Mode lecture icon print Imprimer

L’épargne-logement ou la troisième voie coopérative

Une alternative à la chimère de la propriété individuelle pour encourager la construction

Le Conseil fédéral s’allie à la majorité des cantons et à la gauche parlementaire pour rejeter la double initiative des milieux immobiliers sur l’épargne-logement. Les allégements financiers proposés diminueraient les recettes publiques et favoriseraient les hauts revenus sans permettre aux ménages modestes d’accéder à la propriété.

Le Conseil des Etats se saisit du dossier lors de la session de printemps. Le contenu des débats est programmé. Il offrira une plaisante inversion des rôles. Les partisans des initiatives, ou d’un éventuel contre-projet, montreront comme il est souhaitable, social et légitime d’être propriétaire de son foyer. A ces sentiments généreux, la gauche opposera les arguments froidement techniques du gouvernement sur l’inefficacité des mesures proposées.

Anita Thanei, socialiste zurichoise et présidente de l’Asloca alémanique suggère une sorte de contre-projet social, le développement des coopératives d’habitation. Loger dans un bâtiment coopératif est un statut hybride, entre ceux de locataire et de propriétaire. Il faudrait, demande la conseillère nationale, rétablir les subventions fédérales directes aux logements sociaux prévues par la loi et qui ont été supprimées pour raison d’économies.

L’idée coopérative n’est pas neuve. Elle est née pour venir en aide aux ouvriers de la révolution industrielle, exploités par «Monsieur Vautour», synonyme de propriétaire abusif dans la France du 19e siècle. En Suisse, le mouvement démarre vraiment après la première guerre mondiale. Il contrôle aujourd’hui 160’000 logements, soit 5% du marché. On en compte 20’000 en Suisse romande. dont 11’800 dans le canton de Vaud et 5’900 à Genève.

Les coopératives d’habitation se conçoivent comme la troisième voie entre propriétaire et locataire. Mais elles représentent une force dispersée en 1’500 sociétés. L’Association suisse pour l’habitat, qui les fédère, offre des conseils juridiques, des cours de formations et des experts. Elle gère une centrale d’émission pour prélever des fonds à des conditions avantageuses. Avec les autres maîtres d’œuvre d’utilité publique, elle pilote «fédérhabitation» qui intervient auprès des autorités fédérales, cantonales et communales.

Ce lobby peut compter certains succès à son actif, spécialement dans les cantons. Mais il n’a pas le poids de celui des propriétaires. Les demandes de subventions fédérales restent souvent lettre morte. Le récent crédit-cadre de 1,4 milliard pour l’encouragement de l’offre de logements, que seul le groupe UDC a rejeté, ne doit pas faire illusion. Il s’agit seulement d’une garantie d’emprunt qui ne coûte pas un centime à la caisse fédérale.

Avec une offre de 5% de logements, la troisème voie coopérative n’est pas à dédaigner. Pour devenir un grand promoteur capable d’influencer le marché plombé par la pénurie, la fédération de 1’500 sociétés pourrait s’inspirer du vaste regroupement effectué depuis les années 60 par les coopératives de consommation. Avec l’efficacité que l’on sait.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/16750
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/16750 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Merci pour cette synthèse sur la question du logement d’utilité publique, c’est un bon concentré d’infos et surtout de liens vers divers autres sites qui permettent d’en apprendre plus sur le sujet. J’ajouterai juste un lien: celui de la revue trimestrielle Habitation, qui est la publication officielle de l’Association suisse pour l’Habitat, citée dans l’article d’Albert Tille.
    Sous http://www.habitation.ch, on peut avoir accès gratuitement non seulement aux actualités concernant les coopératives d’habitation de Suisse romande et un aperçu du numéro de la revue en cours, mais on peut également consulter et télécharger les archives de la revue.
    Cordialement vôtre,
    Patrick Clémençon, rédacteur en chef de la revue Habitation

Les commentaires sont fermés.