Mode lecture icon print Imprimer

Art/36/Basel : Un jeu d’enfants

icone auteur icone calendrier 24 juin 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Le catalogue pèse deux kilos et demi. ArtBasel, la 36e édition a eu lieu du 15 au 20 juin, c’est du sérieux. La foire d’art contemporain, la plus importante de la planète – tout le monde le dit, donc c’est vrai – squatte le comptoir bâlois en long et en large avant de redoubler la mise en décembre à Miami Beach, Floride, USA. Et comme il faut être deux pour accoucher d’une vision, il y a l’UBS (sponsor durable depuis 1994) dans une euphorie gynécologique hors de prix, «you and us and Art Basel».
D’emblée, la promiscuité dévore les 275 exposants sélectionnés (pour environ 800 candidats) qui s’entassent dans de petites cases blanches anonymes (400 francs le mètre carré). Condamnée à la mitoyenneté, réservée aux petits propriétaires des zones villas, l’élite du commerce d’art prend sa revanche en alignant au kilomètre des milliers d’œuvres. Ce n’est pas le supermarché, mais la chambre d’enfant. On y célèbre la joie du désordre et de l’empilement. Et du jeu. Acheter et vendre (pour mille francs, pour cent mille ou davantage), sans manquer d’espionner les concurrents.
Fatalement les jouets se mélangent, traînent par terre, perdent leurs pièces. Impossible de faire le ménage au milieu de 50 000 personnes enthousiastes. Tableaux et sculptures passent au mixer. Au bout, un mélange visqueux avale le fond et la forme. Une dame sautille d’une huile à l’autre et emporte les toiles de sa boulimie. Un couple rasé, en tutu rose, visite stand sur stand, otage d’un happening muet et compulsif. Les curieux matent les professionnels. On veut les voir trafiquer art et argent. Mais l’un et l’autre circulent discrets en coulisse, souvent avant l’ouverture officielle. Il faut se contenter de rumeurs et d’histoires colportées. Les galeries de renom encaisseraient dix pour cent de leur chiffre d’affaire annuel pendant les cinq jours passés au bord du Rhin.
Une fois traversée la Messeplatz où se dandine un rectum géant transformé en bar à champagne (car «Art goes public» selon le diktat de l’art démocratisé), les prétendants aux bourses fédérales 2005 baignent dans la solitude humide d’une halle rouillée. Pas de tapis rouge, pas de blabla. Le silence transpire du ciment brut. Les jeunes artistes suisses s’exhibent timidement à quelques pas du glamour cosmopolite. Ici, le vide gobe la beauté, c’est gratuit (à côté, l’entrée coûte trente francs), petite fleur aux voisins indigents, hors-jeu.
De retour chez les nantis, dans un entrepôt voisin, Art Unlimited, encore un rêve d’enfant tout puissant, défie la démesure. Ou l’étroitesse de la vie quotidienne, peut-être adulte. Contre l’angoisse et l’ennui, ou le stress salarié, voilà le monstrueux. Les installations brisent les murs et les frontières (slogan publicitaire entre Schengen et globalisation). Il y a une envie de cirque, d’action et de sueur, de sexe et de vidéo. Cependant la scène internationale sombre dans une kermesse inoffensive, bonne pour les médias (1 700 journalistes accrédités) et les curriculums vitae. Dehors, les trams glissent indifférents sur Clarastrasse et le Riehenring. md

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1220
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1220 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.