Mode lecture icon print Imprimer

Le paradis des agriculteurs

L’exception agricole suisse en Europe

Photo Eric Page Photo auteur (licence CC)
icone auteur icone calendrier 8 octobre 2011 icone PDF DP 

Thématiques

«La Suisse est le paradis des agriculteurs». Willy Gehriger, patron de la Fenaco, et président d’Intercoop (Fédération européenne des coopératives agricoles), rapporte ainsi les propos de ses collègues européens dans le Tages Anzeiger. Voilà qui tranche d’avec les revendications vigoureuses du syndicat minoritaire Uniterre et qui explique pourquoi l’Union suisse des paysans défend si étroitement le statu quo de la politique agricole suisse.

L’Office fédéral de la statistique confirme en quelque sorte l’appréciation envieuse de nos voisins. Les plus récents chiffres qu’il publie montrent que la situation des paysans suisses ne s’est pas péjorée malgré la profonde mutation du secteur agricole depuis la grande réforme de 1993. La production est restée étonnamment stable aussi bien dans l’élevage que dans les grandes cultures.

En revanche, les prix payés aux exploitants ont diminué de quelque 25%. Cette spectaculaire dégringolade n’a pas péjoré le revenu moyen des agriculteurs. L’indice qui montre l’évolution du «revenu par unité de travail» a progressé de 20 points en 18 ans. Cette apparente contradiction dans les chiffres s’explique de deux manières. Premièrement, le manque à gagner par la baisse des prix a été compensé par les paiements directs. Avec un montant annuel de 3 milliards de francs, la Confédération assure 22% du revenu des agriculteurs. Secondement, les paysans sont moins nombreux pour produire les mêmes quantités et se partager les mêmes paiements directs.

Cette rationalisation de la production passe par la disparition de nombreuses exploitations. Les défenseurs de la traditionnelle ferme familiale le déplorent vivement et préconisent le retour aux anciens prix, seuls capables de couvrir les coûts de production. Ils sont à la recherche du paradis perdu des agriculteurs. Ce paradis n’est certainement pas chez nos voisins. L’Europe protège son agriculture mais les prix payés à ses paysans  sont systématiquement et parfois massivement inférieurs aux prix suisses à la production (DP 1873). Pas étonnant donc que l’Union suisse des paysans se cramponne au régime actuel et rejette fermement le libre-échange avec Bruxelles. Pourquoi rejoindre le purgatoire voisin?

Selon la récente analyse de l’OCDE le soutien public sous touts ses formes assure 22% des recettes des agriculteurs européens. Mais la répartition de ces aides mal distribuées doit être revue. Une réorientation de la PAC (Politique agricole commune) se présente comme un sac de nœuds. Les pays et les secteurs bénéficiaires coucheront sur leurs avantages.

Le même débat sur la répartition de la manne publique aux agriculteurs s’imposera en Suisse. Absent de la campagne pour les élections fédérales, il resurgira dans quelques mois, lorsque le Conseil fédéral présentera un nouveau projet de Politique agricole 2014-2017, contesté en consultation par l’Union suisse des paysans.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/18703
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/18703 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Jamais personne ne parle des conséquences désastreuses des feux de broussailles, là ou les paysans ont disparus.  Si en lieu et place des Canadair on avait su maintenir des paysans pour entretenir les campagnes comme on le fait en Suisse, l’Europe du Sud serait plus verte.

Les commentaires sont fermés.