Mode lecture icon print Imprimer

EPFL: le grand «rêve américain» de Patrick Aebischer

Le professeur Libero Zuppiroli craint une bulle universitaire que seule une utopie pourrait prévenir. Mais y croit-il lui-même?

Réunis à Lausanne à la veille du Sommet de Montreux, les maires francophones n’ont pas siégé à l’Université cantonale mais bien à l’Ecole polytechnique fédérale, où l’on parle beaucoup l’anglais. Choix significatif, bien au-delà du besoin de locaux à même d’accueillir 400 personnes pendant deux journées, l’une consacrée à des ateliers sur «La collaboration des villes et universités au service du développement local», l’autre à l’assemblée annuelle d’une association regroupant quelque 180 villes d’une quarantaine de pays.

Le choix de l’EPFL, c’est d’abord celui de la haute école qui a pris l’initiative de rassembler les meilleures universités technologiques de langue française pour constituer le Réseau d’excellence des sciences de l’ingénieur de la francophonie (RESCIF). Le choix de l’EPFL, c’est plus généralement celui d’une haute école lancée à fond dans la compétition internationale, gérée, promue et branchée comme une entreprise présente sur un marché mondial, en l’occurrence celui de la formation tertiaire et de la recherche de pointe dans les secteurs d’avenir.

Ainsi va «le rêve américain», ce modèle sur lequel Libero Zuppiroli, lui-même professeur de d’optoélectronique à l’EPFL, porte un regard critique, entre lucidité, amusement et inquiétude. Patrick Aebischer, «président talentueux et déterminé», ne participe-t-il pas à la création d’une «bulle universitaire», lui qui oriente délibérément sa radieuse école-entreprise vers les savoirs à la mode – neurosciences, ingénierie financière, nanotechnologies? Qui multiplie les constructions et les partenariats spectaculaires, du Rolex Learning Center à Solar Impulse, nouvel Alinghi? Qui invite les professeurs les plus prestigieux ou les plus inattendus, le dernier en date n’étant autre que Pascal Couchepin pour des cours sur les institutions suisses?

Voici pas mal d’années que Libero Zuppiroli s’interroge sur le modèle managérial et boursier américain appliqué à une haute école. En 2003 déjà, dans un long entretien donné à Polyrama, la revue scientifique anciennement publiée par l’EPFL et relayée depuis 2006 par le magazine externalisé Reflex, il faisait observer que «les universités américaines à vocation technologique, notamment les plus cotées d’entre elles, auront eu leur part de responsabilité dans la formation et l’éclatement de la bulle financière». Elles ont trop forcé sur le marketing des filières tendance et des «sciences bling bling», sur l’appartenance aux communautés exclusives qu’elles constituent, sur la formation de top managers aux salaires et bonus démesurés, sur l’entraînement à la guerre totale sur les marchés, à la compétition tous azimuts.

Cette ambiance de concurrence généralisée flatte ceux qui la supportent et savent en tirer profit, à coup de publications dans les bonnes revues et de découvertes vigoureusement médiatisées. En revanche, elle plonge beaucoup d’étudiants et plus tard de professionnels dans le doute, pour ne rien dire de la démotivation des personnels de l’enseignement et de la recherche.

Qui dit concurrence dit classement. Les critères retenus pour les «rankings» des universités favorisent les hautes écoles techniques travaillant selon le modèle américain. Les Stanford, Caltech et autres «excellentes universités» se trouvent confortées dans leur position au sein du top ten mondial, même si elles fondent leurs activités sur des valeurs qui font d’elles des «citadelles du fric», dixit Zuppiroli dans Le Temps du 9 mars dernier. Il a un avis certes moins catégorique à propos des deux écoles polytechniques fédérales; mais on sent bien que leur bonne position dans les différents classements internationaux les rend suspectes – surtout l’EPFL qui en vient à dépasser son aînée zurichoise, pour la plus grande fierté des élus lémaniques, tous partis confondus, et des médias bien sûr, dont aucun ne chipote.

Moins à l’aise que dans l’exercice de la pensée critique, Libero Zuppiroli s’essaie à l’utopie. Et si l’on commençait à penser qu’il faut repenser davantage, à puiser de bonnes références dans l’histoire, à libérer les hautes écoles publiques du carcan étatique pour en faire des fondations sans but lucratif? Questions et propositions rhétoriques, on le sent bien, venant d’un professeur bien placé pour savoir que l’évolution à venir est claire, irréversible. «La Direction [de l'EPFL] a verrouillé toute possibilité de développement d’un nouveau modèle d’inspiration plus locale. L’Ecole est définitivement engagée dans la course vers l’excellence.» (La Bulle universitaire, p. 62). Avec le résultat escompté par Patrick Aebischer répondant tranquillement à un journaliste de la NZZ qui lui demandait où en serait l’EPFL dans dix ans: «Parmi les meilleures du monde.»

La fin est ambitieuse, les moyens rendus au fur et à mesure disponibles, par la Confédération et, de plus en plus, par des partenaires privés. Les universités cantonales regardent, de loin, passer le train rapide des EPF. Elles croient avoir trouvé un espoir du côté de Bologne. Mais, peut-être en raison de la crise, cette harmonisation des études supérieures à l’échelle européenne n’a pas encore eu l’effet espéré d’accroître la mobilité étudiante; elle n’a pas davantage réussi à faire bouger les esprits en même temps que les agendas. En revanche, le système de Bologne a efficacement encouragé la recherche perverse des crédits bon marché: les étudiants sont tentés de choisir les cours et séminaires qui leur permettent de maximiser le rendement de l’effort consenti. Le «rêve européen» déçoit aussi, et pas seulement Zuppiroli.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/15693
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/15693 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Nous lisons tous les jours les partenariats fabuleux de l’EPFL et l’architecture majestueuse du contenant, autant que du contenu. C’est fort impressionnant.
    Toutefois je m’interroge sur l’effacité de tout cela dans le monde réel: combien de brevets déposés ? combien de percées technologiques reconnues ? …à l’instar de ce qu’on observe au MIT aux USA ou au Technion en Israël.
    Le prestige est à l’institution ce que sont papier et ruban au cadeau. Il peut la magnifier mais en aucun cas en augmenter la valeur inrinsèque, la seule qui compte.

  • bravo à Zuppiroli d’avoir osé le dire.
    Merci à Yvette Jaggi de l’avoir relevé.
    Le fossé se creuse entre les niveaux de connaissance, le bling-bling s’y engoufre, et le miracle s’accomplit: on est tous les meilleurs (la concierge y-compris), y-en-a point comme nous.

  • 3
    Pedro del Río says:

    A Lausanne Alinghi et Solar Impulse, à Zurich les prix Nobel. A chacun ses priorités.

  • Je dois avouer que j’ai un peu le vertige, lorsque je prends conscience de l’ambition de l’EPFL.

    En boutade: comme nous n’avons aucun recul devant l’avenir, je m’attends au pire comme au meilleur.

    Filip Uffer

  • 5
    Claude Bossoney says:

    J’ai fait un rêve…
    Merci à Yvette Jaggi d’ouvrir un débat sur l’enseignement universitaire en général et celui de nos écoles d’ingénieurs en particulier. Merci à ce professeur qui, de l’intérieur du sérail, met le doigt sur un problème grave de notre Alma Mater.
    En temps qu’ancien élève de l’EPFL, mais surtout en temps que citoyen, je m’inquiète de la dérive de cette école qui confond de plus en plus savoir et paraître.
    Il est symptomatique que les réalisations portées au crédit de cette école ne sont pas scientifiques mais des partenariats médiatico-commerciaux. L’intérêt scientifique du Rolex Learning Center, de Solar Impulse ou d’Alinghi est inversement proportionnel à son impact médiatique. Tout est déjà dans le titre: Alinghi c’est le charme de l’ésotérisme, impulsion ou élan solaire ne laisserait guère de place au rêve, quant à centre d’études, cela fait francophonie attardée. C’est résolument ringard de se contenter du français.
    L’histoire d’Alinghi est en ce sens emblématique: On en a parlé à maintes reprises au stade des études, de la fabrication du prototype, de la mise à l’eau sur le Léman, des essais dans le golfe persique puis en Méditerranée. Aucun superlatif n’était assez bon pour qualifier l’aventure. On allait voir ce que l’on allait voir: La science au service du sport de luxe, allait faire des étincelles et mettre au pas cet arrogant milliardaire américain. Hélas, une fois encore le rêve américain a dépassé l’européen et renvoyé nos chercheurs à leurs études. Il fallut, dans la discrétion, baisser pavillon, nous n’étions plus les meilleurs!
    J’ai également appris que le Learning Center avait eu des effets collatéraux. Finis les bibliothèques de département, tout allait être réuni dans les sous-sols du nouveau centre. Mais comme l’espace manquait, on pria les responsables des départements concernés de faire le tri, en fonction de la place disponible! Ainsi le département de mathématique à dû, en toute illégalité, se constituer une bibliothèque sauvage pour conserver les livres non agréés! Que la culture moderne méprise les livres est une évidence, que l’exemple d’un autodafé nous vienne d’une université est toutefois préoccupant.
    Paul Valéry, parlant un jour de Voltaire, terminait son discours par ces mots: « Devant cet état des choses humaines, qui fait que l’homme se comprend soi-même de moins en moins, comme il semble moins concevoir la Nature à mesure qu’il y trouve de plus puissants moyens d’actions, devant ce tableau fantastique, Voltaire retrouverait-il ce sourire fameux que nous lui connaissons? Peut-être – s’il m’est permis d’achever ainsi un propos qui traite d’un impie – lui reviendrait à la pensée cette parole suprême et auguste, la parole la plus profonde, la plus simple, la plus vraie qui fut une fois prononcée sur le genre humain, et donc sur sa politique, sur le progrès des sciences, sur ses doctrines et sur ses conflits; peut-être se murmurerait-il cette sentence si évidente: ILS NE SAVENT CE QU’ ILS FONT »
    J’ai fait un rêve; que revienne le temps simple ou l’objectif des écoles polytechniques était de former des étudiants et de consacrer du temps à la recherche.

Les commentaires sont fermés.