Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Contrastes budgétaires en ville et dans le canton de Zurich

Une contrainte résistible pour l’une, assumée pour l’autre

Aux familles de quelque 120 enfants, la Municipalité de Zurich avait formellement promis une place subventionnée dans une garderie, disponible dès le début de cette année. Or voilà qu’elles doivent payer, elles aussi, le plein tarif journalier, au lieu du prix réduit du fait de leur revenu modeste.

Effet direct du refus du budget pour 2011 par le Conseil communal de Zurich, au terme d’un débat-marathon tenu le 8 décembre dernier.

Dans sa motion de renvoi, la droite unanime, y compris les démocrates-chrétiens soudain saisis par la peur de l’endettement, a demandé la présentation d’un nouveau budget de fonctionnement pour 2011, cette fois équilibré. Elle l’a emporté par 64 voix bourgeoises contre 61 élus de la gauche et des Verts, appuyés en l’occurrence par les deux Démocrates suisses. En clair, il s’agit donc de couper 220 millions de francs sur un total de charges ascendant à 8 milliards, dont seulement 1,6 milliard de dépenses non liées. L’exécutif, qui compte six roses-verts sur neuf membres, décidera le 26 janvier où trouver les économies à proposer, en vue du débat parlementaire fixé au 16 mars prochain.

D’ici là, les finances de la plus grande ville de Suisse voguent dans le provisoire d’un budget d’urgence. Ce qui se traduit par l’impossibilité d’engager des dépenses nouvelles, le report de contributions à des travaux d’infrastructure ou encore la suspension de grands projets en préparation, tel le nouveau stade destiné aux Grasshoppers, bientôt sans pelouse fixe, ou un Centre de congrès digne de ce nom qui fait toujours défaut dans la métropole zurichoise.

Sans aucun doute, le radical-libéral Martin Vollenwyder, directeur des finances de la ville, s’exécutera aussi loyalement qu’il a défendu le premier projet de budget récemment renvoyé par les conseillers communaux de son propre parti. Mais il sait que la détermination du Conseil communal pourrait mollir, sous la pression conjuguée et plus ou moins discrète des services de l’administration, des organisations du personnel et des groupes d’interêt concernés, qui ont leurs relais dans les médias. Il sait aussi, et ne se gêne pas de le dire, que le PLR (17 élus) payera doublement son alignement sur le groupe de l’UDC (24 élus), emmené par l’inflexible Mauro Tuena.

D’un côté, le parti de Christoph Blocher passe pour l’organisateur d’une victoire dont il s’avère quasiment le seul bénéficiaire, remportée contre l’exécutif en premier lieu et au détriment de nombreux habitants qui ont déjà manifesté leur profond désaccord. De l’autre, les radicaux montrent qu’ils ne sont plus le parti gouvernemental qui a si longtemps su «tenir l’Etat», en ville de Zurich comme dans la Berne fédérale.

Au niveau du canton de Zurich, la messe est dite depuis plusieurs législatures au Grand Conseil: sur 180 élus, l’UDC compte à elle seule 57 députés, soit tout juste autant que les socialistes et les Verts réunis et à peine moins que les cinq autres formations bourgeoises qui rassemblent 66 élus, dont 29 radicaux-libéraux et déjà dix Verts libéraux. Avec de tels rapports de forces, pas de problème pour le budget cantonal 2011: toutes les réductions de dépenses préconisées par la Commission des finances ont largement passé la rampe au plenum du 14 décembre, de même qu’une économie forfaitaire de 100 millions de francs à trouver parmi les treize milliards de charges totales. Le score final a marqué sans surprise un strict clivage droite-gauche, 118 voix exprimées contre 57.

La radicale Ursula Gut, conseillère d’Etat en charge des finances, ne connaît donc pas les problèmes intérieurs que subit son collègue de parti Vollenwyder. Du coup, elle porte son regard critique au-delà des frontières, dénonçant la concurrence «déloyale» exercée par les cantons voisins et leur irrépressible tendance à baisser les impôts tout en continuant à bénéficier des fonds de la péréquation financière, largement alimentés par Zurich.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/16354
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/16354 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP