Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La glaciation, l’état rêvé des nationalistes conservateurs

Blocher n’aurait-il plus confiance dans le peuple, qu’il veut lui interdire de changer d’avis sur l’adhésion à l’Union européenne?

Le stratège en chef de l’UDC est mécontent. Il croyait en avoir fini avec la question de l’adhésion de la Suisse à l’Union européenne. Et voilà que le débat semble repartir. Pour évacuer la question, il évoque dans son webcast hebdomadaire le lancement d’une initiative populaire qui interdirait l’adhésion à une organisation portant atteinte partielle ou totale à la souveraineté du pays.

En deux décennies, les ambitions européennes du Conseil fédéral ont connu une décrue constante. En mai 1992, le gouvernement dépose à Bruxelles une demande formelle d’ouverture de négociations en vue d’une adhésion de la Suisse. Le refus populaire de l’accord sur l’Espace économique européen (EEE), en décembre de la même année, refroidit les ardeurs et la demande d’adhésion est gelée. Dans le rapport du Conseil fédéral sur l’Europe publié en 2006, l’adhésion à l’UE, d’objectif stratégique qu’il était jusqu’ici, devient une simple option parmi d’autres.

Mais la complexité des relations bilatérales et la pression croissante de l’Europe pour que la Suisse suive l’évolution du droit européen imposent de reconsidérer nos rapports avec l’Union. Sont évoqués un accord-cadre, une idée caressée par la Suisse mais qui n’enthousiasme pas Bruxelles, une nouvelle tentative d’adhérer à l’EEE et même l’entrée au sein de l’Union.

Qu’Avenir Suisse, la boìte à idées des milieux économiques, se lance sans a priori dans le débat montre que les fronts bougent. Un mouvement que n’apprécient ni l’UDC ni son leader-stratège qui ne se sentent à l’aise que dans la glaciation. Les conservateurs nationalistes n’aiment pas le débat. Détenteurs autoproclamés de certitudes qu’ils croient solides comme le granit de nos Alpes et d’une volonté populaire qu’ils postulent invariable, ils lui préfèrent les slogans et les imprécations. Avec ce projet d’initiative, ils croient pouvoir noyer le dossier européen en constitutionnalisant l’état présent de l’opinion, tel que reflété par le dernier sondage d’Isopublic.

Déjà, la Constitution fédérale soumet déjà l’adhésion à une communauté supranationale au référendum obligatoire (art. 140): constitutionnellement, l’adhésion à l’UE serait donc nécessairement précédée par un vote. Mais notre loi fodamentale est un texte ouvert, susceptible en tout temps d’être modifié: point de verrou qui pérenniserait une situation. Même si l’initiative Blocher était acceptée, elle n’empêcherait pas que le peuple approuve une adhésion ultérieurement en abrogeant simultanément l’interdiction qu’il aurait préalablement décidée. Encore une fois, l’UDC jette de la poudre aux yeux du peuple.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/14859
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/14859 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Pas de réchauffement climatique pour les vieux mammouths UDC …

  • 2
    Philippe Berney

    « Fontaine je ne boirai pas de ton eau », s’interdisaient de dire, avec la prudence qui les caractérisait, nos ancêtres.  Pourquoi cette sagesse élémentaire ne serait-elle plus de mise aujourd’hui?  Pauvre Monsieur Blocher;  faut-il tirer la langue et le diable par la queue pour bon sens garder?

  • 3
    Giorgio Zürcher

    Les initiatives constitutionnelles sont devenues une arme électorale à la mode, notamment après le triomphe de celle sur les minarets.

    Rien d’étonnant si Blocher pense à exploiter la peur de l’Europe …
     
    Il faudrait faire comprendre aux citoyens suisses qu’une partie des changements négatifs qu’ils attribuent à l’UE sont une conséquence de la globalisation et des mesures inspirées par l’idéologie libérale.

  • On peut bien voir la chose comme vous. Je ne pense pas être un mammouth mais je les vois autrement.

    Depuis des années, – je dis ça avec une pointe d’humour pourtant c’est un sentiment très réel – , je dors mal parce que je crains de me réveiller un matin en apprenant que Mmes Calmy-Rey, Leuthard, Widmer-Schlumpf, MM. Couchepin, Leuenberger, Schmid (heureusement on en est débarrassé de ces trois là maintenant)  Burkhalter et consorts ont signé des papiers pendant la nuit, non sujets à référendum, qui nous assujetissent à l’EUROTAN. Et c’est vrai que si ça continue comme ça, avec cet irrespect de la démocratie (il y a pourtant 76.8% du peuple et TOUS les cantons qui s’opposent à l’adhésion) nous risquons vraiment de nous trouver entraînés CONTRE NOTRE VOLONTE dans une union suprantionale que nous refusons viscéralement. Et celà parce que nos dirigeants ne nous écoutent plus, ne nous servent plus, nous citoyens suisses, mais se prosternent en permanence devant le Mannekenpis nouvelle idole ridicule de leur nouveau culte!

    On peut se gausser, parler de « glaciation », mais que faire? Nous sommes dirigés par des gens qui agissent contre le peuple suisse, contre nos intérêts, et pour un système impérial oligarchique qui ne tolère pas l’indépendance de la Suisse, sa démocratie directe, sa monnaie, sa banque nationale indépendante, ses réserves d’or, sa neutralité armée.

    Ceci c’est un FAIT.

    On peut certes le présenter façon guimauve en disant: nous, non avons des dirigeants conscients des nécessités de la mondialisation, ouverts au monde, éclairés, et patati et papata. Fadaises! Ce langage n’est qu’un tissu de mensonges et de ruses du pouvoir inspirées par l’Empire illégitime qui veut la mort de la Suisse. Comme toute grande puissance, cet Empire trouve des auxiliaires dans tous les milieux et s’empare de beaucoup de consciences, qu’elles soient achetées ou séduites sincérement.

    Ca se comprend. C’est logique. Il existe une volonté hégémonique mondiale de créer un super état mondial sous l’égide de l’ONU. Ca aussi c’est un FAIT incontestable. Pour ce super état l’existence d’un petit peuple SOUVERAIN, qui entend le rester, est perçu comme un obstacle à lever absolument.

    Bien entendu, comme la devise A.E.I.O.U. des Habsbourgs, comme les ambitions de Charles-Quint, de Napoléon et d’Hitler, ce projet fou marqué par l’Ubris est voué à l’échec.

    Il faut donc tenir bon, traverser l’adversité (qui n’est pas si dure à supporter alors que notre pays, grâce au franc, grâce à la neutralité, grâce au Sonderfall et à l’Alleingagng, est celui du monde entier qui s’en sort le mieux) et attendre que devant le champ de ruines de leur utopie les mondialistes comprennent et reviennent au bon sens.

    A ce moment là on s’apercevra que l’existence d’une Suisse autodéterminée, pays fiable qui tient ses engagements, avec ses spécificités, est finalement plus dans l’intérêt de l’harmonie mondiale, que la disparition de ce cas particulier par noyade dans les marécages pestilenciels de l’EUROTAN.

    Il faut tenir bon et attendre ce moment.

    En attendant force est de constater que nos dirigeants (6 des 7 membres du CF) travaillent comme des auxiliaires de l’Empire illégitime et contre nos intérêts. Je ressens vraiment très profondément l’impression d’être gouverné par une sorte de cinquième colonne.

    C’est ainsi que je le perçois. C’est ainsi que le perçois la majorité de l’opinion. Et si tel est le cas, ce n’est pas étonnant, car c’est ainsi que les choses sont réellement.

    Par conséquent nous devons nous protéger contre le collaborationnisme de nos dirigeants. Nous devons leur rappeler que dans notre pays il est interdit, sauf majorité du peuple et des cantons, d’adhérer à des institutions qui limitent notre souveraineté. Nous devons les protéger contre eux-mêmes et limiter leur possibilité de nuire.

    C’est essentiel de le faire car c’est le seul moyen pour que, lorsque nos dirigeants iront à Bruxelles, en pélerinage, à plat ventre, comme d’habitude, les détenteurs du pouvoir dans l’Empire sachent que ces simagrées n’engagent à rien car ces messieurs dames de Berne n’ont aucun pouvoir de céder ne serait-ce qu’un lambeau de notre liberté.

    Aux grands maux les grands remèdes! Si nous pouvions avoir confiance dans nos dirigeants, ce serait différent. Tel n’est pas le cas actuellement car ils sont exactement aussi fascinés par l’Empire qu’un naja devant la flute du charmeur de serpent, et que les dirigeants autrichiens qui en 1938 ont appelé à l’Anschluss étaient fascinés par le IIIe Reich.

    Nous avons un moyen, dans ce temps de péril majeur, de nous protéger, temporairement, contre nos têtes de linottes de dirigeants qui sont prêts à nous vendre pour un plat de lentilles. Il faut saisir ce moyen.

    Je ne sais pas encore comment sera rédigée cette initiative mais je la signerai et je voterai pour elle.

  • L’UDC fonctionne de manière générale sur une base « poudre aux yeux » et se spécialise dans les initiatives inutiles, comme vous le démontrez bien dans le cas de celle-ci :
    – Initiative contre les minarets, alors que tout le monde (y compris les musulmans) se fichait à la base pas mal des minarets (nous avons voté sur un minaret, en fait, celui qui était en projet à Langenthal).
    – Initiative sur le secret bancaire dans la constitution (alors que c’est sans effet, étant donné que le débat porte en réalité sur le contenu sémantique de l’expression « secret bancaire » comme l’année 2009 l’a abondamment démontré).
    Sans parler des nombreuses initiatives évoquées, mais jamais lancées…

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP