Mode lecture icon print Imprimer

Congrès du PDC : Pour l’amour du centre

icone auteur icone calendrier 24 septembre 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Michele Mossi, président des démocrates-chrétiens vaudois annonce le retrait de sa candidature au présidium du parti. L’équilibre régional l’emporte sur l’ambition personnelle. Le grand refus fait le bonheur du conseiller d’Etat tessinois Luigi Pedrazzini, qui encaisse le sacrifice et accepte l’élection. La base du PDC murmure d’admiration. Michele Mossi s’en retourne ému parmi les siens, orphelins de Jacques Neyrinck.
Jean-Philippe Maître, conseiller national genevois, oublie la raideur des procédures et appelle l’auditoire à acclamer les nouveaux élus. Ils sont six, ils se serrent autour de Doris Leuthard, enfin présidente après un intérim interminable. Le parti a fait le ménage. Il a remercié poliment les anciens Filippo Lombardi, François Lachat et Philip StŠhelin, à la dérive désormais.
Alors que Jean-Michel Cina, chef du groupe au National, rase les murs jaune gris, Joseph Deiss se découvre démodé, écrasé par la nouvelle direction en liesse. Tout le contraire du syndic de Fribourg, Dominique de Buman. Il sera vice-président. Car il croit à une Suisse fédérée dans la diversité. Au nom de Dieu. L’orchestre tape ses standards, le peuple démocrate-chrétien debout agite les petits drapeaux cantonaux et Doris Leuthard improvise un cha-cha-cha salvateur. Le renouveau c’est pour demain après une longue journée au chevet d’un parti réduit à 12% de l’électorat (il frisait 20% au début des années nonante avec une autre femme aux commandes, Eva Segmüller), condamné au cri primal régénérateur s’il veut refouler le cauchemar radical.

Le parti de la famille
Cloîtrés dans la halle 140 de la Foire de Berne, 600 délégués disciplinés se résignent d’entrée à la chimère d’un centre fort. Ils se retrouvent à Berne car la capitale symbolise le goût du milieu, rappelle avec fierté le secrétaire local, Thomas Notter. Et la chanson d’ouverture, en italien, promet la liberté, la main dans la main, ensemble, en vol. Andreas Kohl, président du conseil national autrichien, un démocrate plutôt chrétien, en profite pour dénoncer le désir frustré de famille qui ronge les sociétés européennes. L’argent et la loi sur l’autel des valeurs PDC, ouvrent la voie à l’épanouissement familial. On écoute bouche bée, surtout quand il demande de dépenser pour l’esprit et non seulement pour les autoroutes.

Le facteur C
Joseph Deiss dit oui. Le renouveau du PDC passe par une vision conciliant l’âme et le corps, la foi et la science, les rêves et les budgets. Les paroles magiques s’alignent dans les colonnes étroites d’une comptabilité sans cœur. Le président de la Confédération gère son enthousiasme. A la fin il prend des couleurs pour invoquer la croisade. Le PDC doit partir en mission, tous les jours, et dompter la violence sociale du libéralisme. C’est l’histoire du bon samaritain prêché par Heiner Geissler, ancien ministre fédéral allemand à l’époque d’Helmut Kohl, qui pastiche aujourd’hui les manières d’un prélat byzantin. L’humanisme dessine l’horizon européen du ménage démocrate-chrétien. La dimension politique de l’évangile affirme la primauté de l’homme. Voilà le facteur C. En gros, vive le grand marché pour le bonheur de l’humanité planétaire. Ou, selon le bon mot du Commissaire européen à l’agriculture, l’Autrichien Franz Fischler, le marché n’a pas d’éthique, il faut lui en donner une. Si possible chrétienne.

Libéral et social
Le programme du parti habite l’humanisme chrétien. Sans peur des contradictions. La base le veut ainsi. Notables et inconnus ont participé en masse. Fort de 70 mille membres, seul le parti radical fait mieux avec 85 mille, cinq cents militants se sont exprimés par lettre, de vive voix, via Internet. Communion et communication. Doris Leuthard respire le bonheur de la démocratie directe. Bruno Frick, conseiller aux Etats schwyzois, trahit l’obsession du travail bien fait. L’équilibre tranche avec les extrêmes. Ni socialiste ni néo-libéral. Mais libéral et social. Le parti du «et». Le PDC accomplit la synthèse. Il se «con-centre». Il faut le répéter à l’envi. Quitte à oublier le contenu. L’étiquette est belle, soupire timidement un délégué argovien, mais il aimerait savoir ce qu’il y a dans la bouteille. Doris Leuthard concède un sous-titre : solidarité et responsabilité, accord élégant de nous et moi, qui soulage les Tessinois et les Genevois, allergiques à la lettre et au mot libéral.
La fiscalité écologique, défendue par les Vaudois contre les Valaisans, achève l’œuvre. La croissance économique solidaire vire au durable. Tu pollues, je te taxe, tu ne pollues pas, je te rends l’argent. L’Etat n’y gagne rien, mais la paroisse s’en félicite. La protection de l’environnement débouche sur l’amour du prochain. La boucle est bouclée au rythme d’un chapelet bien récité.
Reste l’Europe. A Genève on implore l’adhésion. La démocratie chrétienne a fondé la communauté, qu’est-ce qu’on attend ? Des temps meilleurs, sinon le mûrissement de l’opinion. La concordance suggère des solutions modérées, pas de fuite en avant qui agace l’électeur moyen. Le pragmatisme de Doris Leuthard, piloté par Joseph Deiss, veille sur les bilatérales II. Puis elle promet le débat, une fois les accords ratifiés. La discussion s’arrête là. Les récalcitrants – deux, trois – ravalent leur amertume. On ne gâche pas un repas de famille. La base capitalise la générosité de la mère. Elle se jette dans ses bras. Elle obéit à l’appel du sentiment. Les délégués agitent les petits cartons bleus. Ils saluent l’économie libérale, PME en tête, la famille et la sécurité sociale. Ensuite ils prient pour Doris. Elle offre son destin au PDC, égale de Ruth Metzler, portée disparue.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1174
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1174 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.