Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

L’agriculture suisse rattrapée par la crise

L’écart croissant entre les coûts suisses et européens menace l’industrie alimentaire travaillant pour l’exportation

Photo de cacaobug
Photo de cacaobug (licence CC)

L’effondrement des cours mondiaux des matières premières agricoles a largement épargné les céréaliers suisses (DP 1868), mais aussi les producteurs de lait (DP 1840). L’arsenal des protections légales et un accord interprofessionnel ont nettement atténué l’errance des prix. Mais la Suisse n’est pas une île. Elle écoule à l’étranger – pour une très large part en Europe – entre 8 et 13% de ses céréales et de son lait.

Elle y parvient, notamment par des subventions à l’exportation, pour le chocolat, les biscuits, les bonbons, les pâtes et autres produits agricoles transformés. Les fabricants qui utilisent des matières premières suisses chères obtiennent une compensation pour être mis sur pied d’égalité avec les concurrents étrangers. Le tout est réglementé par un accord avec l’Union européenne concrétisé par la «loi chocolat» de 1974.

En vertu de ce texte, le Conseil fédéral propose chaque année au Parlement un montant budgétaire. La Direction des douanes distribue les montants disponibles aux fabricants de produits alimentaires exportateurs. Le système fonctionne en période normale. Mais il s’est détraqué avec la différence grandissante entre les prix suisses et étrangers (Tages-Anzeiger, 8 juin).

L’écart avec l’Union européenne est énorme, de 154% pour les céréales et 112% pour le beurre. En conséquence, bien que la Direction des douanes ait coupé les subventions de moitié, les millions votés par le Parlement pour cette année sont déjà pratiquement épuisés. Le Conseil fédéral se refuse à proposer un crédit supplémentaire. Il est lié par l’engagement qu’il a pris à l’OMC. Après l’Union européenne, la Suisse s’est déclarée disposée à bloquer, puis éliminer, toutes les subventions aux exportations.

La négociation du cycle de Doha n’a pas encore abouti. Mais Berne, qui tient fermement à un accord, ne veut pas retirer sa proposition pour ne pas favoriser une cascade de désistements.

D’une seule voix, l’industrie alimentaire exportatrice lance une sévère mise en garde. Sans subventions compensatoires, les produits suisses ne sont plus compétitifs. Un transfert de production à l’étranger serait la mesure extrême. Mais pour l’heure, la priorité va à l’importation de matières premières bon marché pour fabriquer les produits destinés à l’exportation. Cette facilité, appelée «trafic de perfectionnement», peut être octroyée par le Conseil fédéral en vertu de l’article 12 de la loi sur les douanes.

Les produits étrangers prendraient alors la place des denrées suisses. Nos paysans sentent le danger. Ils ont consenti aux industriels quelques sacrifices sur le prix de leurs produits. Et ce n’est qu’un début. Les subventions à l’exportation, donc la «loi chocolat», n’ont aucune chance de survie face à l’alliance des paysans pauvres du tiers-monde, du Brésil et de riches exportateurs. L’Union suisse des paysans le sait. Son directeur, le conseiller national Jacques Bourgeois, vient d’intervenir avec succès pour que la Suisse crée un fonds de réserve d’aide aux paysans lorsque les contraintes internationales imposeront à Berne le libre-échange agricole avec Bruxelles.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/14004
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/14004 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Tout cela est inadmissible! Cela cache une PAC qui doit entrer en vigueur dans l’UE en 2013 et dont la Suisse est certainement introduite dans le processus, et grâce à notre Présidente qui a vendu nos paysans pour ses désirs cachés de grandeur de l’Europe!
    8 et 13% cela ne semble pas énorme, quand on voit sur nos étales autant de produits -étrangers- qui ne sont pas bons. Il serait donc mieux de réintroduire des contingents protectionnistes comme le font notamment les States, ne serait-ce que pour la garantie de l’approvisionnement alimentaire de notre population et de pouvoir manger nos produits du terroir!
    Le jour où nous auront perdu nos paysans, nos n’auront plus le choix de notre alimentation, elle nous sera imposée, point final!
    Il y va aussi de la santé de nos concitoyens, sans même parler du ridicule face aux obligations environnementales, de tous ces transports routiers et aériens pour livrer des denrées périssables qui ne sont plus bonnes ni goûteuses dans nos assiettes!
    A voir les dézonages et les constructions stupides, notamment dans le bassin lémanique et les 2 chablais, on comprend alors que tout cela fait partie d’un processus qui nous a déjà livré à l’UE qui nous attend de pied ferme pour se renflouer sur notre dos et nous avoir à sa merci. Certainement que le premier piège de l’approvisionnement alimentaire se servira du robinet qui pourra ainsi être fermé et ouvert à leur meilleures convenances, puisque ventre creux n’a pas d’oreilles ni jugeotte!

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP