Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Les oranges sous le sapin

Défense et illustration française de la satire en politique

Le portrait peint ne joue plus le rôle social d’autrefois et les amateurs d’art pressent le pas dans ces salles de musée où s’alignent, portées par une collerette blanche, les têtes des notables du Nord en habit noir. Mais le portrait écrit n’est pas périmé, il prend des formes diverses: journalistique – les hebdos sont un bon support, biographique – déclarées autorisées ou non, pamphlétaires, hagiographiques, pipolisées.

Qui est qui? Le portrait est-il fidèle au modèle? Modèle, qu’est-ce qu’un modèle?

Philippe Meyer a tiré douze portraits d’hommes politiques français. Tous les candidats au pré-choix présidentiel ne figurent pas dans son recensement, mais les vedettes y sont épinglées déjà par le sous-titre. Ainsi les trois premiers, Nicolas Sarkozy, «tel qu’en nous-mêmes», Dominique de Villepin, «le sous-lieutenant Fracasse», Martine Aubry, «le socialisme à visage bougon». Ces portraits sont réunis sous le titre de Sanguines. Croquis politiques (Robert Laffont, Paris, 2011). Savoureux comme oranges à Noël, et vifs comme un dessin à l’hématite.

Mémoire

Si pour des personnages aussi «en vue», le lecteur ne s’attend pas à des révélations, le portrait doit pourtant s’appuyer sur une solide documentation. Meyer l’a réunie et classée. Elle permet de savourer le détail pour lui-même.

Ainsi sur Dominique de Villepin. Comment concilier sa belle tête, sa chevelure blanche trop abondante pour ne pas être théâtrale, sa dégaine aristocratique que semble certifier la particule et son langage châtié qui a ébloui l’ONU, bref comment concilier cette prestance avec son air d’oiseau déplumé?

«Dans l’avion qui le menait tenir meeting à Lorient pour le ‘oui’ au référendum sur le traité constitutionnel en avril 2005, le ministre de l’Intérieur Dominique Galouzeau de Villepin expliquait aux journalistes l’étymologie de son patronyme: ‘Gal veut dire coq, et ouzeau oiseau. C’est bien français, non?’ Dans son Dictionnaire des noms de famille, Jean Tosti avance une autre origine: la déformation de Jalouzeau, qui signifie ‘jaloux’ (p. 37)

Mais la mémoire de Philippe Meyer est avant tout politique, s’appliquant à un monde restreint d’acteurs, jouant les seconds rôles pendant les septennats, interminables comme le règne de Louis XIV. Comment être dans la bonne équipe? qui sera le Régent? qui trahira qui? Cet exercice à haute fréquence médiatique oblige les prétendants à tisser des réseaux, à tresser des alliances. À nouer, à dénouer.  Comme dit Nicolas Sarkozy, à être poussé à changer, ce qui est manière d’être soi-même.

La documentation de Philippe Meyer ne consiste donc pas en un travail inédit d’investigation; ni militant, ni historien. Sa méthode est celle d’un rafraîchissement de mémoire, citant Samuel Johnson: «Les peuples n’ont pas besoin qu’on leur fasse la morale, ils ont besoin qu’on leur rafraîchisse la mémoire».

Philippe Meyer est porté à voir dans les habiletés de leaders politiques des roueries, mais il croit, sans indulgence, à leur «sincérités successives», à l’exemple du président français.

«Lorsque Nicolas Sarkozy passe d’une affirmation convaincue à une opinion, une certitude ou une décision tout autre ou radicalement contraire, ce n’est pas qu’il abandonne sa première idée, c’est qu’il l’a oubliée. Plus exactement, il l’a effacée, comme nous le faisons d’un clic sur nos ordinateurs. L’instant gouverne et les sincérités se succèdent sans laisser de traces: ‘Sicut nubes, quasi naves, velut umbrae’, tel un nuage, comme un navire, ainsi qu’une ombre, aurait dit Chateaubriand citant le livre de Job. Ce qu’on pourrait traduire en langage plus moderne (et plus sarkozyen): Nicolas Sarkozy n’imprime pas.» (pp. 17-18).

Les sincérités successives doivent naturellement avoir leurs communicateurs. Partout, et pas seulement en France, se crée et se renforce la classe des communicants. Ils sont chargés de créer l’illusion politique de même que décor et mise en scène créent l’illusion théâtrale.

Style à deux vitesses

Meyer est un moraliste qui ne résiste pas à la joie du mot. Qualifiant un de ses portraiturés, il évoque sa «débrouillardise» et ne peut s’empêcher de glisser à«roublardise»

Eva Joly, dit-il, veut convaincre les Verts de l’importance prioritaire de la lutte contre la corruption. Il en fait un exercice verbal. Il se repose en virtuose.

«Eva Joly n’est pas habitée par son sujet, elle est hantée par lui. Elle le répète, le redit, le reprend, le serine, le rabâche, le rumine, en tympanise quiconque veut bien lui prêter attention. Mais lorsqu’elle l’expose devant les militants des Verts réunis en grand arroi pour l’accueillir dans leurs rangs, elle ne parvient pas à déplacer d’un iota le centre de gravité de leur programme. Elle leur fait la leçon, ils reçoivent cette leçon avec un enthousiasme poli, dans lequel entre davantage la satisfaction d’avoir réussi une prise de guerre médiatique que l’adhésion aux propos de leur nouvelle camarade. Elle a échoué à les persuader de mettre la lutte contre la corruption au premier rang des moyens nécessaires à leurs propres objectifs. Elle a prêché dans le désert vert.» (p. 123).

Avec Philippe Meyer, le débat français est enrichi d’une voix originale, mordante, non complaisante. On ne sait pas toujours dans quel sens va son écriture. Du verbe à la chose, ou de la chose au verbe. Est-ce une morale exigeante qui donne à la satire sa force, ou les joies de l’almanach qui dictent la phrase? A situer quelque part à mi-chemin entre deux références, Saint-Simon et la potacherie. La satire est bien un genre littéraire.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/18752
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/18752 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP