Mode lecture icon print Imprimer

Musulmans: reconnaissance des droits ou bricolage

Quand les institutions publiques discriminent les résidents de religion non chrétienne

«Dans certaines prisons du canton de Vaud, la moitié des détenus sont musulmans alors que seuls les protestants et les catholiques sont présents dans les aumôneries œcuméniques». Le Forum interreligieux organisé à Morges par l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) a osé, sans tabou, tenir des propos qui fâchent. Oui, la délinquance est plus forte chez les migrants que chez les Suisses de souche. Non, le droit fondamental à l’égalité n’est pas intégralement respecté à l’égard des résidents de religion non chrétienne.

Le vote sur l’interdiction des minarets a alerté les musulmans. Les réponses à ce défi sont diverses. La communauté des croyants de l’Islam n’est pas homogène. L’UVAM, membre de la  Fédération d’organisations islamiques de Suisse, recherche le contact avec les communautés religieuses vaudoises de droit public reconnues par la Constitution (art 170). Cette priorité est logique. Il est sans doute plus facile de parler religion avec des croyants qu’avec les mécréants! Protestants et catholiques sont ouverts au dialogue, voire à une collaboration active.

Le Forum interreligieux de Morges s’est focalisé sur des problèmes très concrets: l’égalité de traitement dans les institutions publiques. La discrimination est flagrante. Les membres des aumôneries reconnues, payés par les deniers publics, ont libre accès aux prisons. En parfaite connaissance de l’institution, ils peuvent intervenir au bon endroit pour répercuter les préoccupations des détenus et désamorcer des crises.

La situation des intervenants musulmans est fort différente. Ils ne font pas partie d’une communauté religieuse d’intérêt public prévue à l’article 171 de la Constitution vaudoise. Bénévoles, donc non payés par l’Etat, ils sont soumis aux règles appliquées aux visites privées aux détenus: fouille corporelle à l’entrée de la prison et pas de liberté de circuler à l’intérieur. La réalité est moins contraignante que la loi. L’intervenant peut, chaque vendredi, diriger la prière dans le local réservé, le dimanche, aux services religieux chrétiens.

Dans les hôpitaux, la discrimination légale existe aussi. Mais l’intervenant musulman du CHUV est considéré comme une sorte d’auxiliaire par les soignants. Il participe à la formation des urgentistes et des médecins en expliquant l’attitude des musulmans face à la maladie et à la mort.

A l’armée, l’égalité de traitement en fonction des religions n’est qu’une question marginale. Les conscrits musulmans sont majoritairement bien portants et bien intégrés.

Les responsables de l’UVAM sont à la recherche des voies permettant l’accès légal à l’égalité de traitement. Mais la reconnaissance d’intérêt public pour une religion ressemble au parcours du combattant, notamment pour une communauté hétérogène comme celle des musulmans. Face à cette difficulté, les aumôniers«officiels» proposent de bricoler des solutions, de bidouiller des arrangements pragmatiques pour pallier au plus pressé.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/16619
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/16619 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.