Mode lecture icon print Imprimer

La nouvelle précarité: ça nous regarde

La LPCFam soumise au peuple vaudois n’est pas le joujou social dénoncé par les référendaires

Les Vaudois vivent un débat boiteux, économique et politique. L’objet en est la LPCFam, loi sur les prestations complémentaires cantonales pour familles. Son but: soustraire à l’aide sociale et plus largement à l’indigence des familles qui même en travaillant ne gagnent pas un revenu suffisant pour couvrir leurs besoins vitaux. Rien qui ne soit louable, le projet valorisant le travail plutôt que la dépendance.

Rien qui ne soit imposé par la gauche et l’influence personnelle du conseiller d’Etat Maillard: l’objet figurait au programme de législature; c’est un engagement politique tenu. Rien d’aventureux non plus: à la suite du Tessin, plusieurs cantons ont expérimenté une aide de cette nature. Et comment cette loi, si elle n’avait été inventée que par la gauche, aurait-elle pu être approuvée par le Grand Conseil et par le Conseil d’Etat à majorité de droite?

Un référendum lancé par les Groupements patronaux a porté le débat devant le peuple. L’intention était de poser une question de principe: pas de complément social payé par les entreprises et les salariés. Le veto a été formulé assez énergiquement pour que, en congrès, le parti radical passe à l’opposition, dans une ambiance post-électorale (élections communales) et pré-électorale (élections nationales et cantonales). La LPCFam devenait alors un enjeu stratégique plus politique qu’économique. Mais il vaut la peine de reprendre idéologiquement le débat premier.

Monoparental

Une famille comprend de plus en plus souvent la mère et un ou deux enfants, de 0 à 6 ans, ou de 6 à 16 ans. Bien que salariée travaillant, la mère ne peut le faire à plein temps. Dès lors son salaire déjà modeste à 100% ne permet pas de satisfaire les besoins indispensables telles que définis par les experts. Ce qui signifie le recours à l’aide sociale et au revenu d’insertion. Ou doivent être subies les contraintes de l’indigence. Une prestation complémentaire, compte tenu des aides déjà acquises (assurance-maladie, frais de garderie), permettrait de valoriser le travail et, sans effet de seuil, de laisser à la mère plus de disponibilités. L’aide devrait être en moyenne de 700 fr mensuels. Elle pourrait concerner quelques milliers de ménages.

Les Groupements patronaux refusent un financement ad hoc. Un opposant a lapidairement justifié son non: «Les divorces, les enfants à charge, la vie privée, ça ne me regarde pas. Donc je ne paie pas».

Précarité

L’économie, loin d’être indifférente à l’évolution des mœurs, a vite compris les avantages qu’elle pourrait en tirer. Les statistiques révèlent une croissance étonnamment rapide des contrats à durée déterminée, des emplois précaires ou sur appel. Les employeurs qui y recourent, là, ne sont pas trop «regardants».

Toute économie baigne dans une société originale à la culture et aux mœurs particulières. Elle doit tenir compte de la qualité de la formation, de l’organisation de la solidarité, de la place faite aux inadaptés du travail productif. C’est cultiver une illusion que de croire, ou de faire croire, à une séparation absolue des tâches: les uns qui créent, gèrent, assurent les emplois, les autres qui s’occupent du filet social.

La LPCFam n’est pas un joujou social. Elle n’est pas une fantaisie, une bonne conscience qu’on se donne au prix d’un impôt nouveau de 0,06% payé par les salariés et les employeurs. Elle rappelle que l’économie ne peut faire bande à part. Ce que rappelle la LPCFam, qui valorise le travail et permet à qui l’exerce de jouir d’une plus grande disponibilité.

Externalité

Les référendaires, loin de combattre un nouveau «machin», reprennent, dans une campagne publicitaire de très mauvaise qualité, les attaques contre les charges sociales, comme si elles étaient des fardeaux inutiles. Ils citent comme charge supplémentaire intolérable des mesures qu’ils ont pourtant approuvées, tel l’assainissement de l’assurance-invalidité. Ils s’opposent à ce que l’Etat et le fisc réduisent les disponibilités du contribuable, mais combattent la valorisation du travail pour les ménages au seuil de pauvreté.

