Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Merci, la concordance se porte assez bien

Conseil fédéral: les leçons d’un mercredi serein

Photo Dom Dada
Photo Dom Dada (licence CC)

Le 14 décembre dernier, à l’issue de l’élection du Conseil fédéral, de nombreux commentateurs ont annoncé la mort de la concordance, répercutant l’antienne de l’UDC. En effet, le chef de la fraction Kaspar Baader, moins pète-sec qu’à son habitude, a une fois encore devant ses pairs travesti la revendication de son parti d’occuper deux sièges gouvernementaux: les difficultés auxquelles la Suisse est confrontée de par la situation économique et financière internationale exigeraient un exécutif disposant d’une large assise parlementaire. Or le Parlement, par ses choix, n’a fait précisément que réaffirmer ce principe de gouvernement.

La «formule magique» adoptée en 1959 a tenu si longtemps qu’on a cru pouvoir l’interpréter comme une règle arithmétique. En effet, des décennies durant la répartition des sièges a traduit le rapport des forces entre les quatre principaux partis. Mais ces partis – des adversaires et non des ennemis -, manifestaient malgré leurs divergences une volonté d’œuvrer en commun à la recherche de solutions majoritairement acceptables.

La véritable rupture de la concordance est intervenue en 2003 avec l’élection contre une conseillère fédérale sortante de Christoph Blocher qui, une fois membre du collège, ne s’est jamais départi de sa fonction de chef de parti. Alors que, pratiquant une opposition systématique, manifestant un mépris ouvert pour l’Etat de droit et la séparation des pouvoirs, traitant ses adversaires comme des ennemis, excitant la xénophobie par des campagnes haineuses, ce parti n’avait plus sa place au Conseil fédéral. Le Parlement a rectifié le tir quatre ans plus tard, sans toutefois aller jusqu’à exclure l’UDC puisqu’il a élu Eveline Widmer-Schlumpf et non par exemple le démocrate-chrétien Urs Schwaller. Sans ciller et très clairement, il maintient le cap aujourd’hui.

Faut-il s’indigner que plus du quart de l’électorat ne soit représenté au gouvernement que par le seul Ueli Maurer, alors que le parti de Widmer-Schlumpf ne pèse que 5,4% des voix? Aucunement. Les électeurs qui donnent leurs voix à l’UDC le font en toute connaissance de cause. Ils manifestent leur colère, leurs craintes, leur conception d’une Suisse qui n’existe plus. C’est leur droit. Mais ce droit n’implique pas aussi celui d’être représenté à l’exécutif puisque leur parti cultive l’opposition et abhorre le compromis. Quant à la conseillère fédérale grisonne, elle fut élue en 2007 avec l’estampille UDC, que ce dernier lui a retirée. Fallait-il la sacrifier comme un pion devenu inutile? Si le gouvernement ne peut fonctionner qu’en cultivant la concordance, il lui faut aussi une certaine stabilité. Son éviction aurait été une erreur, comme le fut celle de Ruth Metzler.

Le 14 décembre, les libéraux-radicaux ont pu une nouvelle fois apprécier la fourberie des conservateurs-nationalistes: soutiens-moi, je te torpille ensuite. Ce coup de Jarnac leur ouvrira-t-il enfin les yeux? Le PLR peut naviguer sans l’appui de l’UDC qui, sur les dossiers qui lui sont chers – économie, fiscalité – suivra de toute façon, tout comme la solide majorité bourgeoise du Parlement. L’UDC est aujourd’hui choquée par ses récents échecs. Rien ne sert de lui tendre une main qu’elle n’hésitera pas à mordre. Aux partis gouvernementaux la tâche de réaffirmer à son intention les règles d’une culture politique garante du fonctionnement des institutions.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/19271
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/19271 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    François Nordmann

    ouais…tout de même, l’erreur aurait été de donner deux sièges en 2003 à l’UDC, il fallait en laisser deux au PDC qui avait rétrogradé au 4è rang ? Non  le PDC n’ayant pas été en mesure de trancher entre ses candidats dont l’un était superfétatoire, il a fallu le faire à sa place. La prétention de l’UDC est en soi légitime, elle n’a simplement pas présenté les candidats adéquats et méprise ses partenaires , ce qui justifie la mise é l’écart pour les quatre prochaines années. Admirable que personne n’ait vraiment organisé de résistance structurée à l’UDC et que tout d’un coup le peuple  fait barrage, au National et dans les cantons y c Saint Gall – exploit le plus éloquent. Les gens en ont eu assez et se sont donné le mot spontanément, étonnante, remarquable  performance !

  • Bravo à Jean-Daniel pour ce recadrage de la notion de concordance et sa position constante à ce sujet. Dommage qu’il ne se soient pas trouvés davantage de parlementaires et d’éditorialistes pour relayer cette vision positive. J’ai ragé d’entendre claironner la mort de la concordance, quasiment par tous. 

  • Il fallait effectivement de la constance pour expliquer mille fois sous tous ses angles le caractère qualitatif de la concordance: le message est passé (en partie). Ne serait-ce pas un signe de l’influence de DP au-delà du cercle de ses lecteurs bienveillants. Un bon signe.

  • 4
    Philippe Garbani

    Je partage une fois de plus l’avis de JDD sur la question de la concordance. D’ailleurs, on devrait arrêter de parler de concordance arithmétique ou mathématique. Ce n’est que le respect formel d’une sorte de proportionnelle qui « légitimerait », comme le dit François Nordmann, les deux sièges UCD et la perte de celui du PDC. Et peut-être n’est-ce pas que parce qu’elle n’a pas présenté les candidats adéquats que l’UDC a perdu son pari. C’est son attitude de mépris des partenaires, voire de sabotage du système inaugurés par Blocher au Conseil fédéral qui a « délégitimisé » sa revendication. Le courage est aussi venu aux parlementaires du « barrage du peuple » contre le président à St-Gall, le stratège à Zurich et le premier vice-président de l’UDC à Berne, ce qui n’était quand même pas rien: pas tout à fait un printemps arabe, mais un automne suisse…  

  • D’accord avec tous ! Curieux non ? …
    Mais je suis juste déçu que l’UDC soit encore au gouvernement, on aurait du l’exclure. Comme déjà dit, je suis partisan du cordon sanitaire.
    Bon, pensons à l’avenir. Il est assez rose pour les vrais démocrates à mon avis. Je crois que l’euro et l’Europe vont s’en sortir par le haut, ce qui isolera d’autant plus la Suisse. Pour beaucoup de  conservateurs de ce pays, cela leur ouvrira quand même les yeux, et le PBD va d’ici quatre ans se renforcer au détriment de l’UDC.
    Suis-je trop optimiste, me crois-je déjà à Noël ? Peut-être, mais je crois qu’avec le début de sénilité de Blocher, l’UDC va perdre peu à peu de sa substance et de son mordant, si ce n’est de ses ressources. Tant mieux. La Suisse va pouvoir enfin avancer, dans la stabilité.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP