouvernements des marchés émergents et leurs alliés du secteur privé forment la plupart du temps une oligarchie aussi distinguée que soudée qui gère le pays comme une entreprise à but lucratif au sein de laquelle ils exercent le rôle de contrôle dévolu aux actionnaires. (…) Ces maîtres de leur mini-univers font certes des investissements qui bénéficient clairement à l’ensemble de l’économie, mais ils se mettent aussi à faire des paris plus grands et plus risqués. Ils estiment – avec raison, dans la plupart des cas – que leurs relations politiques leur permettront de veiller à ce que le gouvernement résolve les éventuelles difficultés qui pourraient en découler.»

Est-ce à dire que les causes profondes des crises dont parle S. Johnson sont spécifiques aux pays émergents? Les oligarchies qui se croient «maîtres de ces mini-univers» n’existent-elles pas aussi dans nos pays développés? La question mérite pour le moins réflexion si l’on considère la politique du parti républicain aux Etats-Unis qui soutient sans réserves ni scrupules les agissements passés de Wall Street, et attribue au gouvernement fédéral la responsabilité de la crise des subprimes. Ou la manière dont le premier ministre conservateur britannique prend ses distances au sein de l’Union européenne pour «préserver les intérêts de la City».

Amartya Sen et Adam Smith

Amartya Sen, prix Nobel d’économie, propose une lecture différente de la récente crise. Manifestement l’idée de concevoir un «autre»capitalisme ne l’attire guère. Il puise, ô paradoxe pour qui ne connaît pas vraiment les écrits d’Adam Smith (1723-1790), ses réflexions dans l’œuvre de celui qui est considéré comme le fondateur de l’économie politique moderne.

Amartya Sen relève en particulier que le terme «capitalisme» n’apparaît pas dans l’œuvre d’Adam Smith. Le capitalisme est une«invention» du 19e siècle. Aujourd’hui, le terme est-il toujours adéquat, se demande-t-il, si l’on considère l’ensemble des services (éducation, santé, transports, retraite) qui échappent en totalité ou en grande partie à l’économie de marché? Sait-on qu’A. Smith parle à plusieurs reprises des banquiers, auxquels il associe toujours les termes de prudence et de probité ? A l’inverse, il n’a aucune considération pour ceux, qu’il qualifie de «prodigues» qui promeuvent des risques excessifs afin de réaliser des profits. Discutant des lois contre l’usure, A. Smith souhaite une réglementation publique pour protéger les citoyens contre les «prodigues» qui proposent des prêts douteux, car sinon «une grande partie du capital du pays serait retiré des mains qui seraient les plus susceptibles d’en faire un usage profitable et avantageux, et jeté dans celles qui le plus probablement le gaspilleraient et le détruiraient». A. Sen est d’avis que la foi dans les capacités auto-correctrices du marché, qui est largement responsable des mesures de déréglementation, n’a pas pris en compte les activités des«prodigues», ce qui aurait choqué A. Smith.

On l’aura compris, la préoccupation centrale d’A. Sen n’est pas de savoir s’il faut ou non un nouveau capitalisme pour lutter contre les dérives du néolibéralisme, mais de favoriser «une nouvelle compréhension d’idées anciennes qui ont été malheureusement oubliées» avec l’objectif «de contribuer à instaurer un monde économique plus convenable».

Prudent et probe

Cette idée du «banquier prudent et probe» chère à Adam Smith a un côté rétro qui cadre mal avec les yuppies des «grandes places financières mondiales». Paul Krugman, autre prix Nobel d’économie, appelle depuis des années de ses vœux, dans ses chroniques bi-hebdomadaires du New York Times, une reréglementation du secteur financier de manière à ce que le métier de banquier redevienne ennuyeux, comme il le fut jusqu’au début des années 80, c’est-à-dire avant le début de la déréglementation dudit secteur.

On trouve aussi cette notion d’ennuyeux dans l’exposé déjà mentionné de Philipp Hildebrand, dans lequel il traite des mesures à prendre pour rendre le système financier plus résilient: «Conséquences de socles plus élevés de capitaux et de liquidités, les banques concernées paraîtront plus ennuyeuses. Leur taux de rendement sera plus faible. De même, leurs revenus seront moins volatiles et elles seront probablement plus bénéfiques pour l’économie dans son ensemble. De telles modifications doivent se traduire par un changement dans leur politique de rémunération. Celle-ci ne peut pas être une rue à sens unique; elle doit prendre en compte les risques encourus et être orientée sur le long terme.»

Voilà donc quelques premières réflexions autour de la définanciarisation de l’économie. Nous n’avons qu’effleuré un sujet que nous reprendrons dans les semaines à venir. Nos lecteurs et lectrices sont invités à y participer.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/19317
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/19317 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Ne convient-il pas que la cupidité, l’accaparement, la compétition et l’endettement (appelé hypocritement investissement) continuent à être de plus en plus encouragés par les pouvoirs publics de gauche comme de droite (par leur comportement et par leur fiscalité), pour que l’amélioration se produise par l’autodestruction du système?… Heureusement que, pour accélérer ce processus, « on » élit et réélit une majorité de gens qui cumulent les fonctions et/ou méprisent leurs électeurs…
    D’où nous viendra le secours?… Le secours vient de … (peut-être l’intérieur de nous-mêmes? Ce qui est peut-être moins facile que de lever les yeux vers les montagnes, ou vers les « autorités », ou vers le discernement…)

  • Excellent article de Jean-Pierre Ghelfi, c’est le type d’article qui aide à nous rendre intelligents.

    Trois modestes contributions :
    Par un hasard total j’ai un cousin qui faisait partie du bureau d’Economie Suisse. Il me disait, il y a déjà au moins 10 ans, que l’incompréhension était presque totale entre le monde industriel (dont il faisait partie) et le monde financier (banques,…), qui avait un poids complètement disproportionné par rapport à la réalité de l’économie productive. Le constat était donc déjà là et n’était pas ignoré, en tout haut lieu.

    La cupidité est le vrai problème et c’est un problème de société. Me trompais-je quand j’affirme que le rêve secret d’une grande majorité de nos concitoyens est de gagner un jour le gros lot à la loterie ? Parmi nos jeunes adultes j’ai l’impression que le taux de cette rêverie est effarant.
    Il n’y a qu’un concept qui peut faire changer quelque chose, c’est la solidarité. Mais il ne viendra que de la base, et certainement pas des autorités politiques, ni des partis, même de gauche. Quant on suppute en effet la différence entre les médianes du revenu et de la fortune de nos élus socialistes dans nos législatifs et celles des citoyens des classes sociales pauvres, cela doit aussi être effarant.  J’aimerais bien une fois que le parti socialiste calcule et publie ces chiffres, s’il en a le courage.

    Enfin dernière piste : l’énergie est le coeur de nos économies et c’est lui que l’on doit taxer, ou plutôt imposer, en priorité. Mais il faudrait aussi beaucoup de courage politique à la gauche pour plaider qu’une envolée des cours de l’énergie, en prétéritant dans un premier temps à coup sûr ces mêmes classes sociales pauvres, sera bénéfique à l’ensemble de notre société à moyen et long terme. Le vieux slogan de Lénine de 1920, «le communisme, c’est les Soviets plus l’électricité», est encore bien ancré dans les dogmes inamovibles de la gauche.

  • Adam Smith, Amartya Sen, Paul Krugman, André Orléan et quelques autres sont magnifiques de perspicacité mais ils sont la preuve que l’on a identifié le mal depuis le 18ème siècle au moins sans avoir trouvé la réplique. Plus exactement sans l’avoir mise en oeuvre. La dérégulation associée à la mondialisation,  un certain découplage de l’économie réelle et de l’industrie financière et une bonne dose de laxisme dans la gestion des finances publiques à grande échelle ont au contraire stimulé la cupidité des « prodigues » d’Adam Smith. Une banque ne peut-être seule à être vertueuse; il en va de même pour une banque centrale. Si l’on veut conserver les avantages du libre-échange et d’un certain marché, il faut des régles édictées à la même échelle que ce marché sans quoi on laisse ouverte des brêches par lesquelles les « prodigues » savent habilement s’engouffrer. Merci à J-P Ghelfi pour son article stimulant.

  • 4
    Jacques Jacot says:

    Merci à Jean-Pierre Ghelfi pour son excellent article. Il nous invite à participer à sa réflexion, je m’y exerce en toute modestie.
    Il faut définanciariser nos économies, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. En effet, les financiers qui dérangent les activités économiques ne font du profit que s’ils parviennent à faire varier les valeurs des « papiers » qu’ils achètent. C’est la vente à une valeur plus haute que celle de l’achat qui leur procure un gain. Si la valeur totale restait au même niveau, les gains des uns compenseraient globalement les pertes des autres et nous laisserions jouer entre eux ces spéculateurs en applaudissant même les gagnants, puisqu’ils sont plus malins que ceux qui perdent. Cela ne nous dérangeraient que fort peu, puisque ceux qui s’occupent d’économie réelle ne seraient pas dérangés par ces joueurs. Seulement voilà, les joueurs veulent gagner toujours davantage et pour ce faire, il faut que les montants globaux des mises soient plus élevés, donc il faut pour cela que la masse monétaire augmente de manière à ce que les joueurs en moyenne sont gagnants. C’est de cette manière que l’on crée de la masse monltaire sans aucune contrepartie correspondant à la valeur a priori échangeable dans le monde réel. Mardi dernier vers 8h sur la première Anton Brender a dit très justement que c’est de la responsabilité du monde politique d’intervenir dans ce cas, comme il ferait si des individus tournaient les lois que nous avons mises en place pour protéger la société des individus sans scrupules. Pourquoi cette idée somme toute assez banale ne parvient pas à s’imposer ? Une des raisons me semble résider dans la croyance à l’équilibre naturel des choses. Cette religion de l’équilibre, croire que la Nature, ou Dieu pour certains, va réguler les choses et que tout écart engendrera « naturellement » une force opposée pour ramener le système à l’équilibre. Sur ce point, les tenant du libéralisme économique rejoignent les écologistes intégristes, croire qu’en laissant faire le monde des finances ou celui de l’économie conduit à un équilibre est aussi naïf que de penser que la planète terre est en équilibre et qu’il suffit, par exemple en cas d’augmentation moyenne de la température, que si l’homme cessait toute activité, la température retrouverait sa situation précédente. Pour garder un système dans un certain équilibre, il faut le piloter et cela demande parfois une énergie dont on ne dispose pas. Nous y sommes parvenus dans le cas de la crise des subprimes, mais au prix d’une action du monde politique sans précédent. Cela n’a évidemment pas suffit à assainir tous les autres cas de prêts qui ne sont pas financés de manière à pouvoir se rembourser un jour. Notre monde politique devrait s’y mettre au plus vite et prendre enfin des mesures destinés à corriger la situation au lieu de continuer de croire que le libéralisme conduit le monde au parfait équilibre. 

Les commentaires sont fermés.