L’évolution profonde de la société aurait été l’occasion de réexaminer dans une perspective sociologique et économique les nouvelles conditions du travail. En abaissant le débat à des slogans anti-fiscaux, dans le style de l’UDC ou de l’ancien «sou» du contribuable, on se limite à un anti-étatisme vulgaire.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/17391
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/17391 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Il est regrettable, que de part et d’autre (votre part aussi !), la campagne se limite à des slogans et invectives idéologiques. Avant de monter sur vos grands chevaux, vous êtes-vous seulement penché sur le détail du texte ? Manifestement pas ! Autrement, vous – et les députés, qui manifestement n’aiment pas les « détails » – auriez découvert un projet incroyablement mal fichu :
    – Incitation réelle à travailler jusqu’à environ 30% (couple, bas salaire, 2 jeunes enfants)
    – Au-delà, « incitation » à 5% – donc si votre salaire revient à 20.-/h, il devient 1.00/h.
    Question : travailleriez-vous pour 1 franc par heure ?
    Non seulement, le projet n’incite pas à augmenter son taux d’activité, mais pourrait inciter beaucoup de gens à le diminuer, vu que « grâce » aux PC famille, leur revenu ne diminuerait que de 5% de leurs gains manquants !

    P.S. Ces données ne sont pas tirées de la propagande des opposants, mais de la présentation… de P.-Y. Maillard !

    • 1.1
      lefredo says:

      Désolé, mais je ne comprends rien à votre commentaire.
      Pourriez être un peu plus clair? Ou relire le texte correctement?

    • Voici le lien vers la présentation de P.-Y. Maillard – il faut regarder à la page 9 :
      http://www.vd.ch/fileadmin/user_upload/accueil/fichiers_pdf/votations_LPCFam-conf_presse_15_avril.pdf

      On voit qu’on atteint un seuil vers CHF 29’800 de revenu, au-delà duquel il ne sert (pratiquement) plus à rien de travailler plus. Sur le graphique :
      – Pour CHF 29’800 de revenu, on touche CHF 32’000 de revenu disponible.
      – Pour CHF 49’800, on obtient CHF 33’000, donc +1’000 pour +20’000 de travail…

      Décompte des CHF 29’800 (2 parents + 2 enfants en bas âge, <6 ans) :
      –   4’800 : allocations familiales
      – 25’000 : revenu du couple, à partir duquel il ne vaut pratiquement plus la peine de travailler

      Pour 13 mois, en fonction du salaire, on obtient les taux d’activités suivants pour 25’000
      – CHF 3’000/mois : 32% (moyenne des deux parents, =25’000/13/3000/2)
      – CHF 3’500/mois : 27%
      – CHF 4’000/mois : 24%
      – CHF 4’800/mois : 20% (donc le salaire correspondant aux affiches des opposants)

      Si on admet env. 1800h de travail par an, on obtient, au-delà de cet ‘optimum’, une rémunération du travail supplémentaire allant de CHF 1.08 (3’000/mois) à 1.73 de l’heure… très incitatif… pour ne pas trop se fouler !

  • Pas seulement vulgaire, simplement amoral et indécent !

  • 3
    Benoit Genecand says:

    Trois questions :
    1) pourquoi cette discussion doit-elle se tenir sous pseudonyme?
    2) pourquoi l’argumentation de « zamm » ne trouve-t-elle pas une contre-argumentation du même niveau (chiffrée)?
    3) votre article commence par trois négations « rien qui ne soit etc. » (grammaticalement assez difficiles à suivre) : pourquoi ne présentez-vous pas positivement le projet? Ai-je manqué les articles précédents qui faisait ce travail d’information?

Les commentaires sont fermés.