Mode lecture icon print Imprimer

Jura bernois (4) : Grandes et petites réunifications

icone auteur icone calendrier 17 décembre 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Malleray vit en concubinage avec la commune voisine
de Bévilard. La route monte depuis Moutier. Au nord, il y a la chaîne
du Moron, armée d’une tour de trente mètres de haut dressée par 700
apprentis, pour le bonheur des randonneurs du dimanche. Et au sud, la
crête du Montoz. Les citoyens ont refusé la fusion. Ou plutôt, Bévilard
a dit non contre Malleray qui a soutenu son maire, Jean-Michel
Blanchard, partisan convaincu du rapprochement.
Député UDC au Grand
Conseil bernois, Jean-Michel Blanchard vient de quitter, après un quart
de siècle, le Conseil municipal de Malleray. Il se réjouit du statut
particulier accordé au Jura bernois. Car il garantit une certaine
liberté d’action à la région, il favorise le dialogue direct avec
Delémont et il répond aux résolutions de l’Assemblée interjurassienne
(AIJ) qui prévoyaient déjà une large autonomie pour le Jura bernois,
ainsi que la création d’institutions communes avec le canton du Jura.

Agir ou lieu de réagir
La
région, avec ses niches et ses ambitions spécifiques, prime sur
l’utopie d’une nation enfin rassemblée. Le temps a passé, un seul Jura
ressemble davantage à un slogan qu’à une solution partagée de part et
d’autre de la frontière cantonale. La réunification est l’une des
variantes discutée. Et non pas l’objectif ultime à atteindre.
En
même temps, la réforme administrative avance à grands pas. Jean-Michel
Blanchard écarte le rapprochement avec Bienne. Il milite plutôt pour le
regroupement en un seul cercle des trois préfectures actuelles
(Moutier, Courtelary, La Neuveville). Dans ce cas, le Jura bernois
conserverait ses douze élus malgré la réduction de 200 à 160 députés
prévue au Grand conseil bernois. C’est une preuve supplémentaire de la
considération manifestée à l’égard de la minorité jurassienne. Le Jura
bernois ne souffre pas de discrimination. C’est tout l’Arc jurassien
qui tire la langue, à l’image d’autres provinces périphériques.
L’économie dicte ici ses priorités. Dénoncer le défaut de souveraineté
semble démodé. Si certains projets s’enlisent, la Transjurane en
premier lieu, il faut chercher les responsables dans son propre camp.
Inutile de toujours accuser Berne.
La question jurassienne occulte
les vrais défis. Le projet de nouvelle politique régionale de la
Confédération risque d’assommer le Jura bernois. La suppression promise
de l’arrêté Bonny, inventé pour combattre la crise horlogère des années
septante, annonce des jours sombres. Il ne sert à rien de courtiser le
canton du Jura, désormais tombé dans le giron bâlois. Berne reste le
meilleur avocat face aux lobbies centralisateurs et à l’indifférence
des agglomérations urbaines. Les divergences politiques, parfois
entretenues à loisir, paralysent l’action. Tandis que l’engagement sur
des objets concrets – tels les routes, la planification hospitalière,
les communications – aboutit presque naturellement au consensus. Qui à
son tour alimente des propositions efficaces. La réunion des hôpitaux
des trois districts en une seule entité a été menée par les conseils
d’administration des établissements et ensuite soumise au verdict
favorable de Berne.

Une seule commune
Jean-Michel Blanchard
imagine une seule commune de Tavannes jusqu’à Court, aux portes de
Moutier. Une petite région dynamique, jouissant d’une taille alléchante
(environ dix mille habitants), riche d’entreprises compétitives –
Affolter, par exemple qui s’agrandit à la sortie de Malleray – pourrait
surmonter l’éparpillement, parfois émaillé de rivalités, et contourner
l’inertie cantonale. Jura ou Berne, peu importe.
Alors en route pour
Tavannes. Reconvilier retrouve l’anonymat. Swissmetal, et ses halles
immaculées, annonce un résultat positif de douze millions, treize de
plus qu’une année auparavant. Miracle du business plan et du travail
acharné des ouvriers. C’était avant la grève.

La peur de la défaite
Tavannes
butte contre le Col de Pierre Pertuis. Les détaillants ferment
boutique. Une Coop surdimensionnée en banlieue fait le ménage. Deux
cents emplois pour trois mille habitants poussent les gens à déménager
vers les lacs, le Seeland. Les frontaliers déboulent depuis les
Franches-Montagnes et cassent le marché. Max Sigenthaler, secrétaire
syndical de la FTMH, regrette l’absence de salaires minimaux dans
l’industrie des machines et de l’horlogerie. Surtout à l’heure de la
libre circulation.
A l’exception du Centre interrégional de
perfectionnement (27 millions d’investissement) et du SIAMS (Salon des
industries, de l’automation, des microtechniques et de la
sous-traitance), Berne délaisse la région. La tentation de la
réunification couve encore. Mais le syndicat a toujours affirmé sa
neutralité à l’égard de la question jurassienne. Le salut des
travailleurs compte davantage que le combat séparatiste. La FTMH (5 800
adhérents) couvre ainsi l’ensemble du Jura historique par-dessus les
barrières cantonales. Car les Jurassiens, du nord et du sud, se
reconnaissent dans leur attachement au terreau industriel, vécu comme
une marque de fabrique. Or, l’identité ouvrière s’effiloche. Le nombre
de syndiqués stagne et les jeunes émigrent. Il faut le courage à
contre-courant de quelques entrepreneurs pour résister coûte que coûte
au bord de la Birse. Même si le prix des terrains et des locaux, avec
des salaires modestes, minimisent les handicaps de la périphérie. C’est
pourquoi le syndicat veille, ragaillardi par l’éclosion d’Unia (huit
mille membres). Et il stimule l’essor de PME, voire le sauvetage
d’entreprises chancelantes, afin d’enrayer la spirale de la défaite.

www.siams.ch – www.cip-tramelan.ch
www.malleray.ch – www.tavannes.ch

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1191
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1191 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.