Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Le désir malsain de démanteler la SSR

La proposition de réduire massivement le montant de la redevance radio-TV est un mauvais coup politique

Photo Falk Lademann
Photo de Falk Lademann (licence CC)

Une pétition munie de 143’000 signatures demande de réduire la redevance Radio-TV à 200 francs contre 462 francs aujourd’hui. La cible prioritaire est évidemment la SSR. Son budget serait amputé de 45%.

Le nombre de signatures réclamant ce démantèlement peut impressionner. Mais l’exploit est très relatif. Rien n’est plus simple que de signer et de signer à nouveau sur Internet. Et comment résister si l’on nous propose de payer deux fois moins?

Nathalie Rickli, à l’origine de ce coup politique, est conseillère nationale UDC de Zurich. Son parti n’aime pas la SSR. Mais il ne soutient pas l’agression trop massive de son élue. La Zurichoise est aussi, et surtout, vendeuse de publicité pour les radios et TV privées. Bravo! Elle fait sa propre pub en véritable professionnelle.

Faut-il pour autant «dégraisser le mammouth» et réduire le «train de vie somptuaire» de la SSR, comme le suggère avec élégance Patrick Chuard dans 24 Heures (19.5)?

Certes, à l’abri d’une redevance plus stable que les recettes publicitaires, la Radio et la TV publiques souffrent moins de la crise. Certes les journalistes de la SSR sont un peu mieux payés que ceux de la presse écrite, contraints qu’ont été ces derniers d’accepter des conventions collectives de travail toujours plus défavorables. Cela ne signifie pas qu’il faut aligner vers le bas les conditions de travail d’une profession globalement peu rémunérée en regard du niveau de formation qu’elle exige.

Et un appauvrissement de l’audiovisuel public ne renforcerait en rien la presse écrite. Une perte d’audience de la SSR n’augmenterait ni le tirage des journaux ni leurs recettes publicitaires. Elle profiterait exclusivement aux radios et surtout aux télévisions étrangères qui rafleraient une part accrue de la publicité suisse. Le seul secteur où l’audiovisuel et la presse écrite sont en concurrence est l’Internet. Et l’on peut comprendre que les éditeurs s’opposent à l’introduction de la publicité sur les sites Radio-TV.

Sans redevance, il n’y aurait pas de radio et de télévision suisses dignes de ce nom. Le mandat de service public justifie et impose des ressources autres que celles de la seule publicité. La SSR n’est certes pas dispensée d’une gestion rigoureuse. Son nouveau directeur général s’y emploie. Le Conseil fédéral donne le ton en serrant la vis malgré la hausse vertigineuse des droits de retransmission de manifestations sportives.

Au-delà, nous entrons dans une zone dangereuse. Les revendications des nationalistes de mise à la diète et de coupe dans les programmes signifieraient une perte pour la cohésion nationale et pour l’image de la Suisse.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/17513
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/17513 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • En soi il n’est pas forcément mauvais d’avoir un service public, si ce service public est absolument impartial. Or ce n’est pas du tout le cas.

    L’orientation politique des journalistes est très majoritairement de gauche. Mais ça on peut encore le leur pardonner, en attendant la prochaine génération qui s’annonce de droite. Le pire c’est la personnalité politiquement insoutenable du fils à papa milliardaire aristogauchiste et militant pro européen qu’on a  récemment nommé dans l’unique but de faire barrage à l’UDC aux prochaines élections et savonner la planche pour l’absorption de la Suisse dans l’UE en « violant la foule par la propagande politique ».

    Cette nomination d’un idéologue fanatique et partial est d’autant plus choquante qu’il n’a aucunement l’expérience de manager pour entreprises géantes absolument requise par le cahier des charges. Elle constitue en soi un scandale tellement énorme qu’il n’est absolument pas possible de maintenir un service public dans ces conditions. Et la redevance permettrait la poursuite d’une gestion déficitaire! Il n’est pas supportable que soit financée ainsi, au prix d’une redevance excessivement chère pour les petits budgets, un caprice des bobos snobinards de la gauche caviar qui pilotent la SSR actuellement. 

    Donc la jolie petite miss Rickli a tout à fait raison. Une chaîne de propagande allant à l’encontre de l’opinion majoritaire, ne saurait exister dans notre pays démocratique. La SSR s’est démasquée par cette nomination scandaleuse et inouïe. Tant que ce monsieur n’aura pas été écarté comme il le mérite et comme le fut avant lui le vaniteux Béglé de la Poste (hélas Béglé était apparemment moins intelligent), il faudra exiger la suppression du monopole et si on n’y parvient pas, couper les ailes à la SSR financièrement.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